RCA : démarrage du désarmement et  démobilisation partielle des ex-combattants à Bria

Publié le 16 septembre 2020 , 1:07
Mis à jour le: 16 septembre 2020 1:07
une patrouille des éléments rebelles du FPRC à Bria, le 30 août 2020. Photo CNC / Moïse Banafio
une patrouille des éléments rebelles du FPRC à Bria, le 30 août 2020. Photo CNC / Moïse Banafio

 

Bria, République centrafricaine, mercredi 16 septembre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Des centaines des ex-combattants appartenant aux différents groupes armés actifs dans la ville minière de Bria, à savoir le  FPRC, RPRC, MLCJ et Anti-Balaka ont démarré ce mardi le processus de leur désarmement et démobilisation.

 

Selon le capitaine Guy Sylvère Ngoni en charge du suivi de ce processus du désarmement et de démobilisation, celui-ci  comporte notamment le désarmement, suivi par une visite médicale, puis l’enregistrement de leur liste dans une base de données. Ensuite, les ex-rebelles choisiront leur orientation, soit vers les USMS (Unité spéciale mixte de sécurité), soit  la réintégration socioéconomique.

À brilla, selon le capitaine Ngoni, environ 528 combattants  en tout qui vont être désarmés. Et le FPRC, principal groupe armé actif dans la ville, a mobilisé  au premier jour plus de 30 combattants, dont Abdela Mbossoro,  ex-commandant de brigade de la gendarmerie du FPRC à Bria, et le général Faris, ex-secrétaire d’Abdoulaye Hissen.

Notons que dans ce processus, seuls les fusils automatiques sont acceptés. Certains combattants ont apporté des armes de fabrication artisanale, mais celles-ci sont refoulées par l’équipe du désarmement qui est basée dans la concession de la résidence du préfet de Haute-Kotto.

Après cette opération, certains combattants désarmés vont devoir choisir librement un métier pour lequel ils vont subir une  formation avant d’être dotés de kits d’installation, exactement comme on a fait à Bouar l’année dernière.

Rappelons que ces opérations du désarmement partiel et volontaire des combattants à Bria interviennent après celles effectuées à Ndélé et à Kaga-Bandoro la semaine dernière.

Justement, à Ndélé, ce mardi 15 septembre, vers 14 heures, le chef militaire du FPRC Abdoulays Hissen a tenu une réunion à son domicile avec une dizaine de ses officiers généraux. La réunion a duré plus de 4 heures. Pour l’heure, on ignore les raisons de cette réunion, mais aussi à Birao, le sultan de la ville a lui aussi convoqué une réunion pour ce mercredi avec les officiers des différents  groupes armés actifs dans sa ville. Alors, l’objectif est de préparer l’arrivée de l’ex-chef d’État de transition Michel Am-Nondokro DJOTODIA dans leur ville ?

 

Moïse Banafio

Journaliste, correspondant du CNC à Bria

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

Aucun article à afficher