Paoua, le mercenaire russe surnommé Alkato multiplie le braquage dans la ville

Publié le 26 septembre 2021 , 7:25
Mis à jour le: 26 septembre 2021 7:25

 

Bangui, République centrafricaine, lundi, 27 septembre 2021, 02:54:01 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Surnommé Tintin Alkato, un mercenaire de la société Wagner qui se dit frère cadet de Monsieur Valery Zakharov multiplie des exactions sur la population de Paoua. L’homme est surtout incontrôlable  et imprévisible. Ce dimanche 26 septembre 2021, il a fait à nouveau usage de son arme pour braquer des commerçants au niveau du marché central de Paoua.

les mercenaires russes à Koundili vers Paoua
Les mercenaires russes à Koundili, en 2019. Photo CNC

 

Surnommé Alkato en raison de sa marche dit  en fauchage, marche boiteuse, l’homme serait le chef des mercenaires de Wagner à Paoua. Mais chaque jour qui passe, c’est le calvaire pour la population, en particulier les commerçants.

« Depuis plusieurs mois, Monsieur Alkato a mis très mal à l’aise tout le monde ici à Paoua. Chaque soir, il prend son véhicule de service, il l’arrête sur la pleine route et descends  parfois torse nu avec son arme de service en main. Sans hésitation, il fouille une à une les boutiques. Quand il voit  un pousse-pousse, passe, il interpelle le pousseur et bloque son pousse-pousse », témoigne un habitant du quartier Combattant de Paoua interrogé par CNC au début de ce mois.

« Monsieur Alkato, malgré son état physique boiteux, vient parfois dans des auberges et ramasse seul des matelas pour partir avec. C’est triste, mais c’est une réalité », explique un autre habitant au début de ce mois. Mais ce dimanche 26 septembre, l’homme a franchi la limite. Il a voulu dévaliser tous les commerces de Paoua. Selon des témoins interrogés par CNC, l’homme était  venu dans un premier temps devant le marché. Faisant comme s’il voulait acheter de méchoui, l’homme dégaine son arme et faisait des tirs assourdissants en l’air. Pris de panique, le vendeur et certains acheteurs  qui étaient présents ont pris la fuite, laissant Monsieur Alkato seul qui se servait tranquillement à volonté.

Interrogé par CNC, le vendeur affirme qu’il avait eu une perte de 45 000 francs CFA ce jour. En plus, Monsieur Alkato a pris également la marmite de bouillie d’une vendeuse  et partir avec.

À Paoua, on ne parle que de lui dans les quartiers, dans les rues et dans les commerces. À Bangui, les autorités du pays, qui collaborent étroitement avec ces mercenaires de Wagner, se lancent  dans des campagnes de mensonge  pour les protéger. Mais comme disait l’ancien Président Ange Félix Patassé, le mensonge prend l’ascenseur, mais la vérité  prend pour lui l’escalier, c’est-à-dire que le mensonge va vite, mais la vérité va lentement.

 

 

Par Gaël Bobérang

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher