RCA : la sous-préfecture de Aba( nord-ouest)  reprise par l’armée nationale et ses alliés

Publié le 6 avril 2021 , 8:15
Mis à jour le: 6 avril 2021 8:15
des rebelles du mouvement 3R en tenue militaire dans la ville de Bocaranga le 28 mars 2019. Photo CNC / Maïguelé.
des rebelles du mouvement 3R en tenue militaire dans la ville de Bocaranga le 28 mars 2019. Photo CNC / Maïguelé.

 

Bangui, République centrafricaine, mardi, 6 avril 2021, 14:10:31 ( Corbeaunews-Centrafrique ). La sous-préfecture d’Aba, située au nord-ouest de la ville de Bouar, contrôlée depuis plusieurs années par les rebelles du mouvement 3R, membres du CPC, est reprise depuis hier par les éléments des forces armées centrafricaines, appuyées par les mercenaires russes et les troupes rwandaises. Les rebelles, surpris par cette offensive, se retirent de la ville.

 

Dans la préfecture de la Nana-Mambéré, les hommes armés qui occupaient la sous-préfecture de Aba ont été chassés hier lundi 5 avril par  les éléments des forces armées centrafricaines.  Selon les informations, ces rebelles auraient pris fuite  vers le village Bouli, situé   à plus de 150 kilomètres de Carnot sur l’axe Amadagaza.

Informées de cette situation, les forces loyalistes auraient réquisitionné  auprès  des conducteurs des motos-taxis  pour les devancer.

Pour l’heure, les rumeurs de la fuite de ces hommes armés vers Carnot inquiètent les populations locales.

Rappelons que la sous-préfecture de Aba est devenue il y a quelques mois le bastion des rebelles du mouvement 3R depuis leur chasse par les forces de la Minusca. Cependant, le nombre des exactions commises dans la région contre les civils se multiplie par dizaine, et les circulations dans le secteur sont strictement contrôlées par des rebelles qui n’hésitent plus à infliger de lourdes sanctions corporelles et financières contre les motocyclistes ainsi que les automobilistes et les piétons. Au même moment, sur des chantiers miniers locaux, le 3R s’emploie à rehausser le niveau de sécurité tout en imposant une nouvelle taxe aux artisans miniers, pour la plupart des étrangers venus des pays d’Afrique de l’Ouest ou du centre.

 

Par Gervais LENGA

Journaliste rédacteur, correspondant du CNC à Bouar

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +1 438 923 5892

alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher