RCA : Le député de Bouca 2 Teddy Arnauld Weïdane  visé par une plainte pour viol en France

Publié le 13 juillet 2020 , 1:18
Mis à jour le: 13 juillet 2020 1:18
député de Bouca 2 Teddy Arnaud Weïdane
député de de la deuxième circonscription de Bouca Teddy Arnaud Weïdane, visé par une plainte pour viol en France.

 

Bangui, République centrafricaine, 13 juillet 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique ). L’ex-chef milicien Anti-Balaka Teddy Arnauld Weïdane, élu député de la deuxième circonscription de Bouca, fait l’objet d’une enquête préliminaire après qu’une jeune femme a déposé plainte contre lui en France pour viol et séquestration, ou détention en bande organisée.

 

Les policiers de Puteaux la défense, département des Hauts-de-Seine (Région Île-de-France) enquêtent depuis plusieurs semaines sur le député centrafricain Teddy Arnaud Weïdane.

Selon une source proche du dossier, le parquet de Hauts-de-Seine aurait ouvert une enquête préliminaire après la plainte d’une jeune femme pour viol commis sous la menace d’une arme et séquestration ou détention en bande organisée.

D’après la plainte déposée par la présumée victime il y a quelques semaines auprès  du commissariat de PUTEAUX LA DEFENCE dans le département 92 de Paris, les faits se sont produits entre juillet et août 2017 à Bangui, capitale de la République centrafricaine.

Selon la déposition faite par la plaignante auprès des enquêteurs, le suspect, à la tête d’un groupe des jeunes identifiés comme ses lieutenants Anti-Balaka, l’aurait séquestré et violé sous la menace d’une arme  durant plusieurs semaines.

Teddy Arnaud Weïdane, occupé dans l’hémicycle le jeudi dernier lors de l’adoption du projet de loi des finances rectificatives pour l’année 2020, n’était pas joignable pour répondre aux questions de Corbeaunews-Centrafrique (CNC).

Teddy Arnaud Weïdane est issu de la milice Anti-Balaka. En 2017,il avait été poursuivi pour les mêmes faits par le parquet de Bangui, et l’enquête est en cours. Le mois dernier, il est visé par une autre plainte pour détournement et escroquerie aggravée. Une perquisition avait été faite à son domicile la semaine dernière par les policiers de la CNS.

 

Anselme Mbata

Copyright2020CNC

Aucun article à afficher