RCA : à Boali, un soldat FACA violenté sexuellement par les mercenaires russes

Publié le 22 août 2021 , 7:55
Mis à jour le: 23 août 2021 3:45

 

Bangui, République centrafricaine, lundi, 23 août 2021, 02:00:37 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Décidément, les mercenaires russes de la société Wagner déployés à Boali, à 95 kilomètres de Bangui ne sont pas près  de s’arrêter. Ils multiplient des exactions sur les populations, sur les forces de sécurité intérieure (FSI) et les forces de défense nationale.  Un mois après avoir violenté sexuellement l’un de leur, ces mercenaires de Wagner ont violemment pris à partie un soldat FACA de l’unité des forces spéciales détachées dans la ville. Ce dernier a été agressé sexuellement par plusieurs mercenaires, et il a été transféré dans un hôpital à Bangui.

Un élément du sixième bataillon des forces armées centrafricaine à Boali.
Un élément du sixième bataillon des forces armées centrafricaine à Boali. A soldier from Territorial Intervention Brigade 6 (BIT6) of the Central African Armed Forces (FACA) stands in front of a sign saying “we will fight from sunrise to sunset” in the empty streets of Boali on January 10, 2021. (Photo by FLORENT VERGNES / AFP)

 

La victime a pris son congé  de l’hôpital il y a de cela deux jours. Le médecin traitant à juger que son état de santé s’est amélioré. Or, quatre jours plutôt, l’homme ne pouvait pas marché seul, et a du mal à déféquer.  Pourquoi ?

Le lundi 16 août,  un soldat FACA de l’unité des forces spéciales détaché à Boali a été appelé par les mercenaires russes de la société Wagner.  L’homme s’est précipité pour aller. Mais à sa grande surprise, il a été fortement bousculé par six mercenaires russes qui l’ont violenté sexuellement tour à tour pendant des minutes. L’homme crie au secours, mais personne de ses compagnons d’armes n’est intervenu pour le sauver jusqu’à sa libération. Aussitôt, le FACA victime s’est rendu à l’hôpital à Boali grâce à l’un de ses collègues militaires. Mais vu la gravité de son cas, il a été transféré en urgence dans un hôpital à Bangui. Après avoir passé quatre jours à l’hôpital communautaire,  son médecin traitant lui a donné son congé et il a quitté l’hôpital.

Pour certains soldats FACA, il est temps de relocaliser nos forces de défense dans un autre lieu,  mais pas à proximité des mercenaires russes.

 

Par Anselme Mbata

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher