RCA : Ernest Mizedio, député d’Obo 1   dénonce la connivence du contingent marocain de la Minusca avec les rebelles de l’UPC

Publié le 22 octobre 2020 , 2:10
Mis à jour le: 22 octobre 2020 2:13
un soldat de la minusca sur un char-blindé lors de l'opération du démantèlement des barrières illégales de l'upc sur axe bambari alindao le 1 février 2020
Un soldat de la Minusca sur un blindé de la Minusca lors de l’opération “Mo Kiri” le premier février 2020.

 

Bangui, République centrafricaine, jeudi, 22 octobre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique). Même si la Minusca déclare sa stupéfaction suite aux propos du député Ernest Mizedio  qui dénonce la connivence du contingent marocain de la Minusca avec les rebelles de l’UPC   dans la préfecture du Haut-Mbomou, au sein de la population, cette affaire suscite un véritable remous  . Nombreux sont ceux qui exigent une enquête parlementaire indépendante pour y faire la lumière, et éventuellement punir les responsables si les faits sont avérés.

 

Le 13 août 2020, trois commerçants du Haut-Mbomou, en provenance du Soudan voisin, ont croisé à 17 kilomètres de Bambouti un groupe des mercenaires rebelles de l’UPC lourdement armé. Au cours de leur rencontre inattendue, ces derniers ont froidement abattu  l’un des trois commerçants avec leurs armes pendant que les deux autres ont réussi à s’échapper dans la brousse. À cette époque, les commerçants locaux, très en colère, ont manifesté leur mécontentement contre les nombreux actes criminels perpétrés par des éléments rebelles de l’UPC dans le Haut-Mbomou.

Cependant, le député de la première circonscription d’Obo, chef-lieu de la préfecture du Haut-Mbomou, dans sa déclaration en date du 19 octobre, accuse les Casques bleus du contingent marocain d’être de connivence avec ces rebelles de l’UPC. D’après lui, quelques minutes avant l’assassinat de ce jeune commerçant par les mercenaires de l’UPC, des Casques bleus marocains de la Minusca, qui sont partis d’Obo, et qui convoyaient une équipe de vaccination  qui partait à Zémio, ils se sont croisés avec ce même groupe des rebelles de l’UPC à 30 kilomètres d’Obo sur l’axe Zémio. Contre toute attente, les Casques bleus marocains sont descendus de leur véhicule blindé pour ravitailler les assaillants avec de l’eau et de la nourriture, et ce, au vu du député de Mboki qui faisait partie du convoi escorté par la Minusca,  et aussi des agents de l’autorité nationale des élections qui venaient à  Mboki, mais également des agents de vaccination  qui partaient pour Zémio.

 

Pour le député Ernest Mizedio, il ne fait aucun doute, les soldats marocains de la Minusca sont en connivence avec les rebelles de l’UPC dans le Haut-Mbomou, et il exige une enquête parlementaire indépendante pour y faire la lumière. Cependant, la Minusca, dans un communiqué publié ce mercredi 21 octobre, dénonce ce qu’elle appelle « des propos mensongers » du député Ernest Mizedio.

« La MINUSCA met en garde THonorable Ernest Mizedio contre toute tentative de saper la cohésion entre la MINUSCA et les populations du Haut Mbomou et se réserve le droit de porter cette campagne de haine au plus haut niveau national et international », a déclaré la Minusca.

pendant ce temps, au sein de la population centrafricaine, seule une enquête parlementaire indépendante pourrait faire la lumière sur cette affaire, et traduire en justice les coupables une fois que les faits sont avérés.

Notons que le contingent marocain  de la Minusca n’est pas le seul à être confronté à ce genre d’allégations  de connivence avec les rebelles.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste politique

Alain Nzilo

Directeur de publication

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher