RCA : Arrestation de Docteur Fari Tahéruka Shabazz, un proche de MECKASSOUA

Docteur Fari Tahéruka Shabazz arrêté par la CNS le 3 mars 2020
Docteur Fari Tahéruka Shabazz, arrêté par la CNS le 3 mars 2020

 

 

Bangui (République centrafricaine) – Menacé de mort par le premier-vice-Président de l’assemblée nationale Jean-Symphorien Mapenzi, Docteur Tahéruka Shabazz vient d’être arrêté par les policiers de la Compagnie Nationale de Sécurité (CNS). Les raisons évoquées, une affaire de cyber harcèlement dont le suspect serait à l’origine. Ce que ses proches ont vigoureusement contesté. Que s’est-il réellement passé ?

 

Très actif sur les réseaux sociaux, Docteur Fari Tahéruka Shabazz fut le Secrétaire Général du RPR de l’ex-Président du Conseil National de Transition Ferdinand Nguendet avant d’intégrer tout récemment l’équipe de communication de l’ancien Président de l’assemblée nationale Abdoul Karim Meckassoua.

Très gênant pour le régime à cause de ses prises de position fermes, et la virulence de sa plume contre la Touaderade, docteur Shabazz est devenu l’homme à abattre par les proches du chef de l’État Faustin archange TOUADÉRA. Il est l’auteur actuel de l’appel citoyen des intellectuels centrafricains à la destitution du bureau de l’Assemblée Nationale et la levée de l’immunité de Jean Symphorien Mapenzi.

Récemment prémédité par le premier-vice-président de l’assemblée nationale, docteur Tahéruka Shabazz avait déposé plainte près du parquet de Bangui.

Cette affaire, loin de calmer les esprits, est à l’origine de colère des députés de l’opposition qui demandent depuis 48h la démission du premier-vice-président de l’assemblée nationale ainsi que la levée de son immunité parlementaire.

Mais à la grande surprise de tout le monde, ce mardi dans la matinée, c’est le docteur Shabaz qui est arrêté par les forces de l’ordre pour une affaire de cyber harcèlement dont il serait l’auteur.

Selon le directeur de la CNS, le suspect aurait publié sur les réseaux sociaux des photos nues en ligne d’un certain Aroufaye, un jeune proche de Mapenzi. Ce qui est totalement faux, selon les proches du suspect qui parle d’une accusation fantaisiste et imaginaire.

Sur les réseaux sociaux, la nouvelle de l’arrestation de Shabaz fait débat. Certains parlent de détention illégale, tandis que d’autres accusent directement le chef de l’État de vouloir réduire au silence tous ses opposants politiques à quelques mois des élections groupées du décembre prochain.

 

Rappelons que le 15 février dernier, le parquet de Bangui avait publié un communiqué dans lequel il a indiqué que « depuis un certain temps, les autorités légalement constituées de ‘Etat centrafricain ainsi que des paisibles citoyens, font l’objet des propos injurieux, diffamatoires, tribalistes et racistes par des personnes malintentionnées à travers les Réseaux sociaux, Facebook, Live, etc ».

Cette attitude d’incivisme est de nature non seulement à ternir l’image de la RCA, mais aussi à créer un sentiment de haine au sein de la population et nuit dangereusement à la cohésion sociale, gage d’une paix durable, pour notre chère patrie.

Dorénavant, des poursuites Judiciaires seront régulièrement engagées contre les auteurs, coauteurs et complices des faits susmentionnés qui se trouveraient sur le territoire national. Ce que certains leaders de la société civile et de l’opposition démocratique dénoncent et parlent de chasse aux sorcières.

 

Copyright2020CNC.