RCA : création d’une nouvelle plateforme électorale du soutien au chef de l’État Faustin Archange TOUADERA

Publié le 22 octobre 2020 , 5:48
Mis à jour le: 22 octobre 2020 5:48
Le député de Bamingui Jean-Michel Mandaba. CopyrightDR
Le député de Bamingui Jean-Michel Mandaba. CopyrightDR

 

Bangui, République centrafricaine, jeudi, 22 octobre 2020, 11:43:24 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Dénommée « Plateforme des partis politiques centristes (PPPC) »,  cette nouvelle structure politique proche du pouvoir regroupe officiellement des associations et partis politiques « indépendants  qui diffusent des opinions et des valeurs de la République ». Selon son coordonnateur adjoint, le député Jean-Michel Mandaba, la PPPC aura son propre candidat pour les élections du 27 décembre 2020. Or, pour les Centrafricains, cette plateforme n’est autre qu’un groupe de soutien au chef de l’État, candidat à sa propre succession pour un second mandat.

 

Même si la PPPC compte depuis sa création quelques partis politiques quasiment inexistants sur la scène politique nationale, son coordonnateur adjoint, le député de Bamingui Jean-Michel Mandaba  pense que cette plateforme est une innovation dans le paysage politique national.

« Je pense que cette plateforme c’est une innovation. Elle prendra  des positions sans équivoque.  Quant à ce qui sera d’une mauvaise position de l’opposition démocratique vis-à-vis du gouvernement,  vis-à-vis de la population centrafricaine,  elle prendra des positions objectives »,a déclaré le député Jean-Michel Mandaba, ancien Président de la commission ressources à l’Assemblée nationale. D’après lui, cette plateforme a été créée  pour la simple raison que les partis qui ne se reconnaissent  ni de la majorité présidentielle, ni de l’opposition démocratique, sont appelés « autres partis ».Or, pour de nombreux observateurs nationaux, la PPPC, dont la quasi-totalité des membres est des proches du chef de l’État, n’est autre qu’un groupe du soutien à la candidature de Faustin Archange TOUADERA. Mais pour le coordonnateur de la PPPC, sa plateforme sera « objective » dans sa prise de position véritablement politique.

Rappelons qu’il y a quatre mois, le parti du Président Touadera avait signé un accord avec une trentaine de formations politiques  pour la création d’une plateforme électorale commune appelée « Béoko », en Français Cœurs unis. Malheureusement, la plateforme « Béoko » n’est composée que des associations et partis politiques dont leur existence sur la scène politique nationale est sujette à caution.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste politique

Alain Nzilo

Directeur de publication

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher