RCA : la colère des avocats centrafricains après l’arrestation de l’un de leur par la police de l’OCRB. Ils ont transmis un mémorandum au chef de l’État.

Publié le 16 septembre 2021 , 7:35
Mis à jour le: 16 septembre 2021 7:35

 

Bangui, République centrafricaine, vendredi, 17 septembre 2021, 02:06:42 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Depuis une semaine, les avocats centrafricains sont en colère et le font savoir en manifestant ce jeudi matin devant la cour d’appel de Bangui. La semaine dernière,  sur demande « du ministre d’État chargé de la justice », l’un de leur avait été arrêté par les éléments de la police de l’OCRB. Même si celui-ci avait été libéré le même jour, lors d’un sit-in jeudi matin devant le palais de la justice, ils ont transmis  un mémorandum au Président de la République.

Cour d'appel de Bangui. CopyrightCNC
Immeuble de la cour d’appel de Bangui. Photo CNC / Mickael Kossi.

 

Absents des cours et des tribunaux  depuis  une semaine,  les avocats centrafricains protestent toujours contre  la violation des procédures d’arrestation d’un de leurs  confrères le 9 septembre dernier.

« Dans le cas présent, il nous a été indiqué que c’est sur les instructions du garde des Sceaux que  notre confrère a été arrêté. Or, nous sommes dans une République, il y’a souvent des termes de la constitution la séparation de pouvoir. L’autorité publique  n’a pas à s’ingérer  dans le déroulement des procédures judiciaires… Il a été   libéré certes,  mais nous poursuivons  cette action pour manifester d’une manière générale notre mécontentement… », a déclaré maître  Émile Bizon, bâtonnier de l’ordre des avocats de Centrafrique.

Dès le début de cette manifestation la semaine dernière, le ministre a rejeté toute  implication dans cette affaire.

« Le ministre ne prend jamais des instructions pour qu’un individu quelconque soit arrêté.  La justice fonctionne selon les règles  qui gouvernent  les institutions. Donc le ministre n’a aucun pouvoir  pour ordonner que X soit arrêté », se défend le ministre d’État chargé de la justice Monsieur Arnaud Djoubaye-Abazène  .

Mais pourquoi cet avocat a été arrêté ?

« Ce qui est reproché à l’avocat  c’est d’avoir  rédigé un contrat de vente  entre deux individus sur lequel il y’avait eu des contestations sur la validité de ce contrat.  Ce qui n’est pas une infraction pénale.  Même si  s’il y’avait une infraction pénale,  la loi organique portant organisation judiciaire  en République centrafricaine, et le code de procédure pénale désigne bien  les organes qui sont chargés de mettre en action et en  mouvement  l’action publique », ajoute le bâtonnier centrafricain Émile Bizon.

Les avocats ont remis durant ce sit-in un mémorandum f à la présidence de la République. Ils demandent une audience au chef de l’État pour lui faire part, selon eux, de l’ingérence  de l’autorité politique  dans les affaires judiciaires.

 

  1. Y. Ibrahim

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher