RCA : Igor Lamaka, porte-parole de la milice Anti-Balaka dénonce une arrestation arbitraire de ses hommes à Bangui.

Une patrouille de la gendarmerie centrafricaine le 6 août 2019 à Bangui. Photo CNC / Mickael Kossi
Une patrouille de la gendarmerie centrafricaine le 6 août 2019 à Bangui. Photo CNC / Mickael Kossi

 

Bangui ( République centrafricaine ) – Ils sont une vingtaine à être arrêtée par les forces de l’ordre ce samedi 28 mars  au domicile du ministre du Tourisme et de la Culture,  Dieudonné Ndomaté alors qu’ils étaient en réunion. Ce sont des anciens FACA ayant manœuvré dans la milice Anti-Balaka,  selon le porte-parole de la milice Anti-Balaka aile Ngaïssona, Igor Lamaka, qui dénonce par ailleurs une arrestation arbitraire.

 

D’après Igor Lamaka, porte-parole des Anti-Balaka l’aile Ngaïssona, les suspects, arrêtés ce samedi par les forces de l’ordre lourdement armées au domicile du ministre Dieudonné Ndomaté, seraient tous des anciens soldats FACA ayant manœuvré dans la milice Anti-Balaka.

D’après lui, c’est prévu dans l’accord de Khartoum que tous les anciens militaires ayant combattu dans les groupes armés, Seleka ou Anti-Balaka devraient être comptabilisés et listés afin qu’une décision soit prise concernant l’harmonisation de leur grade.

Or, le samedi dernier, une première réunion avec les anciens FACA-Balaka avait  eu lieu au domicile du ministre Dieudonné Ndomaté, et aujourd’hui, c’est la seconde réunion que les forces de l’ordre sont intervenues pour arrêter une vingtaine, en dépit des explications du ministre Dieudonné Ndomaté.

Contacté par CNC, le porte-parole Igor Lamaka déplore cette arrestation et parle d’une arrestation arbitraire. Selon lui, cette réunion est légale, et c’est prévu dans l’accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine, signé le 6 février 2019 entre les groupes armés et le gouvernement centrafricain.

Pour le ministre Dieudonné Ndomaté, contacté par CNC, étant ministre de la République, les forces de l’ordre qui sont intervenues à son domicile n’ont aucun respect pour lui, encore moins de sa famille qui était paniquée lors de l’intervention des forces de l’ordre qui auraient cassé son portail  avant de pénétrer dans sa concession.

D’après lui, tous les suspects sont actuellement incarcérés au camp de Roux alors qu’ils n’auraient rien fait du mal.

« Peut-on organiser un coup d’État en plein midi publiquement dans un quartier populaire où les passants sont nombreux à observer tout ce qui se passe autour d’eux? » s’interroge le ministre, très mécontent de cette arrestation.

D’après le ministre, des contacts ont été pris avec la ministre de la Défense, Madame Marie-Noëlle Koyara, mais celle-ci aurait indiqué qu’elle n’est pas au courant de cette arrestation. Même le ministre de la Sécurité publique, le général Henri Wanzet Linguissara,  quant à lui, aurait indiqué au ministre qu’il se trouvait à Bobangui, sur la route de Mbaïki dans le cadre du préparatifs de la commémoration du 29 mars, anniversaire du décès du président fondateur Barthélemy Boganda. Il n’est pas informé, selon sa version.

Pour l’heure, aucune réaction de la part du parquet général de Bangui.

Alors, la question que tout le monde se la pose est de savoir pourquoi le pouvoir de Bangui panique-t-il jusqu’à ce point pour un coup d’État qui ne peut avoir lieu en ce moment en République centrafricaine ?

 

Anselme Mbata

Copyright2020CNC.