PARUTION DU LIVRE: « LA FISCALITÉ ET L’IMPÉRATIF DE DÉVELOPPEMENT DU CENTRAFRIQUE ». PAR MATHURIN MBOUNOU-NGOPO

Mathurin Mbounou-Ngopo
Mathurin Mbounou-Ngopo, l’auteur du livre. CopyrightDR

 

RÉSUMÉ

 

Le financement endogène est l’un des problèmes-clés du développement économique en Centrafrique. Si les capacités contributives font défaut, il est impossible d’assurer le développement.

Le financement du développement d’un État reste tributaire de la performance des ressources fiscales et douanières. La politique fiscale a un rôle important à jouer à ce propos. Car, l’outil essentiel de toute politique de financement adéquat du développement est la fiscalité, véritable instrument de politique économique et sociale.

L’efficacité de l’outil fiscal dépend de sa bonne articulation avec les autres instruments. Cette interdépendance présente comment les instruments fiscaux ne peuvent s’appliquer sans référence à la politique économique dans son ensemble.

Pourquoi les politiques économiques proposées ne sont-elles pas toujours efficaces ?

Cette question légitime traduit toute la complexité de la matière économique qui agit sur les efforts en matière de financement interne du développement en Centrafrique. La problématique du financement endogène est intemporelle et existentielle, tant l’ambivalence du rapport de la fiscalité au développement a toujours marqué l’action publique.

La fiscalité est tel un kaléidoscope au centre des politiques publiques. C’est dire que la fiscalité participe à la recherche et à la formulation des politiques publiques.

La réflexion sur la fiscalité centrafricaine nécessite une approche fondamentalement plurielle. Il s’agit de faire converger, avec des pratiques renouvelées, l’action des administrations douanière et fiscale, afin d’améliorer le rendement budgétaire de l’impôt. Sachant qu’il est difficile de combattre certaines mauvaises pratiques administratives et politiques installées parfois depuis des décennies. Il faut en tout cas ancrer solidement, la réflexion dans un terreau qui oblige à sortir du mimétisme pour créer les conditions du développement économique et social.

La fiscalité est avant tout un outil au service de la politique de développement dont il faut explorer toutes les dimensions. Les pouvoirs publics doivent mettre en pratique une politique fiscale proactive en totale cohérence avec les politiques publiques.

Par : Thierry Lambert.

Il y’a lieu de rappeler que l’auteur de ce livre, Mathurin MBOUNOU-NGOPO, Après des études universitaires en Centrafrique, il a poursuivi ces études en France sanctionnées par des diplômes de Master 2 Professionnel en Droit des affaires de l’Université de Clermont-Ferrand et de Master 2 Recherche en Finances publiques et Droit fiscal de l’Université de Paris Panthéon-Assas.

Il rentre dans son pays et se fait intégré Inspecteur des Impôts. Il a exercé des fonctions de responsabilité au sein de la Direction Générale des Impôts et des Domaines (DGID) ainsi qu’à la Coordination des Affaires juridiques et de la Liquidation (CAJL), rattachée au Cabinet du Ministre des Finances et du Budget.

Docteur en Droit fiscal ayant soutenu sa thèse à Aix-Marseille Université (AMU) en mars 2019, il dispense actuellement des cours de fiscalité et de finances publiques à la Faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Université de Bangui.

page de couverte du livre de mathurin vraie