RCA : Affaire Zama Javon Papa, la milice Anti-Balaka interpelle le gouvernement.

Monsieur Zama Javon Papa, à gauche, et Abakar Piko , à droite. Les deux visages du griotisme du pouvoir de Touadera à la radio nationale. Copyright : Cédric Gwa-Gomba / CNC.
Monsieur Zama Javon Papa, à gauche, et Abakar Piko , à droite. Les deux visages du griotisme du pouvoir de Touadera à la radio nationale. Copyright : Cédric Gwa-Gomba / CNC.

 

 

Bangui (République centrafricaine) – Le ton est donné, le gouvernement doit prendre sa responsabilité sur le cas Zama Javon Papa, un tristement célèbre griot du pouvoir désormais dans la ligne de mire de la milice Anti-Balaka aile Ngaïssona.

 

Déjà secouée par de multiples guerres civiles depuis 25 ans, la République centrafricaine est à nouveau dans l’incertitude politique depuis le 15 décembre 2019, date du retour au pays de l’ex-chef de l’État François Bozizé, six ans après son exil forcé en Ouganda.

Suspendue depuis trois semaines à une surprenante attaque verbale sur fond de rivalité personnelle entre le KNK (Kwa-Na

-kwa) de l’ex-Président François Bozizé, et le MCU (Mouvement cœurs-unis) du chef de l’État Faustin Archange TOUADERA, la RCA pourrait être basculée à nouveau dans un grave trouble militaropolitique.

Annoncées, puis  diffusées en boucle quotidiennement sur les antennes de la radio nationale, les allégations du supposé coup d’État ourdi par l’ex-chef de l’État François Bozizé avec l’aide des miliciens Anti-Balaka et des anciens soldats FACA admis à la retraite continuent de faire monter la tension dans le pays.

Après l’ex-Président François Bozizé qui a clairement indexé le pouvoir de Bangui d’être derrière les multiples attaques verbales radiodiffusées contre lui et sa famille, c’est le tour de la milice Anti-Balaka aile Ngaïssona de hausser le ton contre le leader du MCD Zama Javon Papa qu’elle accuse d’avoir diffusé des messages de haine pouvant perturber l’ordre public.

Pour monsieur Igor LAMAKA, porte-parole des Anti-Balaka aile Ngaïssona, si les allégations de Zama Javon Papa sont avérées, c’est au ministre de la Sécurité publique de faire de vérifications et d’agir afin d’arrêter les présumés auteurs de ce fameux coup d’État tant annoncé, « et non à un certain Zama Javon Papa ».

« Je tiens à dire que l’heure n’est pas à la haine ni aux messages haineux qui créent de la psychose parmi la population. Et je te dis monsieur le journaliste,  ce n’est pas bien. On sort d’une longue et sanglante nuit de terreur. Je crois que lorsqu’on courait, on pleurait dans ce pays, Zama Javon Papa n’était pas à Bangui. Il était à Kinshasa (RDC, NDLR). Il faudra que Zama Javon Papa doive avoir du respect pour les Anti-Balaka », s’indigne Igor LAMAKA, porte-parole de la milice Anti-Balaka aile Ngaïssona.

 

Rappelons que Zama Javon Papa, ex-griot de l’ancien président François Bozizé, qui a récemment changé sa veste pour le pouvoir en place, anime depuis plusieurs mois une émission très douteuse et critiquée sur les antennes de la radio nationale, au Gran-dam du Haut Conseil de communication qui ne peut rien faire, en raison de la proximité de Zama Javon Papa avec le pouvoir en place.

 

Anselme Mbata

Copyright2020CNC