RCA : écartée de la douane, la société Wagner exige une compensation financière au chef de l’État

Publié le 11 octobre 2021 , 7:28
Mis à jour le: 11 octobre 2021 7:28

 

Bangui, République centrafricaine, mardi, 12 octobre 2021, 02:30:04 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Il ne fait aucun doute, Wagner tente de secouer le pays avec des rumeurs. L’objectif, faire peur aux autorités que leur survie est entre leurs mains et non celles d’autres personnes. En plus, ils tentent d’attiser le climat de méfiance au plus haut sommet de l’État. C’est pourquoi le lundi dernier, ils ont accusé ouvertement le Premier ministre Henri-Marie  Dondra de vouloir faire tomber le chef de l’État. Ils exigent son départ de la primature et une compensation financière. Et ce n’est pas tout !

 

Depuis près de cinq jours, rien ne va plus entre le chef de l’État Faustin Archange Touadera et son Premier ministre Henri-Marie Dondra, accusé de vouloir coûte que coûte faire tomber le régime.

Les mercenaires russes, qui n’ont pas du tout supporté d’être écartés de la mangeoire de la douane, participent désormais à la bataille des deux anciens premiers ministres contre le premier ministre Henri-Marie Dondra. Ils multiplient de folles rumeurs selon lesquelles celui-ci prépare un coup d’État. En plus, ils exigent du chef de l’État une compensation financière de 40 milliards de francs CFA à verser au plus tard mercredi 13 octobre. Touadera qui sait pertinemment que la caisse de l’État est vide en ce moment,  retourne sa colère contre son Premier ministre. Ainsi s’ouvre une période de tension à la tête de l’exécutif.

Pour l’heure, Touadera ne sait pas comment faire pour trouver une grosse somme de 40 milliards en deux jours pour satisfaire les Wagner, d’autant plus que l’Assemblée nationale, qui est actuellement en session parlementaire, tente en vain de  trouver 7 millions de francs CFA pour la collation  des députés.

Au même moment, à Béloko, les Russes refusent de quitter leur  poste à la douane tant que le chef de l’État ne leur verse pas la somme exigée, c’est-à-dire les 40 milliards de francs CFA d’ici mercredi.

À Bangui, dans les rues de la capitale, les forces de défense et de sécurité intérieure sont déployées partout, faisant de telle sorte que la peur s’enflamme dans le pays.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher