RCA : le ministre du désarmement Maxime MOKOME et son chargé de mission Igor LAMAKA accusés par le gouvernement

Publié le 19 décembre 2020 , 11:56
Mis à jour le: 19 décembre 2020 11:56
Le ministre du DDRR Maxime Mokome, à l'époque coordonnateur national de la milice anti-balaka lors de son entretien avec la diaspora le 9 août 2016.
Le ministre du DDRR Maxime Mokome, à l’époque coordonnateur national de la milice anti-balaka lors de son entretien avec la diaspora le 9 août 2016.

 

Bangui, République centrafricaine, dimanche, 20 décembre 2020, 04:48:53 ( Corbeaunews-Centrafrique ). En fuite depuis premier décembre dernier, le ministre du Désarmement Maxime Mokome, un ex-chef milicien Anti-Balaka, et son chargé de mission Igor Lamaka ont été formellement accusés par le gouvernement d’être complices de l’ancien Président François Bozizé.

 

Ancien auxiliaire de la police nationale, puis intégré dans la fonction publique au grade du commissaire de police par le ministre Jean-Serge Bokassa, Monsieur Maxime Mokome, ex-chef milicien Anti-Balaka  avait été nommé ministre du DDRR (désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement) dans le gouvernement « d’union nationale » du Premier ministre Firmin NGRÉBADA après la signature de l’accord de paix de Khartoum le 06 février 2019.

En fonction au moment de sa fuite vers Bossangoa il y’a trois semaines, le ministre Maxime Mokome et son chargé de mission, Monsieur Igor Lamaka, ex-porte-parole de la milice Anti-Balaka, sont désormais accusés formellement par le gouvernement d’être complices de l’ancien Président François Bozizé, qui, à son tour, accusé d’être l’auteur de trouble préélectoral qui secoue actuellement le pays.

Notons que dans un communiqué publié sur les ondes de la radio nationale, le gouvernement a clairement indiqué que le 3R, le MPC et les deux factions de la milice Anti-Balaka ont formé une coalition des rebelles visant à perturber le bon déroulement du processus électoral en cours. En conséquence, leurs chefs, notamment l’ancien Président François Bozizé, Mahamat Al Khatim, Abass Sidiki, Francis et Rodrigue Bozizé sont poursuivis devant la justice pour trouble à l’ordre public.

Affaire à suivre.

 

 

Aucun article à afficher