RCA : Bambari, les FACA exigent le départ des mercenaires russes de leur base.

Publié le 13 juin 2020 , 2:42
Mis à jour le: 13 juin 2020 2:42

Image d'illustration des mercenaires russes à Sibut, dans la préfecture de Kémo, au centre-sud de la Centrafrique. Crédit photo : Alain Nzilo.

 

Bambari (Corbeaunews-Centrafrique – Les soldats des forces armées centrafricaines (FACA), quelques heures après leur bagarre avec les mercenaires russes de la société de sécurité privée Wagner, exigent désormais de leur hiérarchie le « départ immédiat et sans condition » de ces derniers de leur base de Bambari. La tension est toujours palpable entre les belligérants, et chacun se campe sur sa position.

 

Vendredi 12 juin, vers 17h40, une violente altercation s’est éclatée entre les soldats des forces armées centrafricaines (FACA) et les mercenaires russes de la société de sécurité privée Wagner.

Selon les premiers éléments d’information obtenus sur le lieu de l’incident, les militaires centrafricains  n’ont pas du tout apprécié que les mercenaires russes exigent de leur part une marque de subordination (salut militaire) quand ils les croisent partout.

« Ce sont des civils. Ils ne sont pas des militaires, et ils veulent nous faire croire qu’ils sont des officiers de l’armée russe. À ce titre, ils nous exigent du respect et de subordination militaire », soupire un soldat FACA détaché à Bambari.

« Quand on croise un soldat de la Minusca, on remarque immédiatement si c’est un officier ou un sous-officier. Là, on sait que c’est un soldat. Or, avec les mercenaires russes, on ne voit jamais leur grade, mais ils nous exigent des saluts militaires de subordination », réagit un autre militaire centrafricain. Depuis hier, les FACA sont fermes sur leur position vis-à-vis des mercenaires russes : « Ils doivent quitter notre base. Sinon », ont-ils réagit.

Cette frustration des militaires centrafricains vis-à-vis des mercenaires russes à Bambari n’est malheureusement pas un fait isolé.

Souvenez-vous, l’année dernière, à Nola, dans la Sangha-Mbaéré, un adjudant de l’armée nationale a failli se bagarrer avec un autre mercenaire russe à cause d’un salut militaire de subordination auquel le mercenaire ne cesse de lui exiger une fois qu’il le croise.

En janvier 2018, une première cargaison d’armes russes destinée à l’équipement des forces armées centrafricaines est arrivée en République centrafricaine, accompagnée des instructeurs  mercenaires russes de la société de sécurité privée Wagner. Ces derniers sont déployés dans plusieurs villes du pays, et partagent la même base avec les FACA.

 

Bertrand Yékoua

Copyright2020CNC

Aucun article à afficher