“Panama papers” : des proches de dirigeants africains liés à des sociétés offshore

Publié le 5 avril 2016 , 8:41
Mis à jour le: 5 avril 2016 8:41

(Corbeau News Centrafrique)

IMG_9211

“Panama papers” : des proches de dirigeants africains

liés à des sociétés offshore

 

 

Bangui,B (CNC), 05-04-2016

Une centaine de médias ont dévoilé grâce aux “Panama papers” la participation de personnalités politiques à un vaste système d’évasion fiscale. Plusieurs dizaines d’entre elles sont des proches de chefs d’État ou de hauts dirigeants africains.

C’est un nouveau coup de tonnerre dans le monde feutré de l’évasion fiscale. Grâce à une fuite monumentale de documents de la firme Mossack Fonseca, basée au Panama, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et une centaine de médias, dont Le Monde, ont révélé que des dizaines de chefs d’État et grands de ce monde avaient pris part à un système d’évasion fiscale, que certains devaient pourtant combattre dans leurs fonctions.

Plusieurs Africains sont cités dans ces documents, dont plusieurs fils ou proches de personnalités du continent :

Clive Khulubuse Zuma, neveu du président sud-africain Jacob Zuma
Autorisé à représenter Caprikat Limited, l’une des deux sociétés offshore ayant fait l’acquisition controversée de gisements de pétrole en République démocratique du Congo, Clive Khulubuse Zuma doit faire face à des accusations de contrats pétroliers douteux.

Alaa Moubarak, fils de Hosni Moubarak, ancien président égyptien
Le fils de l’ancien raïs égyptien a été propriétaire de Pan World Investments Inc., société immatriculée aux îles Vierges britanniques et gérée par le Crédit Suisse. Conformément à une décision européenne, les autorités des îles Vierges ont demandé à Mossack Fonseca de geler les avoirs de Pan World à la suite de la révolution de 2011 et de l’arrestation de Hosni Moubarak et de ses fils.

Mounir Majidi, secrétaire particulier du roi du Maroc
Mounir Majidi a été désigné en mars 2006 mandataire de SMCD Limited, société immatriculée aux îles Vierges britanniques l’année précédente. Elle a autorisé l’achat d’une goélette de luxe, Aquarius W, transaction dont s’est chargé Mounir Majidi. Le navire a ensuite été immatriculé au Maroc et rebaptisé El Boughaz I. Il est désormais la propriété du roi du Maroc.

Mamadie Touré, veuve de l’ancien dictateur guinéen
Mamadie Touré, veuve de l’ancien dictacteur guinéen Lansana Conté, mort en 2008, est accusée de s’être servie d’une société offshore pour obtenir un marché minier. En 2006, elle prend les commandes de Matinda Partners and Co. Ltd, une société immatriculée aux îles Vierges britanniques. Moyennant 5,3 millions de dollars, elle accepte de faire attribuer une concession minière convoitée par son mari à une compagnie dont elle s’était rapprochée.

Abdeslam Bouchouareb, député et ministre des Mines algérien
Abdeslam Bouchouareb est propriétaire de la société panaméenne Royal Arrival Corp., qu’il dirigeait par le biais d’une société luxembourgeoise baptisée Compagnie d’étude et de conseil (CEC). Selon cette entreprise, les activités de Royal Arrival Corp. couvriraient la représentation et la négociation commerciale, les contrats commerciaux, les travaux publics et le transport ferroviaire et maritime, en Turquie, au Royaume-Uni et en Algérie.

Denis Christel Sassou Nguesso, fils du président congolais
Homme politique et homme d’affaires, Denis Christel Sassou Nguesso, surnommé “Kiki le pétrolier” à Brazzaville, est notamment député d’Oyo, dans le nord du Congo, et directeur général adjoint de la Société nationale des pétroles, rappelle le quotidien Le Monde. Son nom apparaît dans les fichiers de Mossack Fonseca dès les années 1990. Il a sollicité le cabinet pour créer une société domiciliée aux îles Vierges britanniques, Phoenix Best Finance Ltd, selon les documents consultés par le quotidien.

Kojo Annan, fils de l’ancien secrétaire général de l’ONU
Kojo Annan est le fils unique du Ghanéen Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU. Il apparaît dans les fichiers de “Panama papers” avec Laolu Saraki, le fils d’un influent sénateur nigérian, Abubakar Olusola Saraki, décédé en 2012, comme actionnaire de la société Blue Diamond Holding Management Corp, enregistrée par Mossack Fonseca aux îles Vierges britanniques. On les retrouve également comme directeurs de la société Sutton Energy Ltd, enregistrée la même année aux îles Vierges britanniques puis transférée aux îles Samoa.

John Addo Kufuor, fils de l’ancien président ghanéen
John Addo Kufuor est le fils de John Kufuor, l’ex président ghanéen (2001-2009). Cet homme d’affaires est suspecté d’avoir profité de son influence et de celle de son père pour obtenir des contrats avec le gouvernenement. Son trust offshore, The Excel 2000 Trust, a été créé par Mossack Fonseca en 2001. En 2012, il demande la fermeture de ce trust et réapparaît dans les fichiers de Mossack Fonseca avec deux sociétés enregistrées aux îles Vierges britanniques.

Jaynet Désirée Kabila, sœur jumelle du président congolais
Présidente de la Fondation Laurent-Désiré Kabila, du nom de son père, Jaynet Désirée Kabila Kyungu est également députée de la République démocratique du Congo depuis 2012. Elle apparaît comme co-administratrice de Keratsu Holding Limited, une société offshore administrée par Mossack Fonseca.

Jean-Claude N’Da Ametchi, collaborateur de l’ancien président de la Côte d’Ivoire
Banquier ivoirien, Jean-Claude N’Da Ametchi avait été placé à la tête de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie par l’ancien président de Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo, avant sa destitution en 2011. Dans les données de Mossack Fonseca, une société offshore détenait des actifs pour N’Da Ametchi et un compte à Monaco.

José Maria Botelho de Vasconcelos, ministre du Pétrole angolais
Ministre angolais du pétrole depuis 2008, José Maria Botelho de Vasconcelos est cité comme fondé de pouvoir d’une société au capital de 1 million de dollars, Medea Investments Limited. Cette société est d’abord domiciliée à Niue, une île-État du Pacifique, par Mossack Fonseca en septembre 2001, puis transférée aux îles Samoa cinq ans plus tard. Medea Investments Limited est clôturée en février 2009.

Bruno Jean-Richard Itoua, ministre de la Recherche congolais
Ancien ministre de l’Énergie, Bruno Jean-Richard Itoua est depuis 2011 ministre de la Recherche scientifique au Congo. Il détenait des sociétés offshore alors qu’il était responsable des questions énergétiques et dirigeait la compagnie pétrolière nationale. D’après les archives de Mossack Fonseca, ces sociétés ont respectivement été fermées en 2006 et 2007.

Emmanuel Ndahiro, ancien directeur du renseignement rwandais
Ce général de brigade est un ami proche du président rwandais Paul Kagame. Emmanuel Ndahiro a dirigé les services de renseignement du pays de 2004 à 2011. En septembre 1998, il est devenu administrateur de la société Debden Investments Limited, immatriculée dans les îles Vierges britanniques. La société, fermée en 2010, était détenue par Hatari Sekoko, ancien soldat du Front patriotique rwandais devenu homme d’affaires.

FRANCE24