RCA : l’ancien ministre Henri Wanzet Linguissara pressenti prochain chef des renseignements à la présidence

Publié le 20 juillet 2021 , 8:06
Mis à jour le: 20 juillet 2021 8:06

 

 

Bangui, République centrafricaine, mercredi, 21 juillet 2021, 03:17:10 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Le général de la gendarmerie Henri Wanzet Linguissara,  ancien ministre de la sécurité publique, considéré comme le véritable artisan des fraudes électorales ayant conduit à la réélection du Président Touadera à l’élection présidentielle du décembre dernier, serait en phase d’être nommé chef des renseignements à la présidence de la République, a-t-on appris des sources gouvernementales.

Le ministre de l'intérieur Henri Wanzet Linguissara
Le ministre de l’intérieur Henri Wanzet Linguissara. CopyrightDR

 

Le commissaire de police Michel Nicaise NASSIN, ancien chef des renseignements à la présidence de la République, a été nommé ministre de la Sécurité publique dans le gouvernement du Premier ministre Henri Marie Dondra. Il remplace  le général de la gendarmerie Henri Wanzet Linguissara à la tête de l’intérieur. Comme à l’époque du Président François Bozizé,  le commissaire Michel Nicaise NASSIN avait été nommé à la tête de la police nationale au remplacement du général Wanzet. Mais celui-ci  n’a pas tardé à être renommé quelques mois plus tard à la tête de la police au remplacement du commissaire Michel Nicaise NASSIN, débouté par les gendarmes et policiers.

Mais cette année, Touadera voudrait faire le même jeu, mais autrement. Il compte nommer le général Henri Wanzet Linguissara, non pas à nouveau à la tête du ministère de la Sécurité publique, mais à la tête des renseignements à la présidence de la République à la place du commissaire Michel Nicaise NASSIN.

Mais certains doutent encore de voir un général de la gendarmerie nommé à ce genre de poste.

Selon certains médias, les deux hommes, à savoir Linguissara, à l’époque ministre de la sécurité publique, et  Michel Nicaise NASSIN, à l’époque chef de renseignements,   ont tous deux prouvé leur incapacité à prévoir et à signaler (i) la guerre de Bambari de janvier 2019 qui avait empêché la tenue de la Journée mondiale de l’alimentation (JMA), (ii) l’entrée incognito de l’ancien président François Bozizé à Bangui en décembre 2019, et (iii) l’infiltration des rebelles CPC à Bangui le 13 janvier 2021

 

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher