RCA : Bangui, trois personnes interpellées ce dimanche à la barrière du PK12

Publié le 2 novembre 2020 , 6:41
Mis à jour le: 2 novembre 2020 6:41
La barrière du PK12 à la sortie nord de Bangui. Photo CNC / Fortuné Bobérang.
La barrière du PK12 à la sortie nord de Bangui. Photo CNC / Fortuné Bobérang.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Bangui, République centrafricaine, lundi, 02 novembre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique). À un mois du premier tour des élections présidentielles et législatives, le paysage politique et sécuritaire centrafricain  se crispe du jour en jour.  La tension est à son comble. Pour la seule journée du dimanche 1er novembre, au marché du PK12, à la sortie nord de la capitale, trois personnes, dont un ex-milicien Anti-Balaka et deux fous ont été interpellées et placées en garde à vue. Pourquoi ?

 

Si le médiateur de la République, Monsieur Jacques Mbosso pense que la tension préélectorale qui règne en ce moment entre l’ex-Président de la République François Bozizé et le chef de l’État Faustin Archange TOUADERA n’est que des rumeurs, sur le terrain, tout porte à croire qu’il y a des problèmes entre les deux hommes.

Ce dimanche, dans la matinée, un ex-milicien Anti-Balaka du PK12, de l’ethnie de l’ancien Président François Bozizé, et qui buvait de la bouillie non loin du marché des viandes boucanées,  situé à seulement 200 mètres du poste de contrôle des forces de l’ordre à la barrière du PK12, a été interpellé par les policiers qui l’ont soupçonné de vouloir préparer un coup au passage du cortège chef de l’État Faustin Archange TOUADERA vers Damara. Il a été conduit à une destination inconnue, selon ses proches interrogés par CNC. Et ce n’est pas tout. Quelques heures plus tard, dans la soirée, vers 17 heures, juste à la barrière du PK12, deux individus, dans un état du délabrement total, difficilement compréhensibles et identifiés parfaitement par les passants comme des fous, ont été interpellés par les forces de l’ordre qui les ont soupçonné d’être des agents à la solde de l’ancien chef de l’État François Bozizé.

Selon l’un des quatre agents qui ont procédé à leur arrestation, les deux suspects ne seraient pas connus parmi les fous du secteur, donc il y a lieu de les soupçonner. Comme ils sont désormais à la main des forces de l’ordre, ils doivent s’expliquer aux enquêteurs, ajoute-t-il.

Cependant, à Sôh, surnommé Benz ambe, au PK 16 sur la route de Boali, les populations locales s’inquiètent sérieusement de la présence massive des policiers-espions déployés par la présidence de la République.  Certains parlent d’intimidation, d’autres estiment que leur quartier serait le premier à être envahi par les forces de l’ordre  si ces élections seront contestées par l’opposition en cas d’une éventuelle victoire surprise du chef de l’État Faustin Archange TOUADERA.

En tout cas, à Bangui, le pays est sur le point de basculer dans une nouvelle crise militaropolitique si la communauté internationale ne fait pas attention.

 

Par Anselme Mbata

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher