RCA : La Plateforme I Londo Awè milite pour La participation massive des femmes dans la CVJRR

Publié le 6 octobre 2020 , 1:37
Mis à jour le: 6 octobre 2020 1:37
Les deux membres de la plateforme I Londo Awè par Jefferson Cyrille YAPENDE
Les deux membres de la plateforme I Londo Awè, le 5 octobre 2020 à Bangui. Photo CNC / Jefferson Cyrille YAPENDE

 

Bangui, République centrafricaine, mardi, 6 octobre 2020, 07:21:22 ( Corbeaunews-Centrafrique ). « Sans les femmes, pas de paix durable en République centrafricaine ! », tel est le mot d’ordre des femmes de la Plateforme I LONDO AWE qui lancent un signal fort aux neuf (9) membres de la commission de sélection des candidatures aux postes des commissaires de la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation (CVJRR). Lors d’un point de presse organisée ce lundi 5 octobre 2020 à Bangui, les membres de ladite association féminine insistent à ce que sur 11 commissaires qui seront sélectionnés, six (6) soient des femmes.

 

Selon les responsables de la Plateforme I Londo Awè  , en République centrafricaine, les femmes sont les principales victimes des différents conflits qui ont secoué notre pays alors qu’elles sont absentes des instances de prise de décision. Selon l’analyse du PNUD datant de 2019, la Centrafrique occupait 160e sur 167 pays pour le bien-être des femmes.

Selon madame Rosalie KOBO-BETH, porte-parole de la plateforme I LONDO AWE, les travaux de la Commission Vérité, Justice, réparation et réconciliation (CVJRR).  Est dans sa dernière phase, et des commissaires vont bientôt être sélectionnés. À ce titre, le combat de sa plateforme est de voir la participation massive des femmes dans les instances des prises des décisions, surtout dans le processus de la paix dans le pays. Et donc il est à rappeler au comité de sélection des candidatures aux postes des commissaires l’engagement de  sa plateforme I Londo Awè qui souhaite la représentation massive des femmes parmi les commissaires qui seront sélectionnés. D’après elle, le dépôt de candidature est déjà clos depuis le vendredi 2 octobre 2020, et le comité de sélection a encore devant lui tout le mois d’octobre pour se pencher sur les dossiers de candidatures. Or, rien ne garantit  que cette Institution chargée de prendre en compte  les dommages subis par les victimes, comme par exemple les violences basées sur les genres, soit  composée de moitié femmes moitié hommes.

« C’est la dernière chance  pour envoyer un signal fort. Sur les 11 commissaires qui  seront sélectionnés, nous demandons que  six soient des femmes », réitère madame Rosalie KOBO-BETH qui déplore également l’absence massive des femmes à l’Assemblée nationale comme dans le gouvernement.

Pour madame Grâce NGBALEO, l’une des membres de la plateforme « I Londo Awè », elles réclament plus des femmes dans les instances décisionnelles de la CVJRR en raison  de la sensibilité   des sujets ou des questions qui   seront abordées quand les commissaires seront mis en place et  les procès démarrent.

Notons que la CVJRR fait partie des recommandations du forum de Bangui de 2015 et prévues dans le cadre de l’accord politique pour la paix et la réconciliation nationale en RCA de 6 février 2019.

 

Par Cyrille Jefferson Yapendé

Journaliste rédacteur

Tél. : 72 62 01 14

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher