RCA : Bocaranga, la ville est toujours sous contrôle des soldats FACA, mais plusieurs barricades sont érigées.

Publié le 2 juillet 2020 , 1:39
Mis à jour le: 2 juillet 2020 1:39
des rebelles du mouvement 3R en tenue militaire dans la ville de Bocaranga le 28 mars 2019. Photo CNC / Maïguelé.
des rebelles du mouvement 3R en tenue militaire dans la ville de Bocaranga le 28 mars 2019. Photo CNC / Maïguelé.

 

Bocaranga, République centrafricaine, 2 juillet 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Après deux heures des tirs à l’arme lourde et légère des rebelles de 3R contre les positions des soldats FACA à Bocaranga, dans la préfecture de l’Ouham-Péndé,  vers 6 heures du matin, l’intensité des frappes semble baisser de plusieurs crans, mais la tension reste toujours vive. Les soldats des forces armées centrafricaines continuent de contrôler la ville, mais des barricades sont érigées partout dans les rues par des groupes des jeunes.

 

« Ils ne sont pas loin. Ils pourraient revenir à tout moment », s’inquiète un habitant de Bocaranga interrogé par CNC.

Les combats ont débuté vers 4h30 du matin avec des tirs aux armes lourdes et légères de 3R contre les positions des soldats de l’armée nationale (FACA). Mais après deux heures des tirs, les rebelles se sont volontairement repliés derrière les collines qui surplombent la sous-préfecture de Bocaranga. On ignore s’ils vont réellement revenir, mais les populations locales, apeurées, se sont terrées chez elles.

Au même moment, un éleveur peul, habitant dans la ville, vient d’être arrêté par un groupe des jeunes et remis aux soldats FACA. On ignore pour quelle raison ce citoyen peul a été arrêté.

Lundi, à Mont Yadé, situé à une vingtaine de kilomètres de Bocaranga, ce même groupe des rebelles de 3R ont attaqué, dans la matinée, un convoi militaire des casques bleus de la Minusca à destination de la ville de Koui, faisant plusieurs blessés dans le rang des forces des nations unies. Mais quelques heures plus tard, dans la nuit du lundi à mardi 30 juin, les casques bleus ont lancé une vaste opération militaire contre le 3R dans la localité de Koui, anciennement DeGaulle. Suite à cette attaque, des proches du chef de l’État ont propagé des rumeurs faisant échos de la prétendue mort du chef rebelle Abass Sidiki, tué par les forces de la Minusca. Ce qui n’a pas été confirmé, ni par la Minusca, ni par des sources indépendantes sur le terrain. Mais contre toute attente, ce jeudi matin, les rebelles de 3R ont pris d’assaut la ville de Bocaranga avec des tirs intenses partout dans la ville durant deux heures.

 

Arlette Maïguélé

Copyright2020CNC

Aucun article à afficher