RCA : l’arnaque au téléphone, les arnaqueurs multiplient des stratégies

Publié le 26 novembre 2020 , 2:54
Mis à jour le: 26 novembre 2020 2:54
Image d'illustration. Centre ville de Bangui, Centrafrique. Photo CNC / Anselme Mbata
Image d’illustration. Centre ville de Bangui, Centrafrique. Photo CNC / Anselme Mbata

 

Bangui, République centrafricaine, jeudi, 26 novembre 2020, 08:46:11 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Vous l’avez peut-être constaté, les arnaques par téléphone se multiplient à Bangui comme dans les villes de province. Les médias  ont d’ailleurs régulièrement mis en garde les populations et lancent un appel à la prudence,   car cela peut parfois leur coûter cher. Malheureusement, certains compatriotes n’ont pas encore compris le jeu, et les arnaqueurs ne cessent d’innover.

 

Tout le monde peut se faire berner, y compris les plus avertis. En témoigne l’histoire  d’une famille qui a été  arnaquée il y’a quelques jours par un malfrat via un appel téléphonique.

En effet, au début de la semaine, une famille, qui venait malheureusement de constater que l’un de leurs enfants mineurs n’est pas rentrée à la maison, avait publié un communiqué sur la radio Ndékèluka, demandant à toute personne de bonne foi ayant de l’information permettant de retracer leur enfant de pouvoir communiquer avec elle via un numéro téléphonique que les parents ont mis dans l’annonce.

Malheureusement, les malfrats, qui utilise souvent des numéros mobiles pour escroquer leur victime, ont appelé les parents de l’enfant  disparu pour leur annoncer que celui-ci a été retrouvé à Kaga-Bandoro, dans la préfecture de Nana-Gribizi, accompagné de deux autres enfants, dont « l’un serait mort ». En plus de cela, le malfrat , qui s’est présenté comme un gendarme, demande aux parents de lui envoyer une somme de 50 000 francs CFA pour lui permettre de payer le transport et ramener à Bangui leur enfant. Aussitôt, les parents croyaient avoir affaire à une personne de bonne moralité, faisaient transférer dans l’immédiat une somme d’argent au malfrat qui n’est toujours pas arrivé dans la capitale avec leur enfant.

Et ce n’est pas tout. Les parents insistent à nouveau sur le mobile de malfrat qui indique cette fois qu’il serait bloqué à Damara avec leur enfant. Il est donc nécessaire de lui envoyer à nouveau de l’argent pour lui faciliter le transport. Incroyable, mais vrai !

Affaire à suivre…

 

  1. Y. Ibrahim

Journaliste rédacteur

Tél. : 70 13 39 97

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher