RCA : combats en cours entre deux groupes armés dans la localité de Birao.

pancarte hôpitalde birao dans le vakaga au nord-est de la République centrafricaine. par cnc

 

 

Birao (République centrafricaine) –  Le village goura, situé à 20 kilomètres de Birao est le théâtre d’affrontement violent depuis ce mardi matin entre les combattants rebelles du FPRC (Front populaire pour la renaissance de Centrafrique ) et ceux du MLCJ (mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice ). Des dizaines des blessés sont déjà signalés de deux côtés.

 

Décidément, les populations civiles, victimes innocentes du conflit militaire entre le MLCJ et le FPRC dans la Vakaga ne sont pas prêtes de voir un peu de lumière au bout du tunnel, six mois jour pour jour après le début du conflit entre deux groupes frères rivaux.

« On ne peut pas s’imaginer l’ampleur incroyable que la tragédie a eue sur la population, et l’on n’en connaîtra jamais tous les impacts », estime un étudiant, originaire de Birao.

Justement, dans les localités de Birao, après le village Kamoun, c’est le tour du village Goura d’être le théâtre des violents affrontements depuis lundi après-midi.

En effet, ce lundi 20 janvier, aux environs de 15 heures, une patrouille des combattants du MLCJ est tombée dans un guet-apens tendu par les FPRC au village Goura, à 20 kilomètres de Birao. Aucun mort n’a été signalé de deux côtés, mais l’alerte est donnée par les MLCJ de retour à Birao. Des éléments ont été dépêchés très tôt ce mardi matin à Goura pour affronter à nouveau le FPRC qui, de son côté, reçoit aussi des renforts.

Les combats sont violents, reconnaît un officier du MLCJ contacté par CNC depuis Birao. Déjà, des sources hospitalières parlent d’une dizaine des blessés qui sont arrivés sur des motos à l’hôpital à Birao.

Pourtant, hier lundi, le Premier ministre Firmin NGRÉBADA a reçu en audience Monsieur Gilbert Toumou DEA, son ministre conseiller en charge des groupes armés, et commandant en chef du MLCJ. On ignore les raisons de cet entretien entre les deux hommes, mais le Premier ministre a été appelé d’urgence à la présidence après son entretien avec le chef rebelle Gilbert Toumou.

 

Affaire à suivre…

Moïse Banafio

Copyright©2020CNC.