RCA : extrême tension entre maître Nicolas Tiangaye et le chef rebelle Mahamat Alkhatim du MPC

Publié le 9 octobre 2020 , 1:12
Mis à jour le: 9 octobre 2020 1:12
De gauche à droite, Maître Nicolas Tiangaye et Mahamat Alkhatim, image combinée par CNC le 9 octobre 2020.
De gauche à droite, Maître Nicolas Tiangaye et Mahamat Alkhatim, image combinée par CNC le 9 octobre 2020.

 

Bangui, République centrafricaine, vendredi, 9 octobre 2020, 06:17:58 ( Corbeaunews-Centrafrique ). La tension est très vive à tel point que les deux hommes promettent de se rendre la monnaie de la pièce dans l’avenir, et ce,  en dépit de la médiation de l’ex-Premier ministre de transition Mahamat Kamoun.

 

Après l’ancien Premier ministre Martin Ziguélé dont le chef rebelle Mahamat Alkhatim avait ordonné la confiscation de son camion à Kaga-Bandoro, c’est le tour de l’ex-Premier ministre Nicolas Tiangaye de subir les conséquences de comportement criminel du mercenaire tchadien Mahamat Alkhatim, chef d’État major du mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC).

En effet, selon les premiers éléments d’informations recueillis par la rédaction du CNC, tout est parti du braquage d’un véhicule du type Toyota Land-Cruiser BG80 appartenant à maître Nicolas Tiangaye par les éléments rebelles du MPC à Kaga-Bandoro, alors que celui-ci transportait des matériels de campagne de la candidate aux législatives du parti CRPS de Maître Nicolas Tiangaye dans la circonscription de Kabo, située dans la préfecture de l’Ouham.

D’après des témoignages concordants, le véhicule était en provenance de Bangui la semaine dernière quand les rebelles du MPC l’ont braqué au plein centre-ville de Kaga-Bandoro, prétextant qu’ils auraient reçu un appel de Bangui faisant état d’un véhicule Toyota Land-Cruiser volé qui se dirigeait vers la frontière du Tchad. C’est ainsi que les rebelles ont récupéré le pick-up de maître Nicolas Tiangaye avec sa cargaison pour une destination inconnue. Des contacts ont été pris avec la Minusca et d’autres personnalités, dont l’ancien Premier ministre de transition Mahamat Kamoun  pour engager des négociations avec le chef rebelle Mahamat Alkhatim, mais en vain.  Ce dernier préfère hausser le ton, provoquant la colère de maître Nicolas Tiangaye qui promet de lui rendre la monnaie de  pièce dans l’avenir. Ce que le chef rebelle a fait de même de son côté, promettant aussi des représailles.

Pour de nombreux habitants de Kaga-Bandoro, ce genre de véhicule ne devrait pas venir dans les zones occupées par les groupes armés, en particulier le MPC, UPC et 3R, car ils recherchent activement des pick-up pour se déplacer sur le terrain. « C’est un cadeau gratuit aux rebelles », disaient-il.

Notons que Mahamat Alkhatim avait ordonné la confiscation au mois de mai 2020 des matériaux de construction d’une école fournis par le député de Kabo 1 Clément NOBONA pour la simple raison qu’il est du parti MLPC. D’après lui, seul les candidats du pouvoir doivent traverser les zones qu’ils occupent militairement.

Pendant ce temps, à Bangui, le gouvernement et la Minusca s’accordent à dire que la sécurité des candidats aux prochaines élections du 27 décembre 2020 sera assurée par les casques bleus et les FACA. Mais comment ?

 

Par Anselme Mbata

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher