RCA : le calme revient petit à petit à Bossangoa après la reprise de la ville par les forces de l’ordre

Publié le 25 février 2021 , 3:00
Mis à jour le: 25 février 2021 3:00
deux soldats FCA à Bérongo lors de leur parade de fin de formation
Parade militaire des FACA à Bérengo en 2018.

 

Bossangoa, République centrafricaine, jeudi, 25 février 2021, 08:55:28 ( Corbeaunews-Centrafrique ). La ville de Bossangoa, communément appelé en français « Citée des pierres dures », commence à retrouver petit à petit son calme après que Les Forces armées centrafricaines (FACA) et leurs alliés russes reprennent la ville aux mains des rebelles de la CPC. Les habitants qui ont quitté leur domicile suite aux violences de l’affrontement commencent à y revenir.

 

 

 

Selon des sources locales, la vie normale n’a pas encore repris à Bossangoa, et les commerçants, n’ayant pas rouvert leurs boutiques hier mercredi, commencent tout doucement à le faire ce jeudi 25 février, de même que les habitants ayant trouvé refuge dans la brousse et les sites des déplacés dans la ville.

Quand aux rebelles, des sources locales ont indiqué à CNC qu’ils avaient pris la direction de la sous-préfecture de Markounda pour les uns, et Bouca pour les autres au moment de l’entrée des forces loyalistes à Bossangoa.

Pour l’heure, on ignore ou se trouve l’ancien Président François Bozizé, mais certaines sources militaires indiquent que sa présence ainsi que celle de ses enfants Francis et Rodrigue sont signalées dans la ville de Markounda, chef-lieu de la sous-préfecture de la préfecture de l’Ouham, située à une centaine de Kilomètres au nord de Bossangoa.

Depuis la mi-décembre 2020, sept des quatorze groupes armés signataires de l’accord de paix de Khartoum se sont réunis dans une coalition pompeusement appelée CPC) coalition des patriotes pour le changement), avant de lancer une offensive contre le gouvernement.

Selon le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), du 15 décembre au 15 janvier, la rébellion a fait un total de 681 930 déplacés internes, et a conduit plus de 60 000 Centrafricains à se réfugier dans les pays voisins.

 

 

Par Anselme Mbata

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher