RCA : le Collectif « Touche pas à ma constitution » dénonce le caractère pléthorique du Gouvernement d’Union Nationale.

Publié le 4 mars 2019 , 6:22
Mis à jour le: 4 mars 2019 6:22

Banière du collectif touche pas à ma constitution en République centrafricaine

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Collectif « Touche pas à ma constitution » dénonce le caractère pléthorique du Gouvernement d’Union Nationale.

 

La crispation populaire qui a suivi la publication du gouvernement d’Union Nationale laisse entrevoir que la République centrafricaine connaît une crise de haute trahison institutionnelle jalonnée par la politique de prédation, d’impunité, du clientélisme qui constituent même le fondement des différents conflits militaro-politiques, ayant caractérisé sa trajectoire constitutionnelle.

Depuis la mise en place de l’Accord de Khartoum qui doit permettre l’effectivité de la paix sociale, le constat de l’usage du machiavélisme semble rebondir de façon anticonstitutionnelle dans la gestion des institutions Républicaines. Le déploiement des stratagèmes qui concourt à l’affaiblissement du climat sécuritaire déjà en détérioration reste incontestable.

Nul ne pourra nier que la population centrafricaine est victime d’une injustice galopante. Le massacre de la population civile, les actes de barbarie sanglante prouvent rationnellement qu’il existe une défaillance institutionnelle en matière de gouvernance et de protection des libertés fondamentales.

Fort de tout ce qui précède, le collectif « Touche pas à ma constitution », organisation de la Société civile s’inquiète d’une part, des agissements des groupes armés après la publication du gouvernement d’Union Nationale, et d’autre part, dénonce le caractère pléthorique du nouveau gouvernement toutefois en l’accusant de pouvoir faciliter des nominations anticonstitutionnelles dans la sphère décisionnelle des institutions politiques de notre pays.

Le collectif alerte, l’opinion Nationale et Internationale à propos des réactions des groupes armés et notamment du gouvernement qui seront tenus responsables du rebasculement de la République centrafricaine dans une nouvelle crise. Enfin, le collectif en appelle à la vigilance et au sens de la responsabilité.

Fait à Paris, le 04 mars 2019

Le Coordonnateur Général

Godfroy- Luther GONDJE- DJANAYANG.