Ouganda : la ‘migration massive’ des populations vers l’Inde

Publié le 2 août 2019 , 5:24
Mis à jour le: 2 août 2019 5:24

 

 

Y a-t-il vraiment des dizaines de milliers d’Ougandais de plus en Inde ?

 

Les dernières données du recensement sur la migration vers l’Inde indiquent que le nombre de personnes originaires d’Ouganda vivant en Inde a augmenté rapidement, avec plusieurs dizaines de milliers de personnes de plus.

Chinmay Tumbe, expert en migration, explique pourquoi cette situation est susceptible d’être le résultat d’une erreur majeure de la part des fonctionnaires.

Les Indiens ont des liens de longue date avec l’Ouganda.

Dans les années 1890, environ 40 000 Indiens, pour la plupart des Punjabis, ont été recrutés comme travailleurs immigrés pour construire le chemin de fer ougandais reliant Mombasa au Kenya à Kampala en Ouganda.

Ils ont été contraints de quitter le pays en 1972 sur ordre du chef militaire Idi Amin, qui les a accusés de “siphoner l’argent de l’Ouganda”. (Beaucoup d’entre eux sont retournés en Ouganda dans les années 1980 et 1990 et sont devenus un pilier de l’économie du pays.)

Ces deux aspects ont été abordés dans des films hollywoodiens tels que The Ghost and the Darkness (1996) et Le dernier roi d’Ecosse (2006).

Aujourd’hui, en 2019, une troisième connexion a été établie entre l’Inde et l’Ouganda – et de façon assez spectaculaire, elle provient d’un recensement de l’Inde en 2011. L’exercice exhaustif est mené tous les dix ans, mais certaines données ne sont publiées que maintenant.

La population de l’Inde a augmenté de 181 millions de personnes pour atteindre 1,21 milliard au cours de la décennie allant jusqu’en 2011, selon le recensement.

D’après les statistiques récemment publiées sur les migrations, le nombre d’Indiens ayant déclaré l’Ouganda comme dernier lieu de résidence est passé de 694 en 2001 à 151 363 en 2011.

La hausse a été plus marquée chez les femmes – 339 à 111 700 – que chez les hommes – 355 à 39 663.

Après le Bangladesh, le Népal, le Pakistan et le Sri Lanka, c’est l’Ouganda en Afrique qui semble être la source de la plus forte immigration ou migration de retour en Inde. Il peut s’agir soit de ressortissants ougandais qui se sont installés en Inde, soit de ressortissants indiens qui vivaient en Ouganda et sont revenus.

Contrairement à il y a un siècle, le lien avec le Punjabi est minuscule. Dans l’État d’Uttar Pradesh, au nord, et dans l’État du Bihar, à l’est, le nombre d’immigrants ougandais ou migrants de retour est passé de cinq en 2001 à 94 704 en 2011.

A regarder :

 

Hema, une jeune fille du Sénégal qui adore l’Inde

Hema, une jeune fille du Sénégal qui adore l’Inde

Ces chiffres indiquent qu’il s’agit soit d’une erreur majeure dans les données du recensement, soit de l’un des phénomènes sociologiques les plus remarquables de notre époque. Je crois que c’est une première.

Deux indices le montrent.

Premièrement, c’est l’explication la plus simple du déséquilibre massif entre les sexes dans les chiffres.

En outre, plus de 77 000 de ces immigrants/ migrants de retour – ougandais – ont déclaré qu’ils étaient en Inde depuis plus de dix ans. Mais le recensement de 2001 n’en a recensé que 694 au total.

Il est donc beaucoup plus plausible qu’il y ait eu une erreur.

Le questionnaire de recensement est un document court et les recenseurs doivent inscrire le nom du pays sur la feuille si les personnes déclarent que leur dernier lieu de résidence se trouve en dehors de l’Inde.

Ces feuilles sont ensuite scannées et un logiciel informatique calcule les données pour générer les tableaux. Ces feuilles de calcul sont ensuite téléchargées sur le Web et diffusées au public.

Un haut responsable du recensement a déclaré à la BBC que son bureau examinait “le chiffre peu probable de la migration[de] l’Ouganda comme dernier lieu de résidence”.

Chinmay Tumbe est l’auteur de India Moving : Une histoire de migration

Avec BBC Afrique