Quand la Russie ordonne l’expulsion d’un centrafricain pour raison de santé.

Publié le 30 décembre 2019 , 3:53
Mis à jour le: 30 décembre 2019 3:53
Une patrouille des forces de la Minusca à Bria, dans la préfecture de Haute-Koto. Crédit photo : Moïse Banafio/CNC.
L’ex-ambassadeur russe en Centrafrique et le conseiller russe du chef de l’État. CopyrightDR.

 

Bangui (République centrafricaine) – Un étudiant centrafricain, qui avait eu son visa d’étude russe il y’a cinq mois, est sommé depuis une semaine par les autorités russes de quitter le territoire dans un délai d’un mois. En cause, son état de santé n’est pas pris en charge par le gouvernement du pays de la Volga.

 

Pour les autorités russes, le partenariat  avec les pays africains se limite exclusivement aux affaires, rien qu’aux affaires. Certains Centrafricains qui ont eu la chance de vivre quelques mois dans ce pays l’ont bien compris.

Atteint de la tuberculose avant son départ en Russie, le jeune étudiant centrafricain de 25 ans, qui est parti pour étudier l’agronomie, explique à Corbeaunews que sa maladie, découverte après des examens médicaux sur place, n’est pas prise en charge par le gouvernement russe qui l’a sommé de quitter le territoire dans un délais d’un mois avant de retourner si sa santé s’améliore.

Alors, le vrai problème ici est de savoir si réellement le jeune Étudiant centrafricain souffre de la tuberculose ou d’une autre maladie. D’après des informations en notre possession, partout dans le monde, la tuberculose est prise en charge gratuitement, y compris dans la quasi-totalité des pays très pauvres du monde comme le Niger et la République centrafricaine.

Dans d’autres pays développés comme la France, le Canada etc., certaines maladies grave comme le sida ou encore Hépatite que le pays d’origine du patient ne peut soigner, il est recommandé de le prendre en charge gratuitement au nom de l’humanisme. C’est ce qui fait d’ailleurs la différence entre un pays pauvre et un pays développé.

Bien que la Russie est encore un pays sous-développé, on imagine mal comment les autorités de ce pays peuvent ordonner l’expulsion d’un étudiant, de surcroît indigent, pour des raisons de santé.

L’année dernière, une Étudiante guinéenne avait été elle aussi expulsée vers son pays pour des raisons de santé par les autorités russes.

Faut-il rappeler que la Chine, grand pays voisin de la Russie,  applique cette même politique à l’endroit des Africains qui sont soumis à de multiples contrôles sanitaires une fois arrivés dans ce pays. Mais depuis ces dernières années, les autorités chinoises exigent désormais des examens médicaux à tous les demandeurs de visa chinois avant l’examen de leur demande par le service consulaire.

Selon un adage populaire, « c’est dans le besoin qu’on reconnaît ses vrais amis ». La Russie est-elle l’amie de l’Afrique ?

 

Copyright©2019CNC.

Aucun article à afficher