RCA :  crise préélectorale, la Minusca appelle les groupes armés au respect de l’accord de paix

Publié le 17 décembre 2020 , 2:09
Mis à jour le: 17 décembre 2020 2:09
Vladimir Monteiro, porte-parole de la MINUSCA. Crédit photo : CNC.
Vladimir Monteiro, porte-parole de la MINUSCA. Crédit photo : CNC.

 

Bangui, République centrafricaine, jeudi, 17 décembre 2020, 08:02:06 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Suite aux rumeurs de la création d’une nouvelle coalition rebelle en Centrafrique, la Minusca appelle les groupes armés au respect de l’accord de paix pour le bon déroulement du processus électoral en cours.

 

Alors que la psychose de trouble gagne du terrain à quelques jours du premier tour des élections présidentielles et législative,  la Minusca réagit aux rumeurs  persistantes qui circulent en ce moment faisant état de la création d’une nouvelle coalition rebelle dirigée par l’ancien Président de la République François Bozizé.

Pour la mission des nations unies,  de pareilles agitations pourraient perturber le processus électoral en cours. Elle demande aux groupes armés de respecter  leur engagement dans le cadre de  l’accord politique pour la paix et la réconciliation en Centrafrique (APPR-RCA).

« La Minusca  exprime sa préoccupation  et dénonce  les violences et autre type d’agissements perpétrés dans certaine partie du territoire national. La Minusca appelle les groupes armés à cesser immédiatement  les attaques et provocations  visant à la fois les candidats  aux élections, les acteurs humanitaires et la population en générale, notamment dans les préfectures de l’Ouham-Péndé et de la Nana-Gribizi », a déclaré le porte-parole de la Minusca Vladimir Montiero.

Alors que le processus électoral suit son cours  avec l’acheminement des matériels électoraux dans les villes de province, la situation sécuritaire se dégrade du jour en jour.  Avec les rumeurs qui circulent dans tout le sens, la Minusca appelle à la retenue.

«  La Minusca demande à l’ancien président  François Bozizé,  dont la candidature a été invalidée par la Cour constitutionnelle de contribuer à une élection apaisée, et à s’abstenir  de toutes actions  qui pourraient entraver les élections. La Minusca souligne  que ses activités à l’intérieur du pays  et les contacts pris avec  certains groupes armés ne sont pas de nature à contribuer à un processus électoral pacifique », ajoute le porte-parole Vladimir Montero.

Condamnant le braquage  des véhicules des candidats  dans certains localités du pays, la Minusca  exige des responsables  des ces actes criminels la restitution sans condition  de ces véhicules aux propriétaires.

Pour de nombreux observateurs, tout ce qui touche le pouvoir de Bangui ou le parti MCU, la Minusca réagit comme si elle est devenue une milice armée du pouvoir.

Affaire à suivre.

 

  1. Y. Ibrahim

Journaliste rédacteur

Tél. : 70 13 39 97

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher