RCA : le Dyck advisory group, rival de Wagner,  est prêt à envoyer ses démineurs à l’appui des nations unis

Publié le 15 mai 2021 , 5:29
Mis à jour le: 15 mai 2021 5:29
la minusca recherche des mines au sol photo minusca
Photo Minusca

 

Bangui, République centrafricaine, samedi, 15 mai 2021, 11:37:59 ( Corbeaunews-Centrafrique ). La société paramilitaire privée Dyck Advisory Group (DAG) a soumis une offre pour participer à un projet de déminage en République centrafricaine géré par le Service de l’action antimines des Nations Unies (UNMAS).

 

Le groupe DAG pourrait donc envoyer une équipe d’instructeurs anti-EEI (engins explosifs improvisés) dans un proche avenir pour former les forces de défense et de sécurité de la RCA et la mission de maintien de la paix de l’ONU MINUSCA à neutraliser les munitions non explosées personnel des mines, mais son rival SafeLane Global devrait également soumettre une offre.

L’UNMAS est actif dans le pays aux côtés de la MINUSCA depuis 2014 et est financé par l’Union européenne et le Département d’État américain. S’il est sélectionné, le groupe DAG risque de se retrouver à croiser la voie de l’entreprise paramilitaire russe Wagner, qui défend les intérêts russes en RCA et a déployé entre 800 et 2 000 hommes pour soutenir les Forces armées centrafricaines (FACA).

 

De Cabo Delgado à l’Afrique centrale

 

Basé en Afrique du Sud, le groupe DAG s’est taillé une part importante dans le marché de niche du déminage pour les Nations Unies, une partie de ses opérations dirigée par Max Dyck, le fils de son fondateur et ancien colonel zimbabwéen Lionel Dyck. La firme est également expérimentée dans les opérations anti-braconnage et se déploiera prochainement au Mali, officiellement à ce titre. Mais il a surtout fait l’actualité au cours de l’année dernière dans la province mozambicaine de Cabo Delgado, où une insurrection fait rage. Il a fourni un soutien aérien à la police mozambicaine dans le cadre d’un contrat qui n’a pas été officiellement renouvelé, bien que ses agents restent déployés non loin du théâtre d’opérations.

DAG souhaite également renforcer sa présence en Afrique centrale. En plus du projet de déminage des Nations Unies en RCA, il prépare actuellement le terrain pour un canal logistique terrestre de ses bases sud-africaines à la RDC via le Mozambique et la Zambie.

 

Africa intelligence

Aucun article à afficher