RCA : des détenus de la prison de Ngaragba et de Bimbo formés dans différents domaines professionnel

Publié le 16 juillet 2021 , 4:41
Mis à jour le: 16 juillet 2021 4:41

Bangui, République centrafricaine, vendredi, 16 juillet 2021, 10:31:39 ( Corbeaunews-Centrafrique ).  C’est une formation professionnelle organisée au bénéfice des détenus de la prison centrale de Ngaragba et celle de la maison d’arrêt et de correction de femmes de Bimbo à Bangui.

Les co-détenus des victimes du Covid-19 à Ngaragba le 8 mai 2020. Photo CNC / Anselme Mbata
Les co-détenus des victimes du Covid-19 à Ngaragba le 8 mai 2020. Photo CNC / Anselme Mbata

 

Grâce à l’appui technique de l’organisation pénale réformée internationale  et le soutien de la Minusca, ces détenus sont formés dans différents domaines tels que la plomberie, la menuiserie et la fabrication de plusieurs solaire. Pour cette vague, ce sont au total 50 détenus dont 7 femmes et 43 hommes qui ont pris part  de mars à juin 2021.

« On nous a formés sur la canalisation. On nous a appris aussi comment distribuer l’eau. Cela m’a permis de maîtriser comment installer les appareils  sanitaires dans une salle de bain », explique un détenu formé.

Ces formations professionnelles d’une durée initiale de trois mois visent les détenus ayant fait l’objet  d’une condamnation définitive. L’objectif est de favoriser leur réinsertion socioprofessionnelle  et, par conséquent, réduire le taux de récidive au sein de la population carcérale.

Ce projet représente une aubaine pour la plupart des bénéficiaires. Après avoir purgé leur peine, ces derniers espèrent ainsi décrocher un emploi grâce à la formation qu’ils ont reçue  pendant leur détention.

« Auparavant je n’ai pas de métier, mais présentement   j’ai un  métier, et quand je sors dehors, je vais m’établir quelque part et  travailler pour gagner ma vie », déclare un autre détenu formé.

Les formateurs quant à eux se montrent patients  avec cette classe un peu particulière  d’apprenant,  comme nous le confie l’un d’entre eux :

« Pour un début c’est un peu difficile. C’est une mission qui nous a confiés,  mais ça a été un peu difficile, mais au fur et à mesure,  on essaie de nous adapter à ces enfants ».

Toujours selon les éducateurs, cette formation pour rôle de sensibiliser les  la population via les futurs ex-détenus sur des problématiques importants, mais cette fois d’un ordre plus global  comme la réduction du déboisement des forêts  ou le besoin de ménage notamment le bois de chauffe.

À la maison d’arrêt et de correction des femmes de Bimbo, les apprenantes sont formées en fabrication de four solaire respectant l’environnement. L’une des bénéficiaires formées en menuiserie exprime sa satisfaction :

« Dès que je sortirai de la prison,  je ne vais plus m’aventurer.  Si le bon Dieu me prête vie,  j’ai des enfants et mes petits fils à ma charge, si j’arrive à avoir les outils personnels, les personnes  qui n’ont pas d’emploi je vais les prendre à mes côtés, je vais leur montrer ce que j’ai appris. Je peux aussi fabriquer des fauteuils, voir même des tables. On peut les revendre , dont les revenus me permettront d’acheter d’autres planches pour me permettre de fabriquer d’autres meubles afin de gagner notre vie ».

 

  1. Y. Ibrahim avec Guira FM

Journaliste rédacteur

Tel : 70 13 39 97

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher