RCA : le gouvernement évalue la nécessité de viabiliser le corridor Brazzaville-Bangui

Publié le 25 janvier 2021 , 11:26
Mis à jour le: 25 janvier 2021 11:26
Des camions de marchandises en provenance de la Centrafrique entrent au Cameroun par le poste frontière Garoua-Boulai.
Des camions de marchandises en provenance de la Centrafrique entrent au Cameroun par le poste frontière Garoua-Boulai. (Photo d’illustration). AFP PHOTO / REINNIER KAZE
Avec notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset

 

Bangui, République centrafricaine, mardi, 26 janvier 2021, 22:04:47 (Corbeaunews-Centrafrique). Face au blocus du corridor Bangui-Garoua Boulaï, vital pour les activités d’import-export de la Répubique centrafricaine (RCA) qui est un pays enclavé, le gouvernement centrafricain veut viabiliser la voie fluviale reliant le port de Pointe-Noire du Congo-Brazzaville à la capitale centrafricaine Bangui, a indiqué lundi le ministre centrafricain des Transports et de l’Aviation civile, Arnaud Djoubaye Abazen.

Le ministre a fait cette remarque au sortir d’une réunion lundi avec les syndicats des transporteurs, les opérateurs de l’import-export et le patronat. Au cas où la crise sécuritaire sur ce corridor perdurait, le gouvernement se verrait obligé de privilégier la voie fluviale, dans le but d’approvisionner la capitale en produits de première nécessité, qui deviennent de plus en plus rares sans compter l’épuisement des stocks, a-t-il dit.

Le gouvernement centrafricain se propose d’accorder des exonérations pour inciter les transporteurs qui craignent déjà les importantes charges fiscales auxquelles ils vont faire face, a-t-il ajouté.

Depuis la mi-décembre dernier, des groupes armés se sont coalisés pour lancer une offensive contre le gouvernement. La nouvelle alliance rebelle multiplie les attaques, et veulent étouffer économiquement Bangui avec un blocus du corridor Bangui-Garoua Boulaï. Lundi dernier, les rebelles ont tué un usager dudit corridor et en ont blessé plusieurs autres.

 

Xinhua

Aucun article à afficher