RCA : affrontement entre les milices à Bouca, des voix s’élèvent pour accuser le Président Touadera

Publié le 30 décembre 2020 , 5:34
Mis à jour le: 30 décembre 2020 5:34
Sous-préfecture de Bogangolo, le 11 mars 2020. Photo CNC / Anselme Mbata
Sous-préfecture de Bogangolo, le 11 mars 2020. Photo CNC / Anselme Mbata

 

Bossangoa, République centrafricaine, mercredi 30 décembre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique). Depuis 72 heures, à Bouca, dans la préfecture de l’Ouham, de violents affrontements ont opposé les différents groupes armés supposés appartenir à la coalition des patriotes centrafricains (CPC). On enregistre déjà plusieurs cas de morts et des blessés dans les deux camps, mais certaines sources locales accusent le chef de l’État Faustin Archange TOUADERA d’avoir lourdement armé l’une des deux milices en conflit. Comment ?

 

Selon les habitants de Bouca, ce seraient les éléments de l’ancien chef milicien Anti-Balaka Thierry LEBENE alias 12 puissances, nommé récemment par le chef de l’État comme chef de service de la Réinsertion sociale et de l’Alphabétisation déjeunes au ministère de la Jeunesse et des Sports, qui seraient à l’origine de cette hostilité dans la ville de Bouca.

D’après eux, le chef de l’État aurait réarmé une faction de la milice Anti-Balaka de Damara dirigée par son neveu, Monsieur  Thierry LEBENE, Alias 12 Puissances avec quatre véhicules militaires lourdement armés. Certains ont même indiqué qu’il aurait quelques éléments de forces de défense qui sont également intégrés au sein de cette milice « gouvernementale ». Vrai ou faux ? Personne ne peut le savoir.  Mais la chose la plus importante, dans cette histoire, c’est qu’il y’avait eu des affrontements entre les miliciens armés dans la ville de Bouca, occasionnant des morts et des blessés.

Pour l’heure, les habitants de la ville sont toujours dans la brousse, fuyant les violences des groupes armés.

 

  1. Dangba

Journaliste, correspondant du CNC à Bouca

Alain Nzilo

Directeur de publications

 

Aucun article à afficher