RCA : arrestation de l’ambassadeur de la Grande Jamahiriya libyenne   en RCA, la tension est vive entre les deux pays

Publié le 24 octobre 2020 , 4:05
Mis à jour le: 24 octobre 2020 4:05
Image d'illustration. Centre ville de Bangui, Centrafrique. Photo CNC / Anselme Mbata
Image d’illustration. Centre ville de Bangui, Centrafrique. Photo CNC / Anselme Mbata

 

Bangui, République centrafricaine, samedi, 24 octobre 2020, 09:52:04 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Interpellé ce vendredi vers 8 heures à sa descente d’avion de la compagnie Air Maroc à l’aéroport international de Bangui Mpoko par la police de l’air et de frontières, le nouvel ambassadeur de la Grande Jamahiriya libyenne  en République centrafricaine, monsieur Issa Oumar Baruni est sur le point d’être expulsé du territoire centrafricain. Mais selon de source sécuritaire, des tractations diplomatiques sont   en cours, et la tension est à son comble entre les deux pays amis.

 

Il s’appelle Issa Oumar Baruni. Il fut ambassadeur de la Grande Jamahiriya libyenne  en République centrafricaine avant de quitter son poste quelques jours après le déclenchement de la crise dans le pays. Il connaissait très bien le chef de l’État Faustin Archange TOUADERA, à l’époque Premier ministre du Président François Bozizé. Il travaillait même en étroite collaboration avec Fidèle Ngouandjika, ancien ministre de l’Agriculture du gouvernement dirigé à l’époque par Faustin Archange TOUADERA.

Nommé à nouveau l’ambassadeur de la Libye en RCA, monsieur Issa Oumar Baruni avait obtenu son visa de la RCA d’une manière officielle. Mais chose la plus étonnante, à son arrivée à Bangui à bord de l’appareil de la compagnie Air Maroc, ce vendredi vers 8 heures, il a été interpellé et placé en résidence surveillée, avec certains de ses collaborateurs à l’hôtel situé proche de l’ambassade du Maroc. Son passeport diplomatique confisqué par le commissaire de l’aéroport, l’homme devrait être expulsé du territoire national. On ignore les vraies raisons qui motivent cette décision d’expulsion, mais tout porte à croire que les jeux mafieux et politiques seraient derrière, selon notre bureau d’enquêtes et d’investigations.

En effet, le directeur de l’hôtel Ledger  Plaza de Bangui, le Libyen Zeyad Zarzour Khalifa  est cité comme l’un des principaux complices de cette sale affaire diplomatique. Selon plusieurs sources recoupées, l’homme est vivement contre le fonctionnement de l’ambassade de son pays en RCA. D’ailleurs, notre équipe, depuis le déclenchement de cette affaire, a malheureusement constaté que son garde du corps, un ex-chef milicien Anti-Balaka, ajointe  de monsieur Alfred Yekatom Rombhot détenu à la cour pénale internationale (CPI), joue aussi un rôle important dans la casse des portes de l’ambassade de la Libye à Bangui le 16 octobre 2020 vers 22 heures. D’ailleurs, la veille, cet ex-milicien Anti-Balaka surnommé Amigo, avait réquisitionné des policiers pour aller interpellé à l’aéroport l’ex-chargé d’affaire de la Libye en RCA, Monsieur Hissen Badèr, qui était sur le point de quitter le pays. Mais grâce à la présence du chef de l’État à l’aéroport le jeudi 15 octobre, l’interpellation de Monsieur Hissen Badèr avait échouée. En plus, les rebelles libyens qui étaient arrivés à Bangui, ont été logés discrètement au sein de l’hôtel libyen Ledger dirigé par Monsieur  Zeyad Zarzour Khalifa  .

Or, dans la nuit du vendredi à samedi 24 octobre, ce monsieur

Zeyad Zarzour Khalifa  est parti prendre l’ambassadeur de la Libye Issa Oumar Baruni pour aller visiter les locaux de son ambassade, et faisait comme si de rien n’était.  Incroyable !

Sur le point diplomatique, le gouvernement libyen tente en vain de joindre l’ambassadeur et son équipe, surveillés par des policiers qui refusent d’être en contact avec d’autres personnalités de leur pays.

Pour l’heure, le gouvernement libyen exige qu’ils quittent la RCA, mais le gouvernement centrafricain semble jouer de la stratégie.

 

Notons que la casse de l’ambassade de la Libye avait eu lieu en présence des gendarmes centrafricains .Affaire à suivre.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste politique

Alain Nzilo

Directeur de publication

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher