RCA : échec du grand rassemblement de paix, Michel Am-Nondokro DJOTODIA quitte Bria

Publié le 5 octobre 2020 , 12:22
Mis à jour le: 5 octobre 2020 12:22
les électeurs devant un bureau de varrivé de l’ex-chef d’État de transition Michel Am-Nondokro DJOTODIA à l'aérodrome de Briale 3 octobre 2020. Photo CNC / Moïse Banafio
arrivé de l’ex-chef d’État de transition Michel Am-Nondokro DJOTODIA à l’aérodrome de Bria, saluant les officiers généraux du FPRC, le 3 octobre 2020. Photo CNC / Moïse Banafio

 

 

Bria, République centrafricaine, lundi, 5 octobre 2020, 06:14:49 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Après a voir entretenu avec de diverses entités civiles et militaro-politiques toute la nuit du samedi à dimanche, l’ex-chef d’État de transition Michel Am-Nondokro DJOTODIA a quitté la ville de Bria dimanche 4 octobre pour Kaga-Bandoro puis Bangui, avec un sentiment de déception et d’échec pour son projet du grand rassemblement de paix qu’il entend organiser dans la ville, a constaté sur place un envoyé spécial du CNC.

 

Après le village Bokologbo, dans la préfecture de la Ouaka, l’ancien chef rebelle Michel Am-Nondokro DJOTODIA est atterri à l’aérodrome de Bria, chef-lieu de la préfecture de Haute Kotto samedi 3 octobre aux environs de 13 heures. Sur place, l’homme avait déclaré qu’il comptait rester dans la ville 72 heures avant de rentrer à Bangui. Mais contre toute attente, l’homme change son agenda et quittait la ville le lendemain matin pour la ville de Kaga-Bandoro puis Bangui. Mais entre temps, dans la nuit du samedi à dimanche, il organisait des réunions avec de diverses entités politiques, groupes armés, société civile ainsi que les notables locaux.

Contrairement à ce qu’il avait annoncé sur les ondes qu’il n’était pas rentré dans son pays pour soutenir la candidature du chef de l’État Faustin Archange TOUADERA à la présidentielle du 27 décembre 2020, Michel Am-Nondokro DJOTODIA, à Bokologbo comme à Bria, disait le contraire. Il n’a cessé de déclarer son soutien au candidat Touadera et demande également à ses interlocuteurs  de le faire ainsi. D’après ce qu’il a dit, tous les musulmans et les Peuls doivent se ranger derrière la candidature de Touadera, car celui-ci a un grand projet pour le Nord.

« Si on lui donne une nouvelle chance pour un second mandat,  Touadera va changer plein des choses dans le pays. Mais faut pas oublier que Bozizé est là. S’il revient au pouvoir, c’est la guerre », a renchéri Michel Am-Nondokro DJOTODIA à Bria comme à Bokologbo.

Avant de quitter Bria, l’ex-chef rebelle n’a pas manqué de souligner sa déception pour l’échec de son projet du grand rassemblement de paix.

« Abdoulaye Hissen  c’est mon cadet. Les gens l’ont monté contre moi, mais j’ai toujours une estime pour lui. Mahamat Alkhatim, Ali Darassa est des frères. Je vais quitter Bria, mais je reviendrais sans doute avant ou après la campagne électorale. Mais il ne faut pas oublier une chose : voter Faustin Archange TOUADERA pour la paix et le développement du Nord »,  a mentionné Michel Am-Nondokro DJOTODIA à ses interlocuteurs avant de quitter la ville dimanche vers 8 heures pour la ville de Kaga-Bandoro, chef-lieu de la préfecture de la Nana-Gribizi, où il est attendu pour un entretien avec le mercenaire chef rebelle Mahamat Alkhatim, patron du groupe Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC).

.

Par Moïse Banafio

Journaliste rédacteur, et correspondant du CNC à Bria

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp :+1438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher