Politique: on est pas Dieu au pouvoir. En voici une illustration parfaite

Publié le 13 mai 2019 , 7:40
Mis à jour le: 13 mai 2019 7:40
L’ex-Président congolais de la RDC Mobutu Sese Seko. Credit photo : Wikipedia

 

 

 

Un dimanche matin, à l’aube fatidique, Mobutu apprend une très mauvaise nouvelle. Il avait dépêché son Boeing à Brazzaville pour en ramener son fils en fuite, Kongulu. Et voilà que Mukandila, le pilote, refuse de décoller. Il se met au service des nouvelles autorités de son pays. Encore un traître ! Mobutu demande au président togolais Gnassingbé Eyadéma de lui envoyer son avion, qui se trouve alors en Europe. Mais cela prendra trop de temps.

Tous les bagages familiaux ( plus de soixante-dix malles et cantines) sont déjà partis pendant la nuit dans des véhicules embarqués à bord d’un Antonov 124 venu chercher à Gbadolite des chars de combat destinés à Jonas Savimbi, le chef angolais de l’Unita.

Le temps presse : les mutins venus de Kota-Koli approchent. Au dernier moment, Mobutu et sa famille ne veulent plus partir. Le colonel Motoko, chef de la sécurité du président déchu, menace d’abattre quiconque empêcherait celui-ci de rejoindre aussitôt l’aéroport où l’attend le seul avion disponible, un cargo Iliouchine 124 de l’Unita, arrivé dans la nuit. C’est Nzanga qui raisonnera son père.

Arrivés sur le tarmac, les soldats réalisent que leur chef s’enfuit. L’un d’eux, ivre de colère, menace :

“Mon maréchal, vous ne partirez pas.”

Un autre enchaîne : “Vous nous abandonnez sans argent. Qu’allons-nous devenir ?”

Le colonel Motoko assiste impuissant à cette scène impensable : Mobutu maltraité par des soldats du rang. Finalement, le maréchal fait signe à son épouse de leur donner “l’argent”.

La Mercedes de Mobutu s’engouffre à l’arrière de l’avion-cargo. Mobutu est incapable de sortir de sa limousine. Il y restera, dans des conditions inconfortables, pendant tout le vol jusqu’à Lomé (Togo), sa première destination. Des gardes du corps du maréchal, qui n’avaient pas été choisis pour l’accompagner, réussissent, dans la confusion, à monter dans l’avion. Ils n’en seront pas délogés par L’ex-président du Zaïre

Un autre avait préféré disparaître avec le sac à main de Bobi Ladawa contenant les passeports du couple présidentiel. L’Iliouchine décolle à 7 h 14. Arrivés à l’aéroport, les mutins tirent à la kalachnikov sur l’appareil qui s’élève poussivement. On découvrira plus tard six impacts de balles sur une aile.

Après le décollage, Mobutu murmure à son médecin, le docteur Diomi : “Même les miens me tirent dessus. Je n’ai plus rien à faire dans ce pays. Ce n’est plus mon Zaïre.” […]!

On ne se bouscule pas en Afrique pour héberger le président déchu. Le Congo-Brazzaville, le Gabon et la République Centrafricaine refusent de l’accueillir avec, selon eux, sa trop nombreuse famille, une centaine de personnes. Il est devenu un paria.

Nelson Mandela dira plus tard, avec une certaine compassion : “Tous ceux qu’il avait aidés pendant trente ans ne voulurent plus le connaître pendant ses derniers jours sur terre.”

Son vieil ami Hassan II épargnera à Mobutu une ultime errance humiliante. Après cinq jours d’attente à Lomé, il débarque à Rabat le 23 Mai. Fin juin, il est admis à l’hôpital militaire Mohammed-V pour une nouvelle intervention chirurgicale. Chaque jour ou presque, le roi du Maroc appelle ses médecins pour s’enquérir de l’évolution de sa maladie.

Mobutu expire le 7 septembre 1997 à l’âge de 66 ans. Vidé par les hémorragies, il pèse à peine quarante kilos. Il a souffert énormément et voulait en finir. Après une cérémonie funèbre en présence de la famille et du dernier carré de fidèles, Mobutu est inhumé dans un modeste tombeau en forme de chapelle au cimetière européen de Rabat, réservé aux non-musulmans. Une sépulture presque anonyme, que seules trois lettres entrelacées sur la pierre permettent d’identifier, MSS, les initiales posthumes du défunt.

À l’heure de sa gloire, Mobutu répétait volontiers : “On ne dira jamais de moi : voilà l’ex-président du Zaïre, mais : ci-gît Mobutu, président du Zaïre.” Et pourtant, ex-président il fut. Pendant un peu plus de cent jours, après sa chute et sa fuite. Ex-président, il gît depuis vingt ans. Mobutu n’est pas mort au pouvoir. Il n’est pas mort dans son pays. Double affront du destin. Et nul ne sait si ses ossements reposeront un jour sur cette terre où, selon la tradition bantoue, l’attendent ses ancêtres. ».

 

Avec AbidjanTV.net