RCA : élections 2020 – 2021, un glissement de calendrier est probable

Publié le 15 septembre 2020 , 3:05
Mis à jour le: 15 septembre 2020 3:05
Centrafrique : Le gouvernement centrafricain rapatrie les réfugiés centrafricains du Congo Démocratique 396 réfugiés centrafricains vivant au Congo Démocratique sont de retour à Bangui jeudi 21 novembre 2019 avec le concours des gouvernements Centrafricain, Congolais et du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR). Ils ont été accueillis ce matin au port Amont par les autorités centrafricaines et congolaises. Il s’agit d’une première vague des 1 000 réfugiés centrafricains présents sur la terre congolaise, qui ont été ramenés volontairement grâce à la signature d’un accord tripartite entre le HCR, le gouvernement Centrafricain, de la RDC et du HCR au mois de juillet dernier. Ce cadre juridique encadre le retour volontaire des 400 réfugiés centrafricains dans la dignité et la sécurité. Pour Virginie Baïkoua, ministre de l’action humanitaire, « Des dispositifs sécuritaire, sanitaire, judiciaire ont été pris pour faciliter ce retour. 396 de nos compatriotes, sur les 4000 au RDC, ne sont plus des réfugiés, c’est avec beaucoup de sentiments que nous les avons accueillis », a déclaré Virginie Baïkoua. Des mesures sanitaires ont été prises par la Centrafrique craignant d’être exposée par le virus Ebola qui sévit depuis un an au Congo. Pour cela, une équipe de veille et de contrôle a été installée sur le rivage, « une équipe de surveillance et de lavage des mains est installée. Des appareils de détection des signes d’Ebola nous ont été remis. Au cours de ces observations, quelques personnes ont une température au-dessus de 38°c », a relevé la responsable du centre ambulant de santé, Emma Mbilinaguéra Babo. A en croire le Représentant du HCR en Centrafrique, Buti Kale, ce n’est qu’une première série des retours volontaires qui seront « organisés hebdomadairement pour favoriser le rapatriement total des réfugiés centrafricains au Congo Démocratique », a annoncé Buti Kale. Il y a quelques jours, les réfugiés du Cameroun sont aussi rapatriés par les gouvernements centrafricains et Camerounais encadrés par le HCR à Berberati. Ces retours ne concernent que les zones où la sécurité revient peu à peu. Cédric Wa-Gomba
Les électeurs en rang devant un bureau de vote à Bangui le 31 mars 2016. CopyrightANE.

 

Bangui, République centrafricaine, lundi 14 septembre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Tout porte à croire que le premier tour des élections  et législatives prévues pour le 27 décembre n’aura probablement pas lieu à la date initialement indiquée. Un report d’un mois serait prévu par l’autorité nationale des élections (ÂNE).

 

Dans son rapport circonstanciel remis au Premier ministre et au ministre de l’Administration du territoire, l’autorité nationale des élections a avoué avoir eu des difficultés à boucler les opérations d’enrôlement des électeurs à la date initialement prévue, c’est-à-dire au plus tard le 27 septembre 2020, date à laquelle le chef de l’État doit convoquer le corps électoral. Elle demande cependant un délai supplémentaire jusqu’au 8 octobre 2020 afin de rendre disponible le fichier électoral. Ceci dit, conformément aux dispositions du code électoral et de la Constitution,  le report du premier tour des élections générales prévu le 27 décembre 2020 serait inévitable. Un conseil des ministres extraordinaire est prévu ce lundi 14 septembre  pour statuer sur le déroulement de ce processus électoral.

Notons qu’initialement, le chronogramme établi par l’autorité nationale des élections (ÂNE), les élections présidentielles et législatives se tiendront le 27 décembre 2020 pour le premier tour, et les résultats provisoires du premier tour seront proclamés le 4 janvier 2021 par l’ÂNE, tandis que le résultat définitif sera annoncé par la Cour Constitutionnelle le 23 du même mois. Pour le second tour, la date des échéances est maintenue pour le 7 février 2021, et la proclamation des résultats définitifs est programmée  pour 9 mars de la même année.  Cependant, les opérations des inscriptions sur la liste électorale, débutées en juin dernier, se poursuivent encore dans 3 préfectures, mais également à l’étranger.

 

Gisèle MOLOMA

Journaliste politique

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher