RCA : DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE DU GOUVERNEMENT DONDRA À L’ASSEMBLÉE NATIONALE

Publié le 15 août 2021 , 7:48
Mis à jour le: 15 août 2021 7:48
Le premier ministre Henri Marie Dondra à la tribune de l'Assemblée nationale pour présenter le programme politique générale de son gouvernement
Le premier ministre Henri Marie Dondra à la tribune de l’Assemblée nationale pour présenter le programme politique générale de son gouvernement le 14 août 2021. Photo CNC

 

DECLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE DU

GOUVERNEMENT

DE

SON EXCELLENCE M. HENRI-MARIE DONDRA
PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT

 

BANGUI, LE 14 AOÛT 2021

Monsieur le Président de l’assemblée nationale ,
Honorables Députés de la Nation,
Mesdames et Messieurs,

C’est un grand honneur que vous me faites en m’accordant le privilège de me tenir à cette auguste tribune. Cela m’inspire un profond sentiment de devoir et d’humilité.

Cet exercice constitutionnel puise sa source dans notre Loi fondamentale en son Article 54 qui dispose : « Après la nomination des membres du Gouvernement, le Premier Ministre chef du Gouvernement, se présente dans un délai maximum de soixante (60) jours devant l’Assemblée Nationale et expose son programme de politique générale ».

Cet évènement solennel s’étend bien au-delà de cette maison du peuple car il se fait à un moment déterminant de la vie de notre Nation, et interpelle également l’opinion internationale.

Cette tradition démocratique que nous pratiquons, relève d’une culture du dialogue entre les pouvoirs exécutif et législatif, facteurs essentiels de l’édification et de la stabilité d’un Etat de droit.

Le processus électoral qui s’achève aujourd’hui dans notre pays a été particulièrement instructif et d’ailleurs très constructif.

Il a défié toutes formes de menace, d’intimidation à l’encontre du droit civique. Et c’est ce droit de vote qui a encore permis par la voie des urnes de faire de vous et aussi de moi, des élus de cette Nation, Nation qui, nantie de son histoire, de ses immenses ressources culturelles et spirituelles, socio-économiques et politiques, s’est résolument engagée grâce à ce vote dans une nouvelle étape de son existence dans le concert des Nations.

C’est ici le lieu de remercier la Communauté internationale dans les cadres bilatéral et multilatéral au rang desquels, la France, les Etats-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie, la République Populaire de Chine, le Rwanda, l’Angola, l’Afrique du Sud la CEMAC, la CEEAC, la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs, l’Union Africaine, l’Union Européenne, le PNUD, la MINUSCA et les partenaires techniques et financiers tels que la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International et la Banque Africaine de Développement.

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Honorables Députés de la Nation,
Mesdames et Messieurs,

Par cette analogie à La Renaissance, notre Hymne nationale, je voudrais vous rappeler que cet hommage perpétuel que nous rendons à son Illustre Auteur, qui fut également un élu, comme vous : le Président Barthélémy BOGANDA, avait déjà en son temps, manifesté et anticipé cette profonde aspiration à l’émergence de notre peuple souverain, et son attachement constant aux valeurs universelles.

A ce stade, s’il en était encore besoin, permettez-moi de
souligner avec véhémence la prestance de cette exaltante
mission du Pouvoir législatif que vous exercez avec autant de dévotion que de consécration, au seul profit de l’intérêt général.

Aussi, voudrais-je rendre un vibrant hommage à Ion Excellence/ le Profetteur Fauftin Archange TOUADERA/ Président de la République/ Chef de l’Etat, qui, dans sa sagesse a bien voulu pour son deuxième quinquennat qui commence, porter son choix sur ma modeste personne, en me nommant Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

Cette Confiance que le Président de la République a bien voulu m’accorder ainsi que des missions confiées à ce Gouvernement que je dirige, m’amène devant cette auguste Assemblée Nationale à présenter la déclinaison de sa vision pour notre pays.

C’est sur la base de cette vision et des engagements politiques de Ion Excellence le Prélident Fauitin Archange TOUADERA élu dès le premier tour de l’élection présidentielle du 27 décembre 2020, que je décline devant vous aujourd’hui le programme qui permettra au Gouvernement de mettre en oeuvre sa vision politique.

Monsieur le Prétidenl de llA$$emblée Nationale,Honorables Députés de la Nation,
Mesdames et Messieurs,

En vous présentant le Programme de Politique Générale du Gouvernement pour lequel je requiers le Vote de Confiance des élus, c’est avec fierté et non sans une certaine émotion que je vis un de ces grands moments dont notre jeune démocratie est capable, à savoir l’écoute attentionnée de l’Exécutif par le Législatif.

En effet, nos concitoyens que vous représentez attendent davantage des Institutions de la République ainsi que des Services publics, l’assurance de la paix et de la sécurité, de la stabilité et de la prospérité, de la santé face à la pandémie de la Covid-19, de l’éducation et de la formation, et d’une veille prospective devant les questions climatiques.

Oui, nous avons la responsabilité et le noble devoir d’agir vite et en prenant la juste mesure de l’espoir de nos concitoyens, l’espoir de voir les horizons s’éclaircir sur les rives du bassin drainé par l’Oubangui aussi bien que sur celles du bassin drainé par le Chari, c’est-à-dire partout ailleurs à travers les circonscriptions administratives qui forment la République.

Oui, la marche vers ces horizons de paix nous a forcé la reconquête des villes et villages, par des épopées qui méritent d’être consignées dans les manuels scolaires, et qui nous enseignent à quel point nous devons rendre un hommage appuyé à des vaillants guerriers. Ils sont nos Forces de Défense et de Sécurité, relevant des FACA, de la Gendarmerie Nationale et de la Police Centrafricaine. Nos hommages s’adressent également aux contingents de la MINUSCA, de l’EUTM, aux Forces alliées russes et rwandaises qui ont tous, avec courage et détermination, défendu notre nation en accomplissant leur devoir parfois jusqu’au sacrifice suprême. Oui, nous sommes encore aujourd’hui révoltés car durant la marche historique de la population centrafricaine vers ces horizons meilleurs, de paisibles citoyens nationaux et étrangers ont été froidement éliminés par des fossoyeurs de la paix, tandis que de braves soldats des rangs de nos Forces de Défense et de Sécurité, des Casques bleus de la MINUSCA, et des éléments appartenant aux Forces bilatérales alliées russes et rwandaises, sont tombés sur le champ d’honneur, pour la défense de la Patrie et des valeurs républicaines.

C’est pourquoi, je saisis cet instant précis pour solliciter très respectueusement une minute de silence en la mémoire des illustres disparus.

Merci.

 

Monsieur le Prétident de PAuemblée Nationale Honorables Députés de la Nation, Mesdames et Messieurs,

En prenant mes fonctions après ceux qui Pont exercée, j*ai le devoir, sinon Pobligation de réussir ma mission* Je voudrais donc m’acquitter d’un devoir qui est celui de rendre un hommage franc à tous les anciens Premiers Ministres qui m’ont précédé comme chef du Gouvernement, et à ceux qui récemment ont servi le premier quinquennat du Président TOUADERA notamment, vous même Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale que je cite, limplice Mathieu IARANDJI, ainsi que Monsieur Firmin NGREBADA qui m’a dernièrement passé le relais*

Pour les services rendus, grâce à vous tous, nous avons connu des avancées sur lesquelles nous pouvons capitaliser nos actions futures pour le bien-être de nos populations.

Le quinquennat précédant, dont nous avons l’ambitieuse intention de prolonger les actions dans le cadre du présent Programme de Politique Générale, selon la vision du Président de la République, avait permis d’obtenir des réalisations majeures en termes de Sécurité, de Paix et de Restauration de l’Autorité de l’Etat, de réformes économiques et financières et de relèvement des services sociaux, grâce aux

efforts entrepris par le Gouvernement et l’appui Sous Régional, Régional et de la Communauté Internationale.

En matière de lécurité et de réconciliation nationale, P accent a été mit $ur la rettructuration de no$ Force! de Défeme et de lécurité, par l’adoption et la promulgation d’une Loi de Programmation Militaire, la Réforme du lecteur de Détente et de lécurité, par le Plan de Relèvement et de Contolidation de la Paix, ainti que l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation*

Grâce à la mite en œuvre de la Politique Nationale de lécurité ainti que du Plan  Global de Redimentionnement et de Redéploiement des Forces de lécurité Intérieure, de l’avancé! importante! en matière de lécurité, ont été réalitée

Cela s’est également matérialisé par la formation et l’équipement, le déploiement dans les villes de province, les recrutements massifs et pluriethniques, la création des zones de défense et leur dotation en moyens logistiques conséquents, l’opérationnalisation des Commissariats, Brigades de Gendarmerie jadis occupés, la sécurisation des corridors économiques et l’allègement de l’embargo sur les armes.

En matière de Rettauration de I’ Autorité de l’Etat et de Modernitation de la Vie Publique,

La mise en œuvre des engagements du Président de la République a conduit au redéploiement progressif de l’Administration judiciaire, civile, la justice transitionnelle par l’opérationnalisation de la Cour Pénale Spéciale, et la mise en place de la Commission Vérité, Justice, Réparation, Réconciliation (CVJRR). Par ailleurs la modernisation de la vie publique a permis l’intégration d’environ 10 000 jeunes dans la Fonction publique et l’amélioration des services sociaux de base, l’augmentation du taux de couverture vaccinale, l’accroissement des infrastructures scolaires et sanitaires ainsi que la riposte contre la Covid-19.

La réforme du sysème de getlion des Finances publiques a élé un levier trè! imporlanl pour le financement de programme! et projet! de développement malgré de nombreux! contrainte! d’ordre récuritaire*

Ainsi donc, sous l’impulsion du Président de la République, sur la base d’un plan de développement, il a été possible de conclure un accord triennal 2016-2019 avec le Fonds Monétaire International (FMI) au titre du Programme Appuyé par la Facilité Elargie de Crédit (FEC).

Ce programme a été exécuté avec succès. Ce qui a permis de conclure un deuxième programme en 2019 couvrant la période 2020-2022. Cet accord constitue pour la période susvisée un gage du réengagement de tous les partenaires techniques et financiers au chevet de l’économie nationale.

Bien entendu, les objectifs assignés à ce programme consistaient principalement à améliorer la stabilité du cadre macroéconomique de notre pays, à accroître la mobilisation des recettes domestiques et à assurer la transparence budgétaire.

Dans le souci d’améliorer son système de gestion des finances publiques et de l’orienter davantage vers la performance, la République Centrafricaine s’est engagée à harmoniser son cadre de gestion des finances publiques avec celui des autres pays de l’espace communautaire. Cela a été matérialisé par la transposition des directives communautaires en matière de gestion des finances publiques en Textes de droit national, incorporant la Nomenclature Budgétaire de l’Etat, le Plan Comptable de l’Etat, le Tableau des Opérations Financières de l’Etat, et le Règlement Général sur la Comptabilité Publique.

Dans les perspectives du passage d’un budget actuellement dit de moyen, basé sur une simple expression de besoins vers un mode de gestion orienté vers la recherche de la performance, certaines actions ont été menées de concert avec l’appui de certains Partenaires Techniques et Financiers tels que le Fonds Monétaire International (FMI), la Banque Mondiale et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et l’Union Européenne.

Dans cette dynamique, les Départements ministériels ont été invités à élaborer leurs stratégies sectorielles respectives afin de mieux préparer les travaux du budget en mode programme à partir de l’année 2022.

Durant le premier quinquennat du Prétident Fauttin Archange TOUADERA, rengagement du Gouvernement au titre de la relance économique a permit d’enregittrer un taux de croittance moyen de 4*1% entre 2015-2019* Ce qui est la moyenne quinquennale la plut élevée depuit I1 Indépendance* Il convient de relever également une diminution det incidentt liét à l’intécurité entre 2014 et 2019 (251 à 61%)* Rappelont qu’en 2014 le taux de croittance était négatif de -37% environ.

Malgré un environnement fiscal difficile et non maîtrisable avec un taux de pression fiscale de 9% contre une moyenne de 17 % dans la Sous-Région, le RCPCA a mobilisé des ressources qui ont permis de financer plus de 800 projets dans divers secteurs, soit un taux de plus de 88%, sur un besoin exprimé de 3 661 millions USD.

Montieur le Prétident de l’Attemblée Nationale,
Honorablet Députét de la Nation,
Metdamet et Mettieurt,

Au-delà du progrès accompli, des défis restent à relever.
L’honneur m’échoit de décliner le programme du
Gouvernement découlant de la vision du Président de la

République. Ce programme se décline en trois (03) axes stratégiques :

o Œuvrer pour une société plus inclusive ; o Construire une économie plus ouverte à la concurrence ; et

o Améliorer les capacités de la population.

❖ DANS LA PERSPECTIVE D’ŒUVRER POUR UNE SOCIETE PLUS INCLUSIVE

L’une des conséquences des crises à répétition qu’a connu notre pays est la méfiance entre les citoyens. Tout le monde se méfie de tout le monde. Personne ne fait confiance à personne. Des barrières artificielles sont érigées entre citoyens d’un même pays habitués naguère à vivre en communion. La cohésion sociale et le vivre-ensemble en sont ainsi mis à rude épreuve. On ne doit plus parler de Centrafricain musulman, chrétien etc…. car nous sommes un Etat laïc.

Aussi le Gouvernement que je conduis travaillera-t-il à réduire la fracture sociale entre les Communautés. Il s’attachera tout particulièrement à améliorer d’une part, les relations entre les individus et, d’autre part, les relations entre les individus et nos Institutions en combattant bien sûr le tribalisme et le népotisme.

Et personnellement, je continuerai comme je l’ai toujours fait, à dialoguer, à travailler avec toutes les parties pour le bien être de notre Nation. Les frères de l’opposition ont pu le constater, dès ma prise de fonction, ma porte leur a été ouverte.

Je veillerai tout particulièrement à la stricte application de la loi sur la parité dans toutes les nominations aux fonctions de l’État. Au besoin, nous nous ferons le devoir d’appliquer le principe de la discrimination positive en faveur des personnes souffrant de handicap et des citoyens issus des minorités, car aucun citoyen ne doit se sentir exclu de son propre pays.

La paix est un bien très précieux sans lequel rien de durable ne peut être accompli. Le manque de paix dans notre pays a été souvent à la fois la cause et la conséquence des maux tels que l’instabilité politique chronique, l’entrave à la libre circulation des personnes et des biens, la violation répétée des droits de l’Homme, des personnes déplacées, etc.

Dans le domaine de la paix, le Gouvernement ne ménagera aucun effort pour poursuivre les opérations de pacification du territoire national en collaboration avec nos partenaires bilatéraux et multilatéraux. Car ayant trop souffert des affres des crises militaro-politiques à répétition, le peuple centrafricain n’aspire désormais qu’à la paix et à l’amorce du développement de son pays.

Dans le même élan, le Gouvernement poursuivra la mise en oeuvre de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation jusqu’à la dissolution totale des groupes armés. A cet effet, le Gouvernement veillera à la stricte application des recommandations issues de l’atelier de redynamisation dudit Accord.

Le Gouvernement prendra en compte la dimension Désarmement- Démobilisation- Réinsertion et Rapatriement, avec comme objectif de parvenir à un DDRR total en lien avec la dissolution intégrale des groupes armés. Pour ce faire, le Gouvernement procédera à une restructuration de la gouvernance du DDRR. De façon concrète, une collaboration étroite sera favorisée entre les organes de mise en oeuvre du DDRR pour traiter de manière holistique la question du désarmement.

Le prochain texte organique du Ministère dédié à ce processus précisera les missions assignées à ce Ministère pour la réalisation du DDRR ainsi que la désignation des parties prenantes impliquées, tout en soutenant les efforts sur l’insertion socio-économique avec l’appui des partenaires.

Le Gouvernement poursuivra les opérations de désarmement dans les quartiers de Bangui ainsi qu’en province.

Enfin, sur la situation des USMS, le Gouvernement poursuivra leur opérationnalisation dans les autres zones, de même qu’il veillera à leur synchronisation avec le processus du DDRR.

Aussi le Gouvernement s’engage-t-il à lancer le processus de rapatriement des mercenaires étrangers actifs dans les groupes armés ainsi qu’à revoir la composition et les missions du Comité d’intégration et d’harmonisation des grades.

Par ailleurs, le Gouvernement s’attèlera à suivre et contrôler les mouvements de transhumance afin d’éviter les conflits entre agriculteurs et éleveurs nomades et les populations.

Le Gouvernement s’attèlera à définir avec les Garants et Facilitateurs les mesures de sanctions pour les violations des engagements pris dans le cadre de l’Accord.

Dans le cadre de la recherche effrénée de la paix, un dialogue républicain sera organisé entre les filles et les fils du pays. Ce dialogue permettra de poser les diagnostics des maux qui gangrènent notre société et de proposer des thérapies appropriées. Il offrira l’opportunité d’une entente et d’une paix afin de relancer durablement le développement de notre pays.

Le Gouvernement que je dirige s’emploiera à mettre en oeuvre les recommandations qui seront issues de ces Assises.

Tout en tachant que la rettauration de la Paix et I1 Unité nationale conttituent de$ objectif! de tout premier ordre pour le Gouvernement, parler de Défeme, de Sécurité et de Juttice, nle|t pat une apologie de la brutalité* La paix ne taurait t’inttaller durablement tant la Défeme, la Sécurité et la Juttice*

Nom avont donc betoin d’une armée forte, ditciplinée et bien formée*

C’est pourquoi, sous la très haute impulsion de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’État, le Gouvernement va poursuivre, avec le concours de l’EUTM- RCA et les Instructeurs russes, la mise en oeuvre du Plan National de Défense et de la Loi de programmation militaire pour la période 2019-2023.

Il s’agira de parachever le recrutement de 1023 jeunes Centrafricains avec pour objectif principal le rajeunissement de notre outil de défense.

La question de l’harmonisation des grades des excombattants sera minutieusement étudiée et une réponse appropriée sera donnée. Le renforcement de la capacité opérationnelle des FACA sera poursuivi avec le concours des partenaires bilatéraux et multilatéraux.

A propos de la levée totale de l’embargo qui empêche nos Forces de Défense et de Sécurité de disposer des moyens nécessaires pour rétablir la paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire national, le Gouvernement poursuivra le plaidoyer auprès de nos partenaires afin de permettre aux Autorités centrafricaines de disposer des moyens militaires pour s’acquitter de leurs obligations régaliennes.

S’agissant de la Gendarmerie et de la Police, le Gouvernement poursuivra l’opérationnalisation de la Politique Nationale de Sécurité ainsi que celle du Plan Global de Redimensionnement et de Redéploiement des Forces de Sécurité Intérieures.

L’impunité généralisée a longtemps contribué à fragiliser l’autorité de l’État et à aggraver le Sentiment d’injustice au niveau de la population* Ion Excellence, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, a explicitement souligné qu’il compte faire de la lutte contre l’impunité la colonne vertébrale de son nouveau quinquennat*

Par conséquent, le Gouvernement que j’ai l’honneur de conduire va, selon les orientations ainsi définies, faire de la lutte contre l’impunité son cheval de bataille. L’objectif à terme est l’impunité zéro.

Pour atteindre cet objectif, mon Gouvernement veillera à ce que la Justice soit rendue sur l’ensemble du territoire national au nom du peuple centrafricain.

 

C’est pourquoi nous mettrons tout en oeuvre pour rendre la justice indépendante et équitable pour tous. Aussi c’est une une réforme en profondeur de la justice qui sera engagée pour réduire autant que faire se peut la lourdeur et la lenteur des procédures. Elle devra améliorer la célérité dans le traitement des dossiers judiciaires et la diligence dans l’exécution des décisions de justice.

Ainsi une attention particulière sera portée sur les réformes à entreprendre au sein du Département de la Justice. Il s’agira de mettre un accent particulier sur la moralité des Magistrats et de faire une stricte application du Code d’Ethique et de Déontologie au sein de la corporation.

Toutes ces mesures viseront à améliorer la qualité de prestation de service de la justice de notre pays.

En somme, le Gouvernement veillera à ce que l’Inspection Générale des Services Judiciaires joue pleinement son rôle de contrôle régulier du fonctionnement des Juridictions. Pour ce faire, la capacité de l’Inspection Générale des Services judiciaires sera renforcée en moyens humains et matériels.

Par ailleurs, le Gouvernement s‘engage à réhabiliter et à construire les Palais de justice et les établissements pénitentiaires à travers le pays.

S’agissant de la Justice transitionnelle, le Gouvernement s’emploiera à rendre opérationnelle la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation, dont les membres

 

viennent d’être investis, en les dotant des moyens nécessaires pour l’accomplissement de leurs missions.

Dans le domaine de la coopération avec la Cour Pénale Internationale, le Gouvernement intensifiera la collaboration à tous les niveaux de responsabilités et de procédures en vue de faire aboutir l’action publique déjà mise en oeuvre et l’organisation des premières audiences par la Cour Pénale Spéciale. Ceci afin de rendre justice aux victimes des différentes crises qui l’ont longtemps réclamée.

C’est par cette voie, que notre Justice contribuera efficacement à la lutte contre l’impunité. Conscient qu’une justice juste et équitable est primordiale dans un État de droit, le Gouvernement, sur la base des états des lieux réalisés sur la base des recommandations du Dialogue à venir, établira un Livre Blanc de la Justice.

Le Gouvernement l’emploiera encore à faire de la Bonne Gouvernance un de$ levien indiipemablei pour pounuivre et parachever la reitauration de l’Autorité de l’Etat*

Dans cette optique le Gouvernement organisera à échéance les élections locales, notamment municipales, régionales et sénatoriales afin de consolider la démocratie et promouvoir le développement local.

La stratégie du Gouvernement sera aussi de contribuer à l’objectif visant à faire de la République Centrafricaine d’ici 2031, un Etat de droit où le développement économique, social et environnemental, est libéré de la corruption.

Les efforts des Secteurs privés et publics en matière de règlementation dans le domaine de la lutte contre la corruption seront donc mutuellement renforcés.

A cet effet, le Gouvernement veillera à accroître les capacités des Institutions de la République en charge de la Bonne gouvernance.

Dans le cadre de la Diplomatie et de la Coopération internationale, le Gouvernement pourtuivra l’objectif d’une véritable coopération fructueute au$$i bien $ur le plan multilatéral que bilatéral*

Au plan bilatéral, le Gouvernement t’emploiera trèt rapidement à renforcer le réteau diplomatique de la République Centrafricaine dam let différentet règlent du monde, en pourvoyant les postes vacants dans nos Ambassades et Consulats, notamment en Afrique, en Asie et auprès de l’Organisation des Nations Unies.

Pour le cas des Ambassades et Consulats nouvellement créés, des efforts seront faits pour les rendre opérationnels.

Le Gouvernement veillera personnellement au choix du personnel appelé à servir dans nos Ambassades et Consulats.

Par ailleurs, le Gouvernement s’emploiera à pérenniser la tenue régulière des Commissions Mixtes avec les pays amis pour renforcer la coopération dans différents domaines.

Au plan multilatéral, le Gouvernement renforcera davantage la coopération de la République Centrafricaine avec le$ organisation! internationale! et régionale! dont elle est membre, à travers une présence effective auprès de celles-ci, tout en promouvant un partenariat stratégique*

L’ambition du Gouvernement au niveau régional est de favoriser la coopération Sud-Sud et de faire participer pleinement la République Centrafricaine au processus d’intégration africaine déjà enclenché par le lancement de la Zone de Libre Echange Continentale.

Le Gouvernement veillera à la promotion des candidatures des Cadres centrafricains dans les différentes organisations internationales et à intensifier la coopération, en vue de négocier et promouvoir des investissements.

Dans un cadre plus élargi, le Gouvernemenl dynamisera sa coopéralion avec l’Organisation Internationale de la Francophonie* Un plan national de promotion de partenariat avec les instances de ladite Organisation, sera élaboré et mis en œuvre*

Les Centrafricains de l’Etranger, seront encouragés à contribuer positivement au développement de notre

pay*, par la mise en place d’une politique incitative de mobiliiation de l’épargne de la diaipora*

Dam le cadre de la mise en œuvre de l’axe portant sur une tociété in du live, le gouvernement prévoit sur le budget, allouer sur 3 an$ conformément aux diipoiitiom CEMAC, 127 479*23 milliardi F/CFA |ur la période 2022-2024*

En ce qui concerne les dépemei en matière de Sécurité et de Défeme, nous y comacrerom plus de 105 914*26 milliardi F/CFA loit un pourcentage de plui de 75%, en vue de mener del action! fortei en faveur de la paix*

19 472*94 milliards de F/CFA reviendront au lecteur de la Juitice afin de financer lei action! prévue! dam le même axe itratégique*

Moniteur le Prélident de l’Anemblée Nationale
Honorable! Député! de la Nation,
Meidamei et Meilleur!,

❖ DANS LA PERSPECTIVE DE CONSTRUIRE UNE ECONOMIE PLUS OUVERTE

 

Dans un cadre de paix, de sécurité et de justice, la Relance Economique de la République Centrafricaine est déterminante.

Sans la paix, sans la sécurité, sans la justice, il n’y a pas de développement. Sans le développement, il n’y aura ni paix, ni justice, ni sécurité.

La situation économique et financière de notre pays est aujourd’hui marquée par les effets néfastes de la pandémie du Covid-19 et la persistance de l’insécurité. Ainsi, le taux de croissance du PIB réel qui était de 2,8% en 2019 a chuté à environ 1% en 2020. Le déficit budgétaire s’est aggravé, passant de 8,3% du PIB en 2019 à environ 12,9% en 2020. Les perspectives pour 2021, prévoient une légère reprise de l’activité économique, avec un taux de croissance du PIB réel qui s’établirait à environ 1,6% et un déficit budgétaire qui devrait s’établir à environ 11,8% du PIB (TBC).

C’est pourquoi^ dam le domaine de l’économie, mon Gouvernemenl t’emploiera, en applicalion de$ orientation! du Prétident de la République, Chef de l’Etat, à poursuivre l’assainissement des finances publiques, à dynamiser les politiques sectorielles des infrastructures de base et développer les secteurs productifs*

La dynamisation des politiques sectorielles permettra de finaliser le Plan de mise en oeuvre du RCPCA en lien avec l’Accord Politique de Paix et de Réconciliation (APPR), afin d’offrir l’opportunité aux populations de bénéficier des dividendes de la Paix.

A cet effet, le Gouvernement entend finaliser l’Etude Nationale Prospective RCA 2050, dont le rapport de la première phase est en cours de validation.

Il s’agira de doter notre pays d’un référentiel stratégique à long terme après le RCPCA. Cette volonté du Gouvernement est guidée par le fait que les différents plans et programmes élaborés dans le pays depuis son Indépendance se situaient dans le court et moyen terme, et focalisés sur les problèmes de l’heure, donc centrés sur la résolution des différentes crises que le pays a connues.

Nous veillerons à ce que les engagements pris par notre pays sur la scène internationale soient pris en compte dans la vision de notre relance économique, notamment l’atteinte des Objectifs du Développement Durable (ODD) en 2030 et ceux de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine.

La nécessité de réduire les disparités entre les régions et d’assurer le désenclavement du territoire national, ainsi que la diversification de l’économie seront des axes majeurs de la vision de notre politique économique. C’est dans ce sens que le Gouvernement s’emploiera à parachever dans un meilleur délai, le Recensement Général de la Population, de

 

l’Habitation, ainsi que l’élaboration de la stratégie de développement des Statistiques.

Afin de soutenir l’exécution de cette vision, le Gouvernement diversifiera et renforcera la collaboration avec les partenaires techniques et financiers ainsi que la coopération régionale et sous régionale.

De même, les initiatives favorables à la mobilisation des financements alternatifs et innovants, tels que le Marché financier sous régional et le Partenariat Public Privé seront identifiées par le Gouvernement, tout en veillant à la question de la soutenabilité de la dette et de la capacité d’absorption.

En ce qui concerne le$ Finance! Publique!, le Gouvernemenl pour!uivra le! réforme! déjà engagée!. C’est pourquoi, la réorganisation des Régies financières sera finalisée ainsi que le Programme de Numérisation, pour relever le niveau des recettes, tout en poursuivant le programme de développement de la transparence dans la gestion des finances publiques en vue de lutter efficacement contre la fraude.

En matière de collecte de! recette! publique!, les

principales mesures suivantes seront mises en oeuvre :

– S’agissant de la mobilisation plus efficace des recettes internes, le Gouvernement élargira la base fiscale, étendra les contrôles et les sanctions en vue de porter leur niveau actuel à un minimum de 12% du PIB à partir de 2022 ;

– Le Gouvernement finalisera les études de faisabilité et de mise en oeuvre de l’interconnexion des Services douaniers de la RCA avec ceux du Cameroun et de réalisation du Port sec à Béloho et au PK 26.

Au niveau des Impoli, l’accent sera mis sur l’amélioration de la gestion et la transparence des exonérations fiscales, le renforcement des capacités internes, et l’amélioration de la gestion et analyse des risques et des fonctions d’audit.

L’un des grands chantiers que j’envisage d’ouvrir c’est la réforme profonde du Foncier. Les conflits incessants entre nos contribuables a mis en exergue les faiblesses ou la caducité de notre Loi foncière qui date du 28 mars 1899. Soit une cumulation de 122 ans sans qu’aucune révision de ladite loi ne soit entreprise. Vous comprendrez pourquoi sur l’ensemble des litiges que traitent nos Tribunaux, le contentieux foncier représente 41%. Il s’agit là aussi d’une niche fiscale énorme qui échappe à l’Etat.

Au niveau de l’Administration douanière, une

attention particulière sera portée sur le renforcement de la capacité institutionnelle et organisationnelle, afin d’améliorer la performance du contrôle et des flux commerciaux.

Le Gouvernement consolidera les acquis de l’Agence Centrale Comptable du Trésor (ACCT). Ce qui permettra la poursuite du respect de l’orthodoxie financière dans l’exécution des dépenses publiques.

Le Gouvernement veillera à l’impératif du renforcement du Compte Unique du Trésor*

Nou$ poursuivront l’optimisation du processus budgétaire et de la gestion des dépenses publiques

 

par le renforcement de$ capacité! de$ entité! d’Audit et de Contrôle interne! et externe! !ur la ba!e de! norme! internationale!»

L’amélioration de la ge!tion de! reüource! publique! paüera par la coiuolidation de! réforme! de la préparation et de l’exécution du budget en incluant la mi!e en œuvre du nouveau !y!tème intégré de ge!tion de! finance! publique! dénommé $IM_BA»

Dans le cadre de la gestion du budget-programme, l’applicatif SIM_BA permettra de gérer les budgets des Ministères et Institutions de l’Etat, les budgets annexes et d’assurer le suivi budgétaire et comptable des dépenses d’investissement financées sur ressources extérieures. Cet applicatif va permettre également une décentralisation des opérations financières, une tenue rigoureuse et fiable de la comptabilité de l’Etat aiiui que le! fonction! de ge!tion de! inve!tiüement! public!»

Notre ambition de modernisation des finances publiques inclura aussi l’élaboration d’une stratégie nationale de réformes de la gestion des finances publiques suite à l’arrimage aux directives du Cadre Harmonisé de Gestion des Finances publiques en Zone CEMAC. Cela permettra d’intégrer l’ensemble des actions liées à l’approche du budget programme et de mettre en oeuvre le cadre budgétaire à moyen terme (CBMT) ainsi que le cadre de dépenses à moyen terme (CDMT) comme méthode de budgétisation.

 

La modernisation prendra aussi en compte la question du redéploiement des Fonctionnaires et la vulgarisation du paiement mobile des salaires.

Je ne $aurai$ parler de finance! publique! !an! parler de la paüation de! Marche! public!, dont les problèmes

principaux sont l’opacité, l’inobservation des procédures de passation de marchés par les acteurs impliqués et le conflit de compétences entre les organes en charge de la passation des marchés à savoir l’Autorité de Régulation des Marchés Publics et la Direction Générale des Marchés Publics.

A cet effet, le Gouvernement finalisera très prochainement la révision du cadre juridique applicable aux Marchés publics en distinguant clairement les domaines des compétences respectives des structures en charge de mise en oeuvre pour permettre à ces derniers de remplir pleinement leurs missions.

Je veillerai sur la transparence et le respect des procédures, ceci afin d’éviter les marchés de gré à gré abusifs.

En matière de prévirfon budgétaire et d’amélioration du climat de! affaire!, le Gouvernement finalisera les

comptes administratifs et de gestion qui devront permettre le vote du Budget dans les délais prévus par la Loi, ainsi que la recherche des financements innovants plus adaptés aux besoins de l’économie. C’est ainsi que le Fonds National de Garantie des Investissements sera finalisé.

De plus, mon Gouvernement lancera sans délai l’opérationnalisation du Guide électronique des Affaires, ce qui permettra aux opérateurs économiques et potentiels investisseurs nationaux et étrangers d’accéder à moindre frais et plus aisément aux principaux Textes de Lois et Règlements de la RCA. Aussi, le Gouvernement aura-il à coeur de développer l’implantation de zones franches et industrielles.

En matière de geition de la Dette, mon Gouvernement travaillera avec tous les partenaires techniques et financiers y compris le FMI conformément au Document de Mémorandum de Politique Economique et Financier. Il fera régulièrement l’état des lieux de la dette intérieure et extérieure tout en le rendant régulièrement public.

Le Gouvernement s’engage à ne contracter principalement que des dettes concessionnelles, conformément aux engagements pris avec le Fonds Monétaire International. Enfin, nous renforcerons la coopération avec tous les Partenaires Techniques et Financiers, afin de consolider les acquis des réformes déjà engagées.

Moniteur le Préiidenl de PAuemblée Nationale,
Honorablei Députéi de la Nation,
Meidamei et Meilleur!

Le lecteur du Commerce dispose d’acquis importants en matière de législation, incluant les Lois et Textes d’application relatifs au Code de Commerce. Il convient de mettre en valeur la Nouvelle Charte d’investissement et les lois sur la Normalisation et la Métrologie. Nous gagnerons à améliorer et à renforcer le Dialogue Public-Privé par l’organisation périodique des concertations.

Par ailleurs, pour mettre un terme à l’augmentation anarchique des prix des produits de première nécessité que nous déplorions depuis ces derniers temps, le Gouvernement créera une équipe mobile pour le contrôle et le suivi des prix des produits sur toute l’étendue du territoire.

Enfin, il me paraît indispensable de mettre en place une base de données du Commerce et de l’industrie qui nous permettra d’assurer le suivi du secteur.

Le contrôle des stocks auprès des importateurs et celui de la régularité des importations doivent être assurés, alors que le Gouvernement doit redynamiser la Chambre de Commerce, d’industrie et de l’Artisanat, ainsi que le Bureau de Mise à niveau.

Aussi, je suis conscient que, le commerce ne peut se développer et prospérer sans les autres Secteurs économiques.

Dan$ le domaine de Plnduftrie, afin de permettre la transformation au niveau local de nos produits naturels destinés à l’exportation, le Gouvernement va promouvoir la coopération en mettant un accent particulier sur le transfert de technologie, le développement de la chaîne des valeurs.

I1 agi liant du développement del PME-PMI et de PArtifanat, mon Gouvernement d’une part, fera appliquer

les Code des PME et de l’Artisanat et d’autre part, veillera a l’aboutissement de la procédure de révision du Code du Travail.

De plus, nous allons opérationnaliser le Centre dAssistance aux Petites et Moyennes Entreprises et à l’Artisanat (CAPMEA), le Village Artisanal et Touristique (VAT) pour le rendre plus attractif. Créer des Centres de Formation des Apprentis et le Laboratoire National de la Taxidermie à Bangui et dans les villes de province.

L’ambition de mon Gouvernement au final est de redéfinir Pentrepreneuriat en Centrafrique afin de donner une nouvelle orientation pour en faire un véritable levier de croissance. Pour ce qui concerne le secteur informel, le Gouvernement s’emploiera à promouvoir les mesures incitatives déjà existantes relatives à l’Acte Uniforme OHADA portant sur les microentreprises.

D’autres mesures suivront et permettront de bien encadrer les microentreprises.

Dan$ le domaine du lecteur parapublic, le

Gouvernement organisera dans un délai raisonnable, les Etats Généraux du Secteur parapublic afin de poursuivre la réforme des Entreprises et Offices Publics (EOP) dans la maîtrise des taxes parafiscales et des dépenses. Il procédera également à la révision des accords d’Établissement.

Dans le même élan, le Gouvernement procédera au suivi de toutes les participations de l’Etat au sein des Sociétés d’Economie Mixte et à la production régulière des états financiers et les comptes de gestion. L’ensemble de ces initiatives auront l’avantage de booster le Secteur parapublic pour parvenir à de meilleurs résultats.

Demi le domaine de$ Infrastructure!, comme nous le savons tous, outre sa situation d’enclavement, la RCA connaît un déficit important en matière d’Urbanisme d’Habitat.

Pour cela mon Gouvernement s’engage à construire et à réhabiliter les infrastructures de transports à savoir les réseaux routiers urbains, les routes nationales, les routes régionales ainsi que les ouvrages d’art, les voies navigables, les aéroports et les aérodromes.

En matière de tran$port$ routier!, la priorité sera accordée à la création du corridor 13 Bangui-Mbaibi- Mongoumba sur cofinancement de la Banque Africaine de Développement, la Banque Mondiale et l’Union Européenne ainsi qu’à la poursuite des discussions avec la Banque Mondiale pour la réalisation des travaux du Projet de connectivité Rurale sur l’axe Kaga-Bandoro-Ndélé-Birao- Soudan afin de faciliter les échanges internationaux.

Par ailleurs, le projet des travaux de la route nationale n° 8 qui dessert cinq (5) préfectures du Nord du pays, contribuera à la mise en oeuvre de la stratégie du développement rural et

favorisera l’intégration régionale avec le Cameroun, le Tchad et le Soudan.

Le Gouvernement poursuivra les travaux de bitumage de la voirie urbaine dans la ville de Bangui, des routes en terre dans les huit (08) arrondissements de la capitale et la réhabilitation de 4.263 km de routes nationales, régionales et pistes rurales.

Aussi, le Gouvernement veillera à la réhabilitation de la route PKO-Aéroport sur financement du Fonds Saoudien.

Ainsi, les routes seront plus accessibles dans les régions du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et permettront le développement des filières de coton, d’élevage et caféières.

Avec la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC), le Gouvernement va poursuivre les études pour les travaux de construction d’un pont sur la rivière Oubangui entre les villes de Bangui (RCA) et Zongo (RDC), ainsi que l’aménagement et le bitumage du corridor de Bangui – Kisangani – Bujumbura – Kampala.

Enfin, l’ouverture du tronçon Zinga-Pissa-Bangui et la réhabilitation du port de ZINGA permettront à la RCA de disposer d’autres voies de désenclavement.

En matière de tramport fluvial, il s’agira d’améliorer très prochainement le corridor Bangui-Brazzaville-Pointe Noire dont la Convention est déjà signée.

De plus, nous créerons un port sec à Dolisie afin de disposer d’un espace aménagé pour le transit et fret import-export afin d’améliorer la concurrence et baisser les coûts de transport.

En matière de tramport ferroviaire, afin de faciliter

davantage le transport de marchandises et de personnes entre les deux pays, le Gouvernement s’engage à finaliser avec la partie soudanaise les accords bilatéraux en vue du démarrage de la construction d’un réseau ferroviaire couplé avec une liaison routière entre Nyala et Birao.

En matière de tramport aérien, en plus de la réhabilitation de l’Aéroport International Bangui-M’Poho financé par l’AFD et la BDEAC à hauteur de 6, 7 milliards de FCFA, le Gouvernement entend construire un nouvel aéroport aux normes internationales pour accroître les trafics passager/ fret.

Nous allons poursuivre les Projets de renforcement de la chaussée aéronautique de l’aéroport international Bangui- M’Poho, financé par le Fonds Saoudien pour un montant de 15 millions de dollars US et de mise en conformité de l’aérogare de Bangui avec les standards internationaux.

Le Gouvernement ne perd pas de vue la réhabilitation et la construction des aérodromes dans chaque préfecture de notre pays.

En ce qui concerne l’Agriculture t elle emploie 76% de notre population active et contribue à hauteur de 50/2% du PIB malt ne nourrit pa$ allez la population centrafricaine* C’eit pourquoi pour parvenir à une autoiuffiiance alimentaire/ le Gouvernement entend faire de ce lecteur la locomotive de notre croiliance économique.

Pour cela, nous devons passer d’une agriculture de subsistance à une agriculture intensive, basée sur le développement d’un secteur privé agricole dynamique qui créera des emplois pour les jeunes et les femmes.

Le Gouvernement va promouvoir la création des entreprises agricoles collectives, sous la forme de sociétés coopératives, conformément à l’Acte Uniforme OHADA sur le Droit des Sociétés coopératives.

Les actions prioritaires consisteront d’une part, à parachever le processus de réforme des Institutions du Secteur agricole ; et d’autre part, à réhabiliter les infrastructures socioéconomiques nécessaires à l’amélioration des conditions de vie et aux échanges en milieu rural.

Vous conviendrez avec moi qu’il faut relancer les principales filières de production agricole, en développant les chaînes de valeurs, (’agrobusiness, la mécanisation agricole et les aménagements ruraux.

Enfin, le Gouvernement mettra à la disposition des exploitants agricoles des équipements et des intrants de bonne qualité et en quantité suffisante à moindre coût pour promouvoir les plantations familiales et communautaires.

Une autre question qui mérite toute IAttention de mon Gouvernement et de la Population, e$t I1 Elevage* Le Gouvernement entend consolider le vivre ensemble entre éleveurs et agriculteurs, et modernisera les systèmes de production, de transformation et de commercialisation.

Les mesures relatives à la gestion des couloirs de transhumance seront renforcées afin de sécuriser les mouvements du bétail et éviter les conflits entre agriculteurs- éleveurs et la population. A cet effet, le Gouvernement envisage de réviser la Loi 65-61 du 03 Juin 1965, portant règlementation de l’élevage en République Centrafricaine, afin de l’adapter au contexte actuel.

Nous allons redynamiser les Institutions sous-tutelle notamment la Société d’Etat de Gestion des Abattoirs, la Fédération Nationale d’Eleveurs en Centrafrique et les autres organisations, en professionnalisant les métiers d’éleveur, de commerçant et de boucher.

En outre, les marchés à bétail et l’Abattoir Frigorifique de Bangui (AFB) seront réhabilités. Dans le même sens, le parc automobile des camions bétaillères sera renforcé pour faciliter le transport du bétail.

 

 

 

L’objectif de mon Gouvernement, est d’encourager les jeunes à entreprendre dans l’élevage pour contribuer à la sécurité alimentaire et réduire les importations de viande.

Dan$ le domaine de$ Re$$ource$ Naturelle!, la RCA

dispose d’un important potentiel minier et forestier. Il est donc indispensable pour mon Gouvernement de veiller à leur exploitation rationnelle et durable.

Je ne $aurai$ parler de$ Re$$ource$ Naturelle!, !am dire un mot !ur le! Mine! et la Géologie, un secteur économique porteur de croissance. Le Gouvernement entend poursuivre les réformes ambitieuses qui soutiendront le développement du pays avec un impact visible en promouvant la semi-industrialisation ou l’industrialisation du secteur minier par la création des PME/PMI minières et la recherche de nouveaux gisements.

Nous allons créer une taillerie nationale moderne en vue de renforcer la chaîne de valeurs de la production minière, sans oublier la relance les activités de la Bourse Internationale du Diamant de Bangui.

Un point qui mérite toute l’attention du Gouvernement, c’est celui de la mise en place d’un cadre de coopération minière sous régionale en vue de lutter efficacement contre la fraude et la contrebande transfrontalière.

 

Nous allons travailler en collaboration avec la Coordination Nationale de PITIE au respect des normes internationales de transparence et de bonne gouvernance du Secteur extractif.

Nous veillerons également au respect des conditions environnementales et techniques de l’exploitation des ressources minérales, dont la rétrocession des taxes aux Collectivités locales et à l’extension de la zone conforme au Processus de Kimberley à tout le pays.

Dan$ le domaine de l’Energie el de l’Hydraulique, le

Gouvernement diversifiera le potentiel hydro-énergétique, solaire, biomasse, thermique et éolien afin d’accroitre l’électrification des zones rurales et urbaines et de régler durablement le problème d’accès à l’électricité. D’où la nécessité de réaliser des études de faisabilité des sites de production d’électricité.

Nous allons urgemment réduire les pertes sur le réseau de distribution et sécuriser les installations du site de Boali ; remplacer les cinq (05) turbines de l’usine de Boali 1 et interconnecter les réseaux électriques RCA-RDC à partir de la Centrale hydroélectrique de Boali 2.

Vous constaterez, Honorables députés, que depuis quelques temps, il y a une nette amélioration de la fourniture en électricité dans la ville de Bangui et ses environs. Nous poursuivons dans ce sens, en augmentant de 10 MW, la capacité de la Centrale thermique de Bangui.

Le Gouvernement finalisera très prochainement la construction des champs solaires de Danzi : 25 MW et Sahaï : 15 MW et l’installation de la station hybride thermique/solaire de Berberati et Bambari. Par cette voie, un début de solution sera apporté aux besoins en énergie du peuple centrafricain qui est de 250 MW. Aussi, durant ce second quinquennat qui démarre, une fourniture de 60 MW est prévue par l’aménagement hydroélectrique de la Lobaye, à laquelle s’ajoute celle du projet Palambo sur le fleuve Oubangui avec une capacité prévisionnelle de 150 MW.

L’objectif attendu, est de couvrir totalement les besoins en énergie électrique de notre population d’ici 5 ans.

Le Gouvernement améliorera les services sociaux de base en fournissant de l’eau potable à la population. En plus des travaux d’aménagement prévus au niveau de la SODECA pour une meilleure couverture en eau potable, le Gouvernement prévoit la construction de plus de 3000 forages sur 5 ans. Ce qui permettra d’améliorer le taux d’accès à l’eau potable sur l’ensemble du territoire.

Nous mettrons en application le Document de Politique et Stratégies en matière d’Eau et d’Assainissement par la construction d’une nouvelle station de captage. Par la construction d’adductions d’eau sur l’ensemble du territoire national. Par la construction de châteaux d’eau dans chaque arrondissement de Bangui. C’est ainsi que le réseau de la SODECA s’étendra dans les villes de province.

Abordant le lecteur pétrolier, je relève qu’à ce jour, nous

ne disposons pas d’industrie pétrolière en phase d’exploitation. C’est pourquoi le Gouvernement poursuivra la phase d’exploration pétrolière avec les sociétés présentes et créera un cadre attractif pour d’autres investisseurs afin de faire profiter au peuple centrafricain, les dividendes d’une prochaine exploitation éventuelle.

L’ambition du Gouvernement est de mettre en place un programme de formation pluridisciplinaire des Cadres nationaux dans le domaine de l’industrie pétrolière avec la construction d’un Centre de formation de techniciens et ouvriers qualifiés. Dans le même sillage, nous allons créer des filières de Géoscience pétrolière à l’Université de Bangui.

Le Gouvernement envisage la réhabilitation et l’opérationnalisation des dépôts pétroliers de Salo et ceux secondaires de Bambari et Bangassou.

Le Gouvernement entend faire des prospections gazières pour une exploitation nationale afin de faciliter l’accès au gaz domestique et à Toxygène médical.

Vous conviendrez avec moi, Honorables députés, que ces différentes actions permettront de résoudre durablement la pénurie de carburant et à la population de disposer facilement des produits pétroliers.

 

 

Pour la mite en œuvre de l’axe stratégique numéro deux, portant $ur la construction d’une économie plus ouverte, le Gouvernement prévoit mobiliser grâce à la croissance attendue, un montant de 349 261*37 milliards F /CFA sur 3 ans*

Il sera alloué aux lecteurs de l’Agriculture et de l’Elevage une enveloppe de 55 milliards F /CFA, soit 23% du budget*

En vue de parfaire les conditions de vie de nos populations, plus de 92 milliards F /CFA seront consacrés au lecteur de l’Energie et de l’Eau* Ce qui représente près de 40% du budget*

Afin de rendre nos finances encore plus performantes dans le cadre des réformes et de la modernisation, un budget de plus de 55 milliards F /CFA sur la période 2022-2024 est prévu à cet effet* Ce budget comprendra le redéploiement des services, la décentralisation                     de                 l’administration,

l’interconnexion des poles de gestion, etc****

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, Honorables Députés de la Nation, Mesdames et Messieurs,

v J’EN ARRIVE ENFIN AU DERNIER AXE QUI CONSISTE A AMELIORER LES CAPACITES DE LA POPULATION •

Comme vous le savez, la relance de notre économie impulsée par le leadership éclairé du Président de la République, implique de s’employer à améliorer les capacités de nos populations pour qu’elles soient en mesure de générer de la prospérité pour notre pays* Cela nécessite d’investir dans le logement, les services sociaux de base, la connectivité, la protection de notre environnement et l’image de la République Centrafricaine à l’Extérieur par une diplomatie de Développement*

Ainsi donc, notre rêve Trans-générationnel d’améliorer l’Indice du Développement Humain (IDH) est autorisé du fait de sa cohérence avec la vision d’une Centrafrique forte économiquement.

Nos structures de soins sont vétustes, datent de l’époque coloniale et ne répondent plus aux normes. Une proportion importante de la population vit à plus de 5 km d’une formation sanitaire. Sur 876 formations sanitaires publiques, seules 754 sont fonctionnelles. Les 258 autres restantes sont endommagées.

Prenant la mesure des déficits et défis sanitaires, le Chef de l’Etat a fait de la Santé l’une de ses priorités. C’est ainsi que d’importants progrès ont été réalisés. A titre d’exemples, je citerai :

  • l’augmentation des accouchements dans les formations sanitaires sont passés de 34% en 2019 à 91% en 2020 grâce à l’instauration de la gratuité ciblée des soins au profit des femmes ;
  • l’accroissement de la couverture vaccinale ;
  • la création du Centre d’imagerie Médicale ;
  • la création du Centre d’Hémodialyse et des Centres hospitaliers ;
  • la construction du Centre des Grandes Endémies, etc.

Sur cette même lancée, nous poursuivrons la construction et la réhabilitation ainsi que l’équipement d’au moins 400 Formations sanitaires, la digitalisation de toutes les infrastructures y compris l’utilisation de la Télémédecine, la réduction de la mortalité maternelle et infantile, la gratuité des soins ciblée aux enfants de moins de 5 ans, aux femmes enceintes, allaitantes et à celles victimes des violences basées sur le genre.

Notre ambition est de dépister et de traiter au moins 80% des maladies transmissibles.

Let effort! visant l’amélioration de la Santé et de la Population $e feront autour du renforcement du cadre programmatique et légal/ de$ infrastructure! et la modernisation des plateaux technique!/ de la réduction de la mortalité maternelle et infantile et de la riposte au Covid-19*

Un Plan National de Développement Sanitaire de 3ème génération sera élaboré et mis en oeuvre pour la période 2022 à 2026. Dans la même dynamique, un Code de Santé publique sera élaboré pour encadrer les activités dans le secteur.

En vue d’assurer la protection de la population contre la Covid-19, les efforts seront poursuivis pour vacciner l’ensemble des populations cibles. Des efforts seront également poursuivis pour maintenir le statut de pays libre du poliovirus sauvage.

 

Un avant-projet de loi relative à la vaccination sera soumis à l’Assemblée Nationale pour adoption.

Tenant compte du besoin d’amélioration de l’éthique professionnelle et de sa grande influence sur la qualité des prestations, la lutte contre la corruption dans le secteur de la Santé sera renforcée dans le document de la stratégie globale. L’approvisionnement de l’ensemble des formations sanitaires du pays en médicaments et l’assainissement du secteur pharmaceutique seront visés par l’action gouvernementale.

Dan$ le Cadre de$ Dépenses prévue! pour l’axe 3, le Gouvernement enviiage mobiliser 445 422*75 milliard! FCFA.

S’agissant du lecteur de la Santé, 135 milliard! F /CFA font prévu! pour son financement, soit 33%. L’Education représente 10% soit 45 milliards F /CFA* Le reste, soit 264 860 milliards F /CFA sont répartis entre les Secteurs sociaux, la Promotion du genre, la Jeunesse, etc •••

De plus, les statistiques prévisionnelles de la gestion budgétaire pluriannuelle orientée vers la performance indiquent une tendance moyenne de dotations égale à 14% en matière de Santé. Ce qui montre une convergence vers la norme internationale qui se situe à 15% pour ce Secteur* Il en est de même de la dotation du budget consacrée au Secteur d’de l’Education et de la Formation dont la projection eitimée à 12 % indique une convergence vert la norme du Partenarial Mondial pour l’Education qui e$t fixée à 20%.

 

 

 

 

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Honorables Députés de la Nation,
Mesdames et Messieurs,

Le Président B* BOGANDA a souligné la nécessité de l’instruction parmi ses 5 verbes* Un auteur mentionne qu’après le pain, l’éducation est le premier besoin d’un peuple, tandis que les Saintes écritures enseignent que faute de connaissance, le peuple périt*

Quant à mon Gouvernement, je l’engagerai, sous l’autorité du Président de la République, Chef de l’Etat, au demeurant Enseignant, à œuvrer au relèvement du système éducatif au travers du Plan Sectoriel de l’Education 2020-2029 (PSE 2020-2029). Ce qui sera une reconnaissance formelle et publique que l’avenir de notre pays est étroitement lié au développement de l’éducation.

À travers le Plan Sectoriel de l’Education (PSE), nous chercherons à atteindre trois objectifs d’ordre supérieur via quatre piliers majeurs intégrant le Préscolaire, le Primaire, le Secondaire général, l’Enseignement technique agricole, la Formation professionnelle et l’Alphabétisation, l’Enseignement supérieur et la Recherche.

 

Ces objectifs contribueront à favoriser la cohésion sociale et la consolidation de la paix, permettront une croissance économique équitable et réduiront les inégalités territoriales.

Les quatre piliers majeurs du Plan Sectoriel permettront d’accroître l’accès à l’éducation et à la formation, à les rendre plus équitables ; former, recruter et affecter des enseignants sur l’ensemble du territoire ; améliorer la qualité de l’enseignement ; réformer la gouvernance sectorielle et accroître le financement du système éducatif.

Nous avons pleine conscience des efforts qui restent à accomplir en vue de saisir l’opportunité que revêt pour nous l’expansion de la demande en éducation. Le contexte sectoriel est caractérisé par une grande disparité dans l’accès à l’éducation, selon le genre puisque que l’on sait que seulement 06 filles pour 10 garçons sont inscrites au second cycle du Secondaire, selon le lieu de résidence et le niveau de vie.

Ce tableau scolaire est complété par les données selon lesquelles 25% des 12-15 ans sont déscolarisés, de même que 45% des 16-18 ans. Il y a aussi un déficit d’enseignants qualifiés compte tenu du fait qu’au Primaire le ratio élèves/enseignant est estimé à 91 contre 38 pour l’Afrique Sub-Saharienne, tandis que 63% des enseignants du Fondamental 1 sont des maîtres- parents et que 66% des professeurs du secondaire sont des vacataires.

Le Gouvernement s’emploiera à accroître le nombre des infrastructures scolaires et leur capacité d’accueil.

Pour le préscolaire, 700 salles de classes seront construites dans le court terme y compris dans les zones défavorisées. Le besoin d’amélioration de la qualité de l’éducation et de la formation des enseignants nous conduira à l’expérimentation de notre langue nationale, le Sango, comme langue d’enseignement au Cl et au CP. Le besoin d’amélioration de la qualité de l’éducation et de la formation des enseignants conduira également à l’exécution de programmes de rattrapage pour promouvoir l’acquisition de compétences en lecture et en mathématiques pour plus de 80 000 enfants de Cl, CE1 et CM1 dans le très court terme, et l’amélioration du cadre de formation initiale et de formation continue des enseignants.

Dan$ le domaine de l’Urbanitme, de la Réforme Foncière el de$ Ville!, le Gouvernement entend pourtuivre l’aménagement du territoire en réduitant le$ diiparitéi inter et intra régionale!, la promotion del Pole! de développement !ur la bate de$ potentialité! de no$ région! et le renforcement de$ infraitructurei économique!»

Par ailleurs, face à la caducité du cadre juridique, le Gouvernement dotera le pays d’un instrument de gouvernance foncière applicable aux terres, aux cours d’eaux et aux forêts.

Mon Gouvernement poursuivra les travaux d’assainissement de nos villages, arrondissements et villes. Les négociations pour la finalisation de l’Accord Cadre du projet de construction d’une nouvelle ville de 5.000 logements et la finalisation du Projet de Rocade autour de Bangui dont l’avant-projet sommaire qui a été élaboré pour un coût de 106 Milliards de FCFA, seront intensifiées.

Dan$ le domaine de l’Habitat, le Gouvernement développera l’habitat locial en opérationnalitant la Banque de l’Habitat de Centrafrique créée en 2009 et achèvera le Projet de comtruction de 10*000 logement! de l’ONG Ecotourifme et Développement Intégré de$ Village! (ETODIVI) aimi que le Protocole d’Accord !ur le projet de comtruction de 10*000 logement! avec le Royaume du Maroc*

Aussi, le Gouvernement entend poursuivre la validation de la Loi régissant la Promotion Immobilière en Centrafrique, le Document de Stratégie Nationale de l’Habitat et la Lettre de Politique du Développement du Secteur de l’Habitat.

A propo! de! infra!tructure! de l’Economie numérique et de !on role dan! le dé!endavement et l’amélioration de la compétitivité de notre Economie, mon Gouvernement procédera à l’accélération de! travaux d’interconnexion de la fibre optique pour une mi!e en exploitation dam un meilleur délai*

En même temps, le Gouvernement négociera la seconde phase du projet d’infrastructure backbone en fibre optique

qui partira de la RCA à la Mer Rouge. A cet effet, le Gouvernement organisera à très court terme un atelier national sur le développement numérique.

Dan$ le domaine de I1 Environnement et du Développement durable, le Gouvernement élaborera à court terme le Programme-Payi pour accéder aux financement! du Fond! Vert Climat, adoptera la Stratégie Nationale de Réduction de! Emiüion! due! à la Défore!tation et à la Dégradation Forettière (REDD+) et la Loi !ur la Gettion de! Reüource!

Il est à rappeler qu’en application de la Loi sur la Production et la Commercialisation des emballages non biodégradables, des textes règlementaires seront adoptés et mis en oeuvre.

S’agissant des changements climatiques entraînant de nombreuses catastrophes naturelles, le Gouvernement s’attèlera à mettre en oeuvre la Stratégie Nationale de Gestion et de Réduction des Risques de Catastrophes et d’Adaptation aux Changements Climatiques et le Plan d’action national de lutte contre la désertification.

Nous allons appliquer dans dix- huit mois environ, la décision communautaire portant interdiction d’exporter le bois sous forme de grume dans les pays du Bassin du Congo.

Nous construirons des débarcadères et antennes de surveillance pour l’amélioration des activités de la pêche ; mais aussi, sensibiliserons les jeunes à se lancer dans Pentrepreneuriat bleu en organisant des formations appropriées.

Moniteur le Prélident de PAuemblée Nationale,
Honorablei Députéi de la Nation,
Meidamei et Meilleur!,

Le$ différente! criiei que notre payi a connue!, ont détruit pluiieun emploi! direct! et indirect!» Ce qui e$t un véritable défi pour notre payi* La création d’emploi! décent! et de revenu! régulier! e$t la condition indilpeniable pour retrouver la dignité et Peipoir*

Dam le lecteur public, mon Gouvernement optera pour

une approche globale, à travers un changement en profondeur de l’Administration publique, l’élaboration et la mise en oeuvre d’une stratégie de développement institutionnel et son programme d’action.

 

A cet égard, le Gouvernement mettra en place un dispositif de collaboration avec tous les acteurs pour toutes les actions de réforme de l’Administration centrale, déconcentrée et locale.

Concernant le lecteur privé, le Gouvernement renforcera

le dialogue en rendant opérationnel le Conseil National Permanent du Travail.

Pour améliorer le$ condition! de travail et de la protection tociale, le Gouvernement poursuivra les travaux préparatoires du Forum national sur la Retraite et mobilisera des ressources pour son organisation, en partenariat avec le Bureau International du Travail (BIT). Aussi, il poursuivra la mise en oeuvre des recommandations de l’étude actuarielle du système de Sécurité sociale et veillera à ce que le projet de Document de politique nationale en matière de protection sociale soit validée dans les meilleurs délais.

Un avant-projet de révision du Code du Travail a été soumis à l’Assemblée Nationale pour adoption. Ce projet contient des dispositions relatives au plafonnement des dommages et intérêts à payer en cas de licenciement abusif d’un travailleur.

En matière d1 Emploi et de Formation Profeuionnelle,

le Gouvernement s’engage à poursuivre la mise en oeuvre de la Politique nationale de l’emploi et de la Formation professionnelle.

Durant le premier quinquennat, environ 4 OOO jeunes ont été formés selon les chiffres fournis par l’Agence Centrafricaine pour la Formation Professionnelle et l’Emploi (ACFPE) et 28 OOO emplois ont été créés dont environ 17 000 dans le secteur privé.

Sur la question de l’employabilité des jeunes, durant le prochain quinquennat, au moins 20 000 jeunes seront prêts à l’emploi après avoir reçu une formation professionnelle adaptée aux besoins du marché de l’emploi.

A travers des mesures incitatives en faveur des emplois jeunes, le Gouvernement ambitionne, tous secteurs confondus, la création d’environ 35 000 emplois pour les jeunes se répartissant en emplois fixes, saisonniers, directs ou indirects.

Nous inciterons les jeunes à se diriger vers les Nouvelles technologies, l’Agriculture, les Mines et les Forêts, secteurs que nous nous engageons à développer.

Notre population est jeune, et nous avons le devoir de la protéger et de bâtir toute une stratégie autour de son émancipation. C’est pourquoi cette jeunesse doit constituer notre principal défi, mieux encore un atout. Atout pour cette économie que nous voulons ouverte.

 

 

 

Let cri$e$ $ocio-polilique$ récurrente! qui ont tecoué notre pay$ ont aggravé la paupériiation de la population et entraîné une qua$i dislocation de la famille, perturbé la promotion du genre et la protection de l’enfant*

Pour y remédier, le Gouvernement accélérera la mise en oeuvre de la politique de promotion de l’équité et de l’égalité du genre adoptée et poursuivra la mise en oeuvre de la Loi sur la Parité, en mettant en place l’Observatoire National de la Parité.

Par ailleurs, des projets de loi seront élaborés pour la mise en oeuvre de la 2e génération du Plan National d’Action de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies sur les Femmes et la Paix.

Le Code de Protection de l’Enfant doit être appliqué et l’éducation primaire de la fille obligatoire, tandis que nous procéderons à l’adoption du Code de la famille, révisé, et à sa vulgarisation.

Au plan de la communication, un accent sera mis sur la désinformation.

Le$ effort! de développement de no! média! vont !e pouruiivre mauivement, à traver! le! inve!tiüement! coméquent!*

L’objectif recherché e$t d’en faire de réels in$trument$ de cohésion sociale afin que leur écoute toit étendue $ur l’ensemble du territoire, voire au-delà de notre continent* Par ailleurs un accent particulier fera mit $ur la désinformation (faite news) et la cyber criminalité* A cet effet, un projet de Loi e$t en gestation dam lequel figure de$ disposition! de sanctions vis-à-vis des auteurs, coauteurs et complices*

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Honorables Députés de la Nation,
Mesdames et Messieurs,

La Jeunesse constitue une frange importante de la population nationale et représente un atout majeur pour l’avenir de notre pays* La stratégie du Gouvernement consistera principalement à les former pour mieux les employer*

Par ailleurs, le Gouvernement va développer davantage les activités et les infrastructures sportives pour l’épanouissement de la jeunesse, tout en promouvant l’éducation à la citoyenneté et aux valeurs traditionnelles positives en milieu jeune. Les disciplines sportives dans lesquelles nous excellons, bénéficieront d’une attention particulière de ma part, afin de promouvoir nos jeunes talents. Aussi, des Centres de formations feront l’objet de réflexion au niveau de mon Gouvernement pour leur financement. Un environnement favorable à Pentreprenariat des jeunes y compris ceux issus des groupes armés, sera créé.

Contcient du fail que la diffution de Pâme el de Pidentité nationale l’opère par le$ Art$ et la Culture et que ce lecteur contribue fortement au renforcement de l’unité, de la paix et de la cohéiion tociale, le Prélident de la République, Chef de P Et at t’ett déjà engagé à promouvoir lei grandi événementi cultureli*

Dans cette optique mon Gouvernement améliorera le cadre conceptuel de la politique culturelle par la finalisation et la mise en oeuvre du document de politique culturelle nationale et son plan d’action.

De plus, nous allons poursuivre la réhabilitation du Musée National Barthélémy BOGAN DA, créer une bibliothèque nationale et rendre opérationnel le Centre National de Cinématographie.

Le lecteur du Touritme n’a pa$ échappé aux contéquencet de$ multiplet critet dont le contexte actuel de la pandémie à COVID-19. Pour inverter cette tendance, le Gouvernement élaborera une politique tourittique plut attrayante.

Celle-ci consistera à améliorer le cadre conceptuel du tourisme à travers l’actualisation du Plan Directeur du Développement Touristique, et à inscrire le Secteur au Programme Stratégique National de Développement en cours d’élaboration.

En matière humanitaire/ le retour et Pinttallation de tout le$ Centrafricain! victime! de! conflit! demeurent d’actualité* Le Gouvernement pounuivra P appui aux Communauté! affectée!/ pour un meilleur accè! aux !ervice! !ociaux de ba!e/ aux infra!tructure! locale! et aux filet! !ociaux*

 

Monsieur le Prétident de llA$$emblée Nationale,
Honorables Députés de la Nation,
Mesdames, Messieurs,

En vous regardant tous assis, je me questionne, et à travers mon regard, je vous questionne.

Sur notre responsabilité à tous, quel est le modèle que nous voulons pour notre pays ?

Quelle ambition pour nos enfants ?

Le moment n’est-il pas venu, pour nous, dès aujourd’hui de nous rassembler, de conjuguer nos efforts, de tourner ensemble cette page sombre de notre histoire vers une autre destinée meilleure ?

Peu importe celui qui l’aurait portée, peu importe celui qui la porte ou encore celui qui la portera, osons autre chose pour notre pays et pour nos enfants.

Ce Programme de Politique Générale trace le chemin sur lequel je veux, sous l’Autorité du Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence le Professeur Faustin Archange TOUADERA engager le Gouvernement vers les étoiles d’un Centrafrique plus prospère et inclusif. J’ai la conviction que le déterminant le plus indéniable de l’espoir est la confiance. Celle de l’Assemblée Nationale est essentielle.

Comme vous le savez, la campagne électorale est terminée. Les élections présidentielles et législatives que toute la classe

 

politique et la société civile voulaient libres, démocratiques et transparentes sont achevées.

La Cour Constitutionnelle a dit le Droit. Pour siéger à l’Assemblée Nationale et avoir le droit de porter cette écharpe quinquacolore en bandoulière, quelles difficultés n’avez-vous pas surmontées? Quelles souffrances n’avez-vous pas endurées ? Et quels sacrifices n’avez-vous pas consentis ?

Tout en donnant de la valeur à notre Constitution, vous avez privilégié la construction de la République Centrafricaine à sa destruction. Vous avez privilégié l’Unité Nationale à sa division.

Etre élu dans ces conditions extrêmes, donne plus de crédibilité à votre mandat, et plus de valeur à votre présence dans ce lieu mythique, surtout en ce moment singulier de l’histoire de notre pays.

Vous avez fait le choix de la voie des urnes à la voie des armes. Alors si vous avez vécu tout cela, qui, mieux que vous, Représentants du peuple, pourraient avoir une meilleure appréciation du programme que je viens de vous présenter.

C’est donc en toute humilité et avec un profond respect que je me tiens ici, à cette tribune, dans cet hémicycle qui est le symbole de la résilience du peuple centrafricain que je sollicite par ce vote votre confiance.

Je vous remercie.

Aucun article à afficher