Présence des combattants de l’UPC signalée à Zémio.

Publié le 22 novembre 2019 , 6:46
Mis à jour le: 22 novembre 2019 6:46
Les combattants de l’ex-coalition Seleka.

Bangassou (République centrafricaine) – CNC – vendredi 22 novembre, les habitants de la sous-préfecture de Zémio, dans la préfecture du Haut-Mbomou, à l’extrême sud-Est de la Centrafrique,  ont été  surpris par l’arrivée massive des combattants rebelles de l’UPC, une faction de l’ex-coalition Seleka dirigée par le sulfureux Ali Darassa, Ministre-Conseiller du Premier ministre Firmin NGRÉBADA  et patron de l’USMS de la région du centre.

 

Selon une source locale, les rebelles, lourdement armés et en provenance de la ville de Mboki,  ont fait leur entrée dans la ville de Zémio, à 1113 kilomètres de Bangui,  ce vendredi vers midi sur des motocyclettes, alors que les populations, pour la plupart, commençaient à rentrer du champ lorsqu’elles ont aperçu la présence de ces  nombreux combattants rebelles dans leur ville. Pris de panique, elles ont dû quitter précipitamment la ville pour rebrousser chemin.

Pour l’heure, on ignore complètement les raisons qui ont motivé l’UPC à dépêcher ses hommes lourdement armés depuis Mboki pour la ville de Zémio.

Cependant, une source depuis la ville d’Obo a indiqué à CNC que ces rebelles auraient été appelés au renfort par d’autres éléments de l’UPC, moins nombreux, installés sur un checkpoint à l’entrée de la ville d’Obo, et chassé quelques heures plutôt par les populations locales.

En outre, dans la localité de Bianga, à une soixantaine de kilomètres de Kouango, on vient d’apprendre l’assassinat d’un homme par des éléments de l’UPC, ce qui soulève de nombreuses interrogations sur les réelles motivations du chef rebelle Ali Darassa, pourtant signataire de l’accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine (APPR-RCA).

Par ailleurs, Ali Darassa,  qui ne cesse de crier haut et fort que c’est lui qui aurait déployé ses hommes à Bambari à la demande du chef de l’État Faustin Archange TOUADERA pour sécuriser la journée mondiale de l’alimentation 2019 à Bambari au début de la semaine, s’est inscrit sans doute  sur d’autres voies qui ne sont guerre pour la paix dans le pays.

 

Copyright2019CNC.

Aucun article à afficher