RCA : au moins 3 personnes tuées, un camion et 6 motos incendiés par les rebelles de la  CPC dans le Nord-ouest

Publié le 5 juillet 2021 , 9:40
Mis à jour le: 6 juillet 2021 1:11

 

Bangui, République centrafricaine, mardi, 6 juillet 2021, 03:56:55 ( Corbeaunews-Centrafrique ). La sécurité n’existe désormais nulle part dans les préfectures de l’Ouham-Péndé et de Lim-Pendé. Les régions sont en train de sombrer. La coalition des patriotes pour le changement (CPC) n’épargne maintenant personne, encore moins les camions et les motos. Les rebelles exécutent, pillent et incendient les camions des marchandises en désordre.

 

Village Talé, situé entre Bozoum et Paoua. Photo CNC / Florentine Maïguelé.
Village Talé, situé entre Bozoum et Paoua. Photo CNC / Florentine Maïguelé.

 

Cette semaine, on compte déjà plusieurs motos et camions calcinés, des sommes d’argent emportées et des personnes tuées.  C’est d’ailleurs c’est ce qui s’est passé  cette semaine.

À Boyna, au moins  3 personnes tuées et 6 motos incendiées par les rebelles de la  CPC. Et comme si cela ne suffisait pas, à 5 kilomètres du village Talé, situé entre Paoua et Bozoum, 1 camion affrété par le programme alimentaire mondial avec des produits alimentaires et 8 motos ont été incendiés, et les rebelles de la CPC ont emporté également une forte sommes d’argent.

Selon les populations locales, les rebelles ont changé désormais leur mode d’action sur le terrain, et la situation sécuritaire de la zone de Koui,  Ndim et  Ngaoundaye reste toujours volatile.

À Paoua, à Bocaranga  comme à Bozoum, les habitants se plaignent de la montée des prix sur les marchés locaux. Plusieurs commerçants se disent prendre au sérieux cette nouvelle menace. Ils disent vouloir éviter désormais de prendre le chemin de Mbaïmboum ou de la frontière du Cameroun afin d’approvisionner leur magasin et éviter de tomber sur les rebelles de la CPC qui pourraient incendier leur engin, mais aussi emporter leur billet de banque. Si bien que les produits  de première nécessité se font de plus en plus rares sur les marchés locaux.

Cependant, les observateurs locaux pensent qu’à défaut d’asphyxier la ville de Bangui, les rebelles du CPC préfèrent isoler plus facilement la région du Nord-ouest, une Région qui alimente aussi Bangui en arachide,  haricots, tabacs.

 

Copyright2021CNC

Aucun article à afficher