RCA : la cour constitutionnelle annonce avoir reçu la déclaration du patrimoine du chef de l’État, mais la société civile veut de preuve concrète

Publié le 1 mai 2021 , 9:16
Mis à jour le: 1 mai 2021 9:16
Prestation le 30 mars du chef de l'État Faustin Archange Touadera
Prestation le 30 mars du chef de l’État Faustin Archange Touadera

 

 

Bangui, République centrafricaine, dimanche, 2 mai 2021, 05 :19:43 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Si le greffe de la cour constitutionnelle annonce avoir enregistré la déclaration écrite de patrimoine du chef de l’État Faustin Archange TOUADERA après son investiture le 30 mars dernier, la société civile en doute carrément et veut des preuves par une communication « officielle et crédible » comme l’exige la constitution.

 

 D’après son entourage, le chef de l’État Faustin Archange TOUADERA, investi le 30 mars dernier,   aurait déposé sa déclaration écrite de patrimoine auprès du greffe de la cour constitutionnelle comme l’exige la Constitution du 30 mars 2016, et la cour le confirme. Aucune précision ni sur la date ni sur le contenu de la déclaration n’a été fournie par le greffe alors que la loi exige de la rendre publique.

Seulement voilà.  Pour Faustin Archange TOUADERA, la déclaration du patrimoine s’est vraisemblablement faite en toute discrétion. De quoi donner du grain à moudre à la société civile  qui exige des documents prouvant que le chef de l’État Faustin Archange TOUADERA avait déclaré ses patrimoines.

Pourtant, l’article 39 de la constitution stipule que « dans les trente jours qui précèdent la prestation de serment du président de la République nouvellement élu, celui-ci doit faire une déclaration écrite de son patrimoine déposée au greffe de la Cour Constitutionnelle qui la rend publique dans les huit jours francs ». Dans les trente jours qui précèdent également la cessation de ses fonctions, « le président de la République renouvelle la déclaration de son patrimoine dans les conditions prévues à l’alinéa ci-dessus ».

Selon un leader de l’opposition contacté par CNC, même la justice aussi ne respecte pas la loi.

Selon nos informations, le chef de l’État aurait seulement déclaré une partie de ses biens et non la totalité, comme prévu par la loi.

 

Aucun article à afficher