« On me décrit comme un monstre » : jugé en appel, Koffi Olomidé, star de la rumba congolaise, nie avoir abusé de ses danseuses

Publié le 25 octobre 2021 , 7:43
Mis à jour le: 25 octobre 2021 7:43

 

 

Absent lors de son premier procès à Nanterre, le célèbre chanteur de rumba congolaise, qui louait à l’époque une maison à Asnières pour ses danseuses, s’est âprement défendu devant la cour d’appel de Versailles.

Le 25 octobre 2021 à 22h25, modifié le 25 octobre 2021 à 22h39

Versailles, le 25 octobre 2021. Koffi Olomidé à la cour d’appel de Versailles, accompagné de l’un de ses avocats, Me Emmanuel Marsigny, où il est jugé pour agressions sexuelles et séquestration. (AFP/Bertrand GUAY)

 

Cette fois, il ne s’est pas dérobé. Ce lundi, Koffi Olomidé, 65 ans, s’est enfin présenté devant la justice pour répondre des agressions sexuelles dont il est soupçonné. Le chanteur, star de la rumba congolaise, était jugé ce lundi devant la cour d’appel de Versailles pour avoir abusé de quatre de ses danseuses et pour les avoir séquestrées entre 2002 et 2006, dans une maison qu’il louait à Asnières. Lors de son premier procès, en 2019, il n’avait pas montré le bout de son nez. Ce qui n’avait pas empêché le tribunal correctionnel de Nanterre de le juger, et de le condamner à deux ans de prison avec sursis, mais seulement pour atteintes sexuelles sur une des quatre plaignantes, mineure au moment des faits allégués. Mais le parquet, qui réclamait sept années d’emprisonnement, avait fait appel.

 

Par Valérie Mahaut

 

Publié par le Parisien

Aucun article à afficher