RCA : Lancement officiel du processus d’élaboration de l’étude nationale prospective « RCA 2050 »

Publié le 20 novembre 2020 , 4:39
Mis à jour le: 20 novembre 2020 5:28
Le chef de l'État Touadera lors du Lancement officiel du processus d’élaboration de l’étude nationale prospective « RCA 2050 »
Le chef de l’État Touadera lors du Lancement officiel du processus d’élaboration de l’étude nationale prospective « RCA 2050 ». Photo CNC / Cyrille Jefferson Yapendé

 

Bangui, République centrafricaine, vendredi, 20 novembre 2020, 10:25:26 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Le Président de la République, le professeur Faustin Archange TOUADERA a lancé officiellement à Bangui, ce jeudi 19 novembre 2020, le processus d’élaboration de l’étude nationale prospective « RCA 2050 ». Selon les autorités  du pays, cette étude devant déboucher sur la “Vision RCA 2050” servira de boussole de sorte que les différents plans politiques, économiques et sociaux à court terme qui seront lancés vont s’inscrire dans cette vision afin d’éviter des confusions ou des redondances.

 

Dans une perspective de construire une vision pour une Centrafrique nouvelle, les autorités du pays ont sollicité et reçu de la part du programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et de la Banque Mondiale, un appui technique et financier en vue de l’élaboration d’une étude nationale prospective (ENP) à l’horizon 2050. C’est ainsi que le chef de l’État, Faustin Archange TOUADERA a lancé officiellement la prospective ce jeudi 19 novembre 2020 pour impulser le consensus autour des dynamiques majeures qui vont marquer le devenir de la RCA, et faire un choix judicieux du devenir souhaité par l’ensemble des forces vives de la nation.

 

Selon le chef de l’État, la République centrafricaine, depuis son accession à l’indépendance en 1960, a élaboré et mis en œuvre plusieurs plans et programmes de développement qui avaient, entre autres, comme objectif global, la réduction de la pauvreté à travers la promotion de la croissance, le développement des secteurs productifs, notamment l’agriculture, la foresterie, les industries et les services. Malheureusement, les acquis de ces efforts ont été limités ou détruits par de multiples crises sociopolitiques et militaropolitiques qui ont atteint leur paroxysme en 2013.

D’après lui, sur le plan politique, l’instabilité des institutions de gouvernance, la  militarisation de la sphère et du jeu politiques ont perturbé la gouvernance administrative avec des répercussions incalculables sur le bien-être des populations centrafricaines. Sur le plan socioculturel, la pauvreté, les inégalités, la chute des systèmes d’éducation et de santé notamment, la fissuration du tissu social, les menaces de fentes dans la cohésion nationale sont autant de maux qu’on ne peut entreprendre de soigner qu’avec le concours de tous, et avec des remèdes politiques, économiques et sociaux qui sont ancrés dans une perspective de long terme.

 

 

Prenant la parole, monsieur Mballa déclare que  cette étude comprendra quatre phases essentielles : une étude rétrospective touchant les divers secteurs, une étude prospective qui déterminera les préoccupations et les aspirations, l’identification de différents scénarii de l’avenir et, enfin, la formulation de la vision. Cette dernière, selon monsieur Mballa,  permettra aux gouvernements successifs d’adopter des lois-plans et des lois-programmes, régionalisées, pour assurer un développement harmonieux sur l’ensemble du territoire national.

 

Par Cyrille Jefferson Yapendé

Journaliste rédacteur

Tél. : 72 62 01 14

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher