POÈME: AFRIQUE MON AFRIQUE, CENTRAFRIQUE MON PAYS !

Publié le 13 juillet 2014 , 8:42
Mis à jour le: 13 juillet 2014 8:42

 

Oh, Afrique mon Afrique, Centrafrique mon pays!…
Avec les Amériques, l’Europe, l’Asie et l’Australie,
Tu es un continent, celui qu’on appelle le continent noir.
Tu prends une part importante dans l’histoire de l’humanité.

Ton peuple avait ses croyances selon les clans et les tribus.
Tes sorciers dansaient des nuits durant pour invoquer la force des esprits.
Tes guerriers en étaient forts remplis pour défendre et protéger le peuple.
Mais il était venu pour toi le temps de t’inscrire sur la liste des continents.

Tu as connu d’autres hommes qui ont foulé ton sol sacré.
Tu as vu partir tes fils comme une fille pour la maison de son futur mari.
Que sont-ils devenus tes esprits vengeurs, esprits de tonnerre et de feu ?
Ils obéissent désormais à la force et à la puissance du pardon et de la paix.

Jésus et Mahomet, des grands Maîtres de sagesse ont enseigné cela.
Ton peuple, noir, brûlé par le soleil, a le même sang que tout autre homme.
Si chrétien et musulman sont pour lui des prénoms, Africain est son nom.
Et si pour d’autres, Africain serait un prénom, HOMME, c’est son vrai nom.

Oh, Afrique mon Afrique, Centrafrique mon pays !…
Terre d’Afrique, toi qui porte la honte d’avoir vendu bon nombre de tes fils,
Terre d’Afrique, toi qui par le passé, taxée d’anthropophage et de cannibale,
Terre d’Afrique, te voila aujourd’hui qui boit le sang de tes propres fils.

Que tes amis chrétiens et musulmans qui t’ont enseigné l’amour et le pardon,
Que l’occident qui t’a convaincu de la nouvelle organisation de la société,
Se décident de t’apporter un soutien inconditionnel d’urgence
Seul moyen de passer du concept à la réalité, ces grands principes et valeurs ;

Pour que les plaies de l’apartheid en Afrique du sud soient cicatrisées,
Pour que le génocide au Rwanda trouve un dépassement définitif,
Pour que le printemps arabe n’emporte pas tout comme une tempête,
Pour que tombe en Centrafrique le couteau qui égorge comme on égorge un mouton.

Afrique mon Afrique, Centrafrique mon pays,
Longtemps opprimée par tous,
Reprends ton droit au respect à la vie
Dans l’Unité, la Dignité et le Travail.

Pascal TONGAMBA
L’homme aux cheveux blancs

Les Plumes de la RCA