RCA : disponibilité partielle des listes électorales, l’autorité nationale des élections annonce un léger retard

Publié le 10 octobre 2020 , 9:06
Mis à jour le: 10 octobre 2020 9:06
centre d'enrôlement des électeurs quartier galabadja terrain sans cas le 12 juillet 2020
Centre d’enrôlement au quartier Galabadja 3 dans le huitième arrondissement de Bangui. Photo CNC / Anselme Mbata

 

Bangui, République centrafricaine, samedi, 10 octobre 2020, 14:58:54 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Prévue pour ce vendredi 9 octobre 2020, la publication des listes électorales provisoire annoncée par l’autorité nationale des élections accuse finalement un léger retard, selon son rapporteur général Julius Ruffin Ngoadebaba.

 

Si l’on en tient à la promesse faite par l’autorité nationale des élections (ÂNE), les listes électorales provisoires et partielles devraient être affichées dans les différents centres d’enrôlement des électeurs ce vendredi 9 octobre 2020. Malheureusement, ce qui n’est pas le cas, et aucun représentant de l’ÂNE n’est visible ce jour dans les différents centre pour rassurer les centrafricains afin de recueillir des plaintes pour des éventuels contentieux.

« La liste a commencé à être produite  depuis le 8 octobre dans l’après-midi. Les listes du Haut Mbomou, de la Basse Kotto et   de la Mambéré-Kadéï ont été déjà déployées sur le terrain par avion », a déclaré Monsieur Julius Ruffin Ngoadebaba, qui assure les centrafricains que le déploiement se poursuit sur le terrain, et  les impressions des listes électorales se font au centre du traitement des données, et acheminées au fur et à mesure sur le terrain pour  être affichées dans les centres du recensement électoral.

D’après lui, les Centrafricains pourront voir leur nom sur la liste électorale à partir du lundi 12 octobre 2020. À partir dde ce moment, le délai des contentieux démarre pour 10 jours si des irrégularités sont constatées sur la liste.

Rappelons que l’autorité nationale des élections a une obligation juridique de boucler les fichiers électoraux d’ici le 25 octobre, date à laquelle le chef de l’État doit convoquer le corps électoral, suivi du dépôt des candidatures pour la présidentielle et les législatives.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste politique

Alain Nzilo

Directeur de publication

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher