RCA : élections présidentielle et législatives, Serge Magloire MOLOGBAMA saisit la cour constitutionnelle pour la date des élections qui serait « anticonstitutionnelle »

Publié le 27 novembre 2020 , 3:12
Mis à jour le: 27 novembre 2020 3:12
La pancarte de la Cour Constitutionnelle de Centrafrique
Photo CNC / Cyrille Jefferson Yapendé

 

Bangui, République centrafricaine, vendredi, 27 novembre 2020, 09:06:24 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Alors que la cour constitutionnelle est sur le point de publier ce vendredi 27 novembre les listes définitives des candidats  aux élections présidentielles et législatives, monsieur Serge Magloire MOLOGBAMA, « un consultant en développement », estime que les dates des scrutins fixées au 27 décembre 2020 violent la constitution du 30 mars 2016. Une requête a été déposée en ce sens auprès de la cour constitutionnelle par l’intéressé.

 

« Sachant que le terme du mandat du Président en exercice est fixé au 30 mars 2021, le délai constitutionnel  c’est à partir de ça. Quarante-cinq jours au moins, c’est le 13 février 2021. 90 jours au plus,  c’est le 30 décembre 2020. Ce qui signifierait que pour nous,  à la lumière de la constitution, la date du scrutin du dimanche  27 décembre viole d’une manière fragrante la constitution  de la République centrafricaine. Et si la cour constitutionnelle  devait dire le droit, elle doit nous dire si peu que cette date est anti constitutionnelle », a déclaré monsieur Serge Magloire MOLOGBAMA qui a également ajouté que la transition est anticonstitutionnelle :

« Le scrutin du 27 décembre 2020 est anticonstitutionnel. Les deux vannes, si on veut  que ce peuple  soit un peuple digne, nous demandons à la cour constitutionnelle, dans une troisième requête, de renvoyer tous les acteurs  à la détermination  d’une nouvelle date constitutionnellement fondée, acceptée par tous, permettant à la République centrafricaine d’organiser des élections générales justes et   crédibles  pouvant pousser  la République centrafricaine à l’émergence  et au développement », a-t-il ajouté.

Rappelons que  le leader du mouvement démocratique pour la renaissance et l’évolution de Centrafrique (MDREC),, Monsieur Joseph Bendounga, dans sa dernière requête, avait saisi à nouveau la cour constitutionnelle afin d’interpeller les juges  sur les candidatures de certains prétendants issus des groupes armés, ou encore de leurs complices. Pourtant, ce vendredi, les juges vont publier, en audience publique, les listes définitives des candidats pour les législatives.

Affaire à suivre.

 

  1. Y. Ibrahim

Journaliste rédacteur

Tél. : 70 13 39 97

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher