RCA : gouvernement d’union nationale, des partis politiques haussent le ton.

Publié le 9 mars 2019 , 7:53
Mis à jour le: 9 mars 2019 8:16
Photo de famille du premier gouvernement de Simplice Mathieu Sarandji en 2016.

 

Bangui (CNC) – Après les partis CRPS de Maître Nicolas Tiangaye, RPR de Alexandre Nguééndet et MDREC de Joseph Bendounga, c’est le tour du parti RDC de Désiré Zanga-Bilal Kolingba de critiquer sévèrement la nouvelle composition du gouvernement d’union nationale issu de l’accord de Khartoum du 6 février dernier.

 

Si le parti Rassemblement démocratique centrafricain (RDC) accuse sans détour le Président de la République Faustin Archange TOUADERA de ne pas respecter l’esprit de l’accord de Khartoum en ce qui concerne l’article 21 dudit accord qui recommande fortement la mise en place immédiate d’un gouvernement véritablement inclusif avec les représentants des groupes armés, les trois (3) autres partis politiques, notamment le CRPS de Maître Nicolas Tiangaye, le RPR de l’ancien Président du Conseil national de transition Ferdinand Alexandre Nguéndet et le MDREC de l’ancien ministre Joseph Bendounga, réunis au sein d’une coalition de circonstance, ont tout simplement exigé dans une déclaration faite le 8 mars dernier la démission du nouveau gouvernement de Firmin NGRÉBADA en ce terme : « … Face à la gravité de la situation susceptible d’embraser à nouveau le pays, l’Opposition démocratique (CRPS,RPR,MDREC) :

… Exige la démission immédiate du Gouvernement de récompense et de projection électorale et la formation sans délai d’un nouveau gouvernement réellement inclusif, seul apte à impulser une dynamique indispensable au retour de la paix et favorisant la réconciliation nationale ».

Avant d’appeler toutes les parties signataires de l’accord de paix de Khartoum à faire preuve de retenue dans leur déclaration, les quatre partis politiques exhortent le Président de la République Faustin Archange Touadera à garantir la stricte application dudit accord qui suscite une relative lueur d’espoir, voire d’espérance à toute la population meurtrie.

À en croire à certains Conseillers à la Présidence de la République, les vives réactions de la classe politique nationale et des groupes armés au lendemain de la publication de la composition du nouveau gouvernement d’union nationale ont été prises au sérieux par le chef de l’État Touadera qui prendra dans les jours à venir ses responsabilités comme garant de paix et de l’unité dans le pays.

 

Copyright2019CNC.