RCA : JMA-2020 à Bossangoa, Touadera met la pression, et menace de ne pas se rendre dans la ville

Publié le 15 octobre 2020 , 1:52
Mis à jour le: 15 octobre 2020 2:44
L'ex Président de la République François Bozizé en caravane à Bossangoa copyright CNC/ Jefferson Cyrille YAPENDE / 18/09/20
L’ex Président de la République François Bozizé en caravane à Bossangoa, le 18 septembre 2020. Par CNC / Cyrille Jefferson Yapendé.

 

Bangui, République centrafricaine, jeudi, 15 octobre 2020, 07:42:11 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Le 16 octobre, journée mondiale de l’alimentation (JMA), célébrée chaque année en différé en RCA, prend une allure politique en cette année 2020 en raison du processus électoral en cours. Le chef de l’État Faustin Archange TOUADERA, qui, chaque année, n’a cessé de rehausser de sa présence à la célébration de cette journée internationale, menace cette année de ne pas se rendre à Bossangoa où la JMA 2020 sera organisée. Pourquoi ?

 

Pour la première fois en 30 ans, la journée mondiale de l’alimentation va être célébrée en RCA dans des conditions particulières en cette période de  la pandémie de Covid-19 : pas de réhabilitation des infrastructures routières, pas de construction des logements pour les délégations officielles, contrairement à celle de Bambari l’année dernière.

Pour les organisateurs de cette journée internationale, il ne fait aucun doute, on ne peut tenir la JMA dans ces conditions, il faut nécessairement la différer. Mais le chef de l’État, ferme sur sa position, exige que cette date du 16 octobre soit retenue pour la JMA-2020 à Bossangoa, sinon il ne serait pas disponible d’y participer, selon les organisateurs. Pourquoi ?

D’après des sources concordantes au sein du MCU, le parti présidentiel, à partir de fin octobre 2020, le calendrier du chef de l’État serait bien chargé à cause du préparatifs des élections du 27 décembre. Or, pour certains observateurs,  le chef de l’État a peut-être raison. À partir du mois de novembre, c’est le dépôt des candidatures pour la présidentielle et les législatives. La Cour constitutionnelle va également valider ou non ces dossiers. Sachant le,  la candidature de l’ancien Président François Bozizé, qui a suscité de nombreux débats ce dernier temps dans le pays, pourrait être validée ou non par la Cour constitutionnelle. Et si d’aventure le dossier de Bozizé est recalé par la justice, il y aura sans doute des tensions dans le pays, en particulier à Bossangoa, sa ville d’origine. Dans cette condition, le chef de l’État ne pourra pas prendre risque de se rendre dans cette ville dans des telles circonstances troubles.

« Il le sait, il le prévoit », réagit un observateur de la vie politique nationale.

Notons que dans une déclaration faite lors d’une conférence de presse de la coalition de l’opposition démocratique à la veille du vote de la loi rectificative du code électoral, l’ancien Président de la République François Bozizé disait : «  En ce qui me concerne, rien ne m’empêche d’être candidat et c’est la raison pour laquelle on est en train de monter toutes sortes de scénarios pour m’éliminer. Pourquoi ? », s’est-il interrogé, et d’ajouter : « Vous vous rendez compte, en tant qu’ancien chef de l’État, je deviens persona non grata chez moi… ».

Aux dernières nouvelles, les populations de Bossangoa ont boudé, et la JMA-2020 est reportée à une date ultérieure, sans doute après décembre.

Affaire à suivre.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste politique

Alain Nzilo

Directeur de publication

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher