Présidentielle 2020, une grande marche du soutien à la candidature de Bozizé est en cours de préparation à Bossangoa

Publié le 21 novembre 2020 , 2:40
Mis à jour le: 21 novembre 2020 2:40
L'ex Président de la République François Bozizé en caravane à Bossangoa copyright CNC/ Jefferson Cyrille YAPENDE / 18/09/20
L’ex Président de la République François Bozizé en caravane à Bossangoa, le 18 septembre 2020. Par CNC / Cyrille Jefferson Yapendé.

 

Bossangoa, République centrafricaine, samedi, 21 novembre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique). Alors que la célébration en différé de la journée mondiale de l’alimentation ( JMA-2020) va débuter mardi 24 novembre à Bossangoa, chef-lieu de la préfecture de l’Ouham, les ouvriers et ouvrières du parti KNK s’activent depuis plusieurs jours pour organiser une grande marche du soutien à la candidature de l’ex-Président de la République François Bozizé dans la ville.

 

Suite à de multiples « campagnes de provocation et de diabolisation » orchestrées dans les médias par les conseillers du chef de l’État Faustin Archange TOUADERA, des ouvriers et ouvrières  de l’ancien parti au pouvoir, le  KNK (Kwa Na Kwa), projettent organiser la semaine prochaine à Bossangoa, dans l’Ouham,  une grande marche du soutien à la candidature à l’élection présidentielle de l’ancien Président de la République, le général François Bozizé.

Selon les organisateurs de l’événement, l’objectif de la marche n’est pas de semer de trouble, mais plutôt d’attirer l’attention des juges de la cour constitutionnelle de ne pas céder à la pression du pouvoir qui multiplie des manœuvres visant à écarter la candidature au fauteuil présidentiel du général François Bozizé, candidat du parti KNK à la présidentielle du 27 décembre 2020.

 « Depuis plusieurs semaines, sur les réseaux sociaux et dans les médias proches du régime, nous assistons à une déferlante campagne de diabolisation menée par les proches du pouvoir  contre le grand ouvrier François Bozizé. Certains se sont déclarés juges de la cour constitutionnelle en disant que sa candidature à la présidentielle du 27 décembre ne serait pas validée par la juridiction électorale, d’autres préfèrent qu’il soit arrêté et traduit à la cour pénale internationale. Mais pour nous au KNK, cette campagne de diabolisation est de nature à semer de trouble dans le pays », a déclaré un membre de l’ancien parti au pouvoir, le KNK dirigé par François Bozizé.

Affaire à suivre.

 

Par Sylvain Mathieu Féimanozoui

Journaliste, correspondant du CNC à Bossangoa

Alain Nzilo

Directeur de publications du CNC

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher