RCA : Basse-Kotto, vive tension entre les miliciens Anti-Balaka et l’UPC à Pombolo et à Gambo

Publié le 8 octobre 2020 , 4:38
Mis à jour le: 8 octobre 2020 4:42
Un milicien anti-Balaka à Gambo, dans la province de Mboumou en République centrafricaine, le 16 août 2017. © 2017 Alexis Huguet
Un milicien anti-Balaka à Gambo, dans la province de Mboumou en République centrafricaine, le 16 août 2017.
© 2017 Alexis Huguet

 

 

Mobaye, République centrafricaine, jeudi, 8 octobre 2020, 10:31:12 ( Corbeaunews-Centrafrique ). À deux  mois du premier tour des élections présidentielles et législatives du 27 décembre 2020, la situation sécuritaire se dégrade du jour en jour dans le pays. Après l’occupation par les 3R des communes de Bimbi, de Talé, de Yambassa  et de Nanga Boguila  , puis la démonstration de forces des rebelles du MPC à Nana-Bakassa mercredi, c’est le tour de la commune de Pombolo et de Gambo d’être sous-tension sécuritaire. Les miliciens Anti-Balaka et les rebelles de l’UPC menacent de s’affronter en représailles, et l’inquiétude domine au sein de la population locale.

 

Selon les témoignages, tout est parti de l’arrestation d’un général milicien Anti-Balaka par les rebelles de l’UPC sur une barrière qu’ils ont dressée non loin de la commune de Pombolo où l’autoproclamé général Anti-Balaka avait été littéralement dépouillé, et son argent confisqué par les hommes de l’UPC. Informés, les Casques bleus de la Minusca de Pombolo sont intervenus militairement pour le libérer. Quelques jours plus tard, les miliciens Anti-Balaka, de leur côté, ont mis la main sur deux éléments rebelles de l’UPC de retour de Dimbi, leur moto confisquée. Une fois de plus, les Casques bleus sont obligés d’intervenir pour les libérer, mais leur moto est toujours aux mains des éléments Anti-Balaka. Ce qui n’a pas été du goût du général GARGA de l’UPC qui est descendu sur le terrain avec ses éléments à la recherche de cette fameuse moto, considérée par les groupes armés comme un engin de guerre.

Depuis lors, la tension est à son comble, et les deux groupes menacent de s’affronter militairement. Pour les populations locales qui sont déjà victimes des nombreux crimes perpétrés par ces bandes armées, un nouvel affrontement entre ces deux groupes malfrats est synonyme d’une nouvelle catastrophe humanitaire dans la région.

On ignore si des négociations sont en cours, mais  une source au sein de la Minusca indique qu’il y aurait des contacts avec les miliciens Anti-Balaka pour la restitution de la moto à son propriétaire.

 

Par Félix Ndoumba

Journaliste et correspondant du CNC

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

Aucun article à afficher