RCA : Bouar, panique au marché central après des tirs de sommation d’un gendarme.

Publié le 29 juin 2020 , 1:05
Mis à jour le: 29 juin 2020 1:05
Centre-ville de Bouar, le 12 juin 2020. Photo CNC / Gervais Lenga
Centre-ville de Bouar, le 12 juin 2020. Photo CNC / Gervais Lenga

 

Bouar, République centrafricaine, 29 juin 2020 (Corbeaunews-Centrafrique ) – Un mouvement de panique a agité dimanche le marché central de Bouar, capitale provinciale de la Nana-Mambéré située à 452 kilomètres au nord-ouest de Bangui.

 

Selon une source proche de la gendarmerie locale, ce vif mouvement de panique a été observé suite aux tirs de sommation d’un gendarme centrafricain qui aurait tenté d’interpeller un groupe des éleveurs peuls.

En effet, peu avant midi, ce dimanche 28 juin, la présence d’un groupe des éleveurs peuls a été observée au marché central de Bouar. Ils étaient  en train de faire des achats avec d’importantes sommes d’argent en leur possession. « C’est étrange ! », s’étonne un témoin de la scène interrogé par CNC. Pour lui, il ne fait aucun doute, ces éleveurs peuls seraient des « intermédiaires «  des 3R : « ils sont venus faire les achats ici au marché central pour ramener aux rebelles de 3R (Retour, réclamation et réhabilitation)  », a-t-il expliqué.

C’est dans cette disposition d’esprit que le service de la gendarmerie de Bouar a été alerté par un groupe des jeunes, et une équipe d’intervention a également été dépêchée rapidement  au marché central pour interpeller les suspects. Malheureusement à  l’arrivée des forces de l’ordre, l’un des suspects n’a pas voulu obtempérer, et l’un des gendarmes faisait des tirs de sommation avec son fusil d’assaut pour le ramener à la « raison ».  Aussitôt au marché central, cette détonation  d’arme crée un mouvement de panique au sein de la population. « On croyait à un échange des tirs avec les Peuls »,  explique une commerçante des légumes.

Finalement, tous les éleveurs peuls ont été conduits à la brigade de la gendarmerie pour nécessité d’enquête, et le calme est revenu au centre-ville quelques minutes plus tard.

Il y a lieu de noter que la semaine dernière, une patrouille des forces armées centrafricaines avait été prise d’assaut par les rebelles de 3R, à majorité peule, dans la localité de Besson, faisant plusieurs morts, dont un gendarme. Ce qui a largement choqué les populations de Bouar qui assimilent abusivement les éleveurs peuls aux rebelles de 3R du sulfureux Abass Sidiki.

 

Gervais Lenga

Copyright2020CNC

Aucun article à afficher